Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 23:18

« Bêcher ou ne pas bêcher, telle est la question ». Il s’agit d’un article très pertinent signé Alain Lompech dans le journal " Le Monde" du dimanche 1er et lundi 2 mars. Il est vrai que les pratiques changent et il est judicieux de se poser vraiment la question. Entre le vieux jardinier adepte du double bêchage et le jardinier moderne préférant ne pas retourner la terre pour ne pas enfouir les matières organiques, lequel a raison ? L’article ne tranche pas (c’est le cas de le dire !) et, s’il reconnaît le bien fondé des recommandations du jardinage écologique et l’inutilité du double bêchage, il dénonce par ailleurs l’utilisation de bâches, cartons ou tout autre « attirail écologiquement correct » mais parfaitement inesthétique.

Mon point de vue de jardinière confrontée à la difficulté d’entretenir un terrain d’un hectare et demi dont un tiers environ est consacré au jardin, avec deux mares naturelles, un ruisseau et, en prime, un terrain argileux lourd et humide où le chiendent règne en maître, penchera forcément en faveur du paillage mais avec des réserves. L’expérience m’a montré en effet que toutes les zones du jardin ne sont pas à traiter de la même façon. Tous les endroits du jardin où un effet de sous-bois a été recréé avec le dépôt régulier de déchets végétaux broyés sont exempts de chiendent. Par contre, les orties s’y installent volontiers, ce qui n’est pas trop gênant et ce qui favorise la reproduction d’un bon nombre de papillons. Dans le potager, la terre qui a été amendée au fil des années, est devenue riche, friable et ne nécessite qu’un binage. Les végétaux sont laissés à même le sol pendant l’hiver. Cela ne fait pas très soigné mais cela s’avère très efficace. Par contre, les plates-bandes de vivaces en plein soleil posent davantage de problèmes. Les mauvaises herbes, dont le redoutable chiendent, s’y installent facilement car le sol n’est jamais travaillé et devient compact. Il est indispensable de « déménager » les plantes environ tous les trois ans pour bêcher le sol en profondeur afin de l’aérer et de le débarrasser du chiendent, des graminées, de la potentille rampante, et autres mauvaises herbes tenaces dont les racines se mêlent intimement à celles des plantes cultivées.

Quant à l’utilisation de bâches, j’y suis favorable. Elles m’ont prouvé leur efficacité. Etalées sous les arbustes, elles permettent de conserver l’humidité du sol l’été et évitent la prolifération des mauvaises herbes. Elles disparaissent sous les couches de végétaux broyés que j’y dépose d’une saison à l’autre. Au bout d’un an, les bâches sont enlevées, laissant le sol propre et recouvert d’une couche de bon terreau.

 

Partager cet article

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Astuces de jardinier
commenter cet article

commentaires

MC P 17/07/2010 09:52


Bonjour,
Je découvre votre blog et m'y retrouve avec plaisir : pour le sol, je suis devenue une inconditionnelle du BRF que je broie toute l'année.
Les résultats sur les adventices indédisables sont indiscutables : la terre devient meuble et riche et se travaille du bout de la grelinette.
Mon dos s'en souvient aussi avec bonheur.
Merci de vos pages : je me suis inscrite à votre newsletter et attends avec impatioence la suite.
Cordialement, MC P


sophie 14/03/2009 18:32

Je bêche à un fer de bêche le potager, je gratte et paille les massifs de vivaces, et je couvre de bois raméal fragmenté les espaces entre arbustes. Le problème est de s'en procurer en quantité suffisante.
Je me demande malgré tout, s'il ne faudrait pas, tous les 5 ou 6 ans bêcher les massifs de vivaces....

claude lasnier 14/03/2009 21:51


C'est ce que je suis en train de faire autour des rosiers et des arbustes. Je n'hésite pas non plus à déterrrer des mottes entières de vivaces pour pouvoir bêcher une plate-bande envahie de
mauvaise herbe. J'enlève alors à la main chaque racine indésirable. C'est un travail de patience.


sophie 14/03/2009 18:31

Je bêche à un fer de bêche le potager, je gratte et paille les massifs de vivaces, et je couvre de bois raméal fragmenté les espaces entre arbustes. Le problème est de s'en procurer en quantité suffisante.
Je me demande malgré tout, s'il ne faudrait pas, tous les 5 ou 6 ans bêcher les massifs de vivaces....

LILINE 10/03/2009 04:28

bonjour, tu enlèves les baches au bout d'un an?, j'ai pourtant le sentiment qu'elles peuvent rester en place plusieurs années? moi aussi je trouve cela efficace contre les mauvaises herbes et moins de mal de dos à déserber!!! BISE LILINE

claude lasnier 14/03/2009 22:07



Effectivement, j'enlève les bâches car, au bout d'un moment, les végétaux arrivent quand même à les traverser. Parfois je les remets avec un nouveau paillis dessus mais ce n'est, de toute façon
qu'une solution temporaire.



Roland 05/03/2009 20:13

Le fainéant,ne bêchera pas et le bon jardinier le fera
Ne pas bêcher n'est qu'un prétexte pour ne pas se fatiguer.
Salutation
Roland

Anne Marie 05/03/2009 09:39

je n'ai pas un aussi grand jardin que toi, je peux donc me permettre de desherber mes plate bandes à la main. Je ne les bêche pas (sauf au début pour la première installation). Je me contente de griffer, biner. Je n'ai jamais assez de déchets pour pailler, mais il est vrai que le peu que je fais est toujours moins problématique. En ce qui concerne mon petit potager, je ne retourne plus depuis que j'ai une Grelinette qui est fabuleuse pour émietter la terre en toute facilité. Cette année, j'ai recouvert mes planches d'un tapis de feuilles mortes. Je verrai tout prochainement l'état de la terre dessous...

passiflore 04/03/2009 12:16

Je partage assez ton avis : pas de bêchage pour les surfaces régulièrement entretenues et un bon bêchage une fois de temps là où les vivaces sont installées; Comme chez Lady Isa,ma terre est très lourde et chaque parcelle que je conquiers sur la pelouse ou les graviers doit être bêchée en profondeur pour l'alléger. Les bâches c'est pas top, mais l'arrachage de mauvaises herbes non plus et le mal de dos encore moins!

Kristin 04/03/2009 12:03

pour le bêchage je ne peux guère donner mon avis: je n'ai pas de potager et le jardin compte presque uniquement des arbustes qui se débrouillent bien sans. Pour le paillage j'ai testé les cartons , les feuilles , le papier journal...Les plantations ont apprécié. les bâches, je les garde pour les endroits difficiles où elles m'évitent de me battre sans arrêt avec les ronces et trop d'orties.

caro 04/03/2009 11:51

pour le potager je recouvre en fin de saison d'une bonne couche de tontes de pelouse au printemps je recouvre de compost et la terre est très facile a travaillée un simple bêchage suffit
pour les massifs je paille aussi pour ne pas avoir trop de désherbage a faire par contre je n'ai rien mis aux haies et c'est vrai que c'est la que j'ai le plus de travail !

DanielleDMD 04/03/2009 11:35

Depuis quelques temps déjà, faute de Temps on se contente de maintenir le jardin dans une toute relative "propreté",on desherbe grossièrement à la main. Quant à planter ...c'est une autre histoire ! alors bêchage ou pas ? je viendrai prendre conseils sur ton blog.

Lady Isa 04/03/2009 08:01

POur moi, le potager et les massifs de fleurs ne peuvent pas bénéficier des memes traitements... Néanmoins j'en suis encore à la méthode traditionnelle du bechage en 2 temps, car mon petit potager, crée en 2005, correspondait avant à de la pelouse avec une terre argileuse et hyper compacte. Cela dit, je viens de finir de le retourner et pour la 1ere fois depuis sa création, je me dis que je commence à arriver à un niveau de "granulométrie de terre" satisfaisant: les ajouts - sable, terreau, chaux - et les différents bechages ont fait effet. Donc, avec ce terrain mieux préparé, je pense adopter les prochaines années le non-bechage (d'ailleurs j'essaie de convaincre ma petite mère depuis des années pour son potager à elle ... mais ayant toujours vu retourner la terre, elle ne veut rien entendre !). Côté paillis, tout ce que je peux pailler au potager (avec de la paille), je le fais !

Pour les fleurs, je fais à peu près comme toi... sauf qu'ici je me passe de baches car je n'aime pas trop ça mais surtout j'ai un tout petit jardin moi... Donc l'huile de coude est suffisante pour venir à bout de mon petit univers. Dans ton cas, l'échelle est différente et forcemment il faut trouver des solutions !

Merci pour cet article très intéressant et bravo pour toute cette réflexion qui t'anime et que tu nous soumets.

renée Boy 03/03/2009 23:54

Bonsoir Claude...

Aujourd'hui j'ai nettoyé un massif qui était envahi par le chiendent et la potentille (*) ce sont de véritables pestes...
J'ai effectivement arraché les plantes et enlevé les racines unes à unes avec une "Gouge à asperges".. très efficace ,puis j'ai bêché la terre, ajouté du compost et de la cendre (du tas à brûler) pour alléger la terre...
Et ensuite j'ai replanté( j'en ai profité pour diviser les plantes)...

Ne pas oublier le paillage qui évite beaucoup de désherbages!

C'est un travail très fastidieux et fatigant (*) mais le résultat vaut bien ce temps passé... toute une journée!

claude lasnier 04/03/2009 14:35


Je suis comme toi, capable de passer une journée à 4 pattes à désherber, mais uniquement s'il fait beau et que je n'ai rien de plus urgent à faire. De toute façon je suis incapable de rester le
derrière dans une chaise longue à ne rien faire et dès que je fais le tour du jardin je trouve tout de suite 50 choses urgentes à faire. Certains pourraient prendre cela pour un pensum mais moi j'y
prends beaucoup de plaisir. J'adore toucher la terre, me dépenser physiquement en faisant des gestes utiles et observer la nature autour de moi. Comme tu le dis, c'est fatigant mais c'est "de la
bonne fatigue". D'ailleurs quand j'ai dit à mon cardiologue que je jardinais intensivement, il n'a pu qu'approuver!


Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories