Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 12:08

 Femme de lettres anglaise, féministe, éprise de philosophie et de littérature, l’écrivain(e) * Virginia Woolf était aussi amoureuse de la campagne et des jardins.  Au hasard de ses pages, il est facile de trouver des références à ces jardins qu’elle aimait, à son jardin de Monk’s House et à la campagne qui lui rappelait son enfance.

 

Dans «Instants de vie », elle décrit un jardin qui ressemble au mien, cloisonné et entouré de haies, à l’anglaise, avec des « recoins » …

 

« Elle se trouvait dans un jardin en pente qui s’était divisé de lui-même en cinq jardins indépendants entourés d’épaisses haies d’escallonia dont les feuilles, quand on les froissait, dégageaient une odeur très douce. Il y avait tant de recoins, de culs-de-sac et de pelouses encerclées que chaque endroit avait son nom : il y avait le jardin du Café ; la Fontaine (un bassin avec un conduit d’où l’eau coulait goutte à goutte, cerné de plantes vertes humides) ; la pelouse de Cricket ; le Coin d’Amour abrité par la serre, où poussaient les « jackmanii » (clématites) violet foncé […] Puis il y avait le jardin potager ; la plate-bande de fraisiers […] Tous ces différents endroits retranchés étaient contenus dans cet unique jardin de deux ou trois arpents tout au plus. »

 

Dans « The waves », traduit en 1937 par Marguerite Yourcenar, son personnage Susan fait un retour sur sa vie, au jardin qu’elle a cultivé, avec une belle image sur les enfants qui, comme des fruits qui se libèrent de leur enveloppe protectrice, cassent les fils qui les rattachent à vous.

 

« I have grown trees from the seed. I have made ponds in which goldfish hide under the broadleaved lilies. I have netted over strawberry beds and lettuce beds, and stitched the pears and the plums into white bags to keep them safe from the wasps. I have seen my sons and daughters, once netted over like fruit in their cots, break the meshes and walk with me, taller than I am, casting shadows on the grass.”

 

*Pourquoi le mot "écrivain"n’aurait-il pas un feminin?

 

Pour illustrer cette belle image: un Amour en cage ( Physalis alkekengi).

 

 

DSC06599.jpg 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardin littéraire
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 18:52

L'hiver fut doux mais il fut long...et ce n'est peut-être pas fini. Les amandiers en fleurs étaient sous le givre jeudi dernier, dernier jour de février, dans mon jardin près de Toulouse.

 

DSC07254.jpg

Repost 0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 19:24

DSC07177.jpg

 

Une colonie de perdrix rouges a élu domicile au jardin et je les aperçois de temps en temps dans la prairie. Elles sont très farouches et courent ou s’envolent au moindre bruit ou mouvement suspect. Ces derniers jours, elles ont bravé leur peur et se sont aventurées sous l’appentis qui jouxte la maison. J’avais bien repéré quelques jours auparavant que le sol en terre battue avait été remué et je pensais qu’un chat était venu se rouler là. La surprise a été complète. De fait, les coupables étaient bien les perdrix. Je les surprends de temps en temps venir s’ébrouer dans la terre sèche et sablonneuse. Intriguée, je me suis documentée et ai découvert que ces oiseaux aiment les collines sèches et les terrains rocailleux. Avec les intempéries des derniers mois, elles ont sans doute été dépaysées. La terre sèche de mon appentis leur a ainsi donné la possibilité de prendre un bain de poussière.  Il faut voir avec quelle délectation elles se couchent,  se roulent et s’ébrouent. Evidemment, dans la poussière, elles ferment les yeux et ne me voient pas les prendre en photo à travers la vitre ! Il faut quand même ruser un peu car elles détectent le moindre mouvement, même à l’intérieur de la maison. Je me suis cachée derrière une plante verte !

La perdrix rouge se reconnaît facilement à son bandeau blanc au-dessus de l’œil et à son bec et ses pattes couleur corail. La femelle peut pondre deux couvées successives dans deux nids différents. L’une d’elle est alors couvée par le mâle. La colonie que j’ai pu observer comportait une dizaine d’oiseaux mais aujourd’hui je n’en ai vu que deux. Il faisait beau et les chasseurs étaient malheureusement de sortie.

 

DSC07181.jpg

 

DSC07179.jpg

 

DSC07178.jpg

 

DSC07174.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 17:16

Il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut, il pleut...

et la rivière locale, la Gimone, ne reconnaît plus son lit!

 

DSC07211.jpg

 

DSC07212.jpg

Repost 0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 19:55

DSC07167.jpg

 

Une espèce invasive et nuisible de plus dans la liste déjà longue des insectes destructeurs des plantes du jardin. Celui-ci s’attaque aux géraniums et pélargoniums. Quelques unes de ces plantes passent actuellement l’hiver au chaud dans un coin de la maison et déjà, depuis quelques jours, quelques Cacyreus marshalli, jolis petits papillons apparemment  inoffensifs, ont éclos et volettent autour des plantes avant d’y pondre leurs œufs par dizaines. En une saison, il est possible d’attraper plus d’une centaine de papillons sur un seul géranium. C’est ce qui est arrivé à une de mes connaissances habitant les Pyrénées Orientalesle papillon est très présent.  Ce papillon, qui vient du sud de l’Afrique, a peu à peu colonisé les pays où le géranium et le pélargonium sont utilisés dans les jardins. La France est bien sûr concernée. C’est le transport des plantes qui a favorisé son expansion.

Les chenilles du Cacyreus marshalli s’attaquent aux hampes florales et perforent les tiges pour les dévorer de l’intérieur. Celles-ci sont difficiles à voir car de la même couleur que les feuilles mais si l’on est observateur, on verra de petites crottes qui révèlent leur présence. Les chenilles deviennent ensuite de petites chrysalides qui s’accrochent au revers des feuilles et qui sont, elles aussi, difficiles à voir. Quant au papillon, il est amusant d’observer qu’il fait le mort quand on veut l’attraper. 

Que faire pour s’en débarrasser?  Il faut observer et éliminer les parties de la plantes qui sont attaquées. Repérer les endroits où les tiges sont perforées et couper largement en dessous. Brûler les déchets.  

Bien sûr, il est préconisé de détruire les papillons. Mais si l’on commence à détruire tous les insectes et papillons qui s’attaquent à nos fleurs et légumes au jardin, nous n’avons pas fini ! Une note d’espoir quand même : il semble que le Cacyreus marshalli ne s’attaque pas aux petits géraniums vivaces des jardins.

 

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 15:19

DSC04019.jpg

 

La neige a ceci d’extraordinaire qu’elle peut transformer un paysage en quelques minutes. Dépaysement assuré. Rien de tel pour rompre la routine et transformer ce qui nous semble vilain en beauté immaculée. Même si elle complique les tâches quotidiennes, il est surprenant de constater à quel point on l’aime. Elle a sur nous un pouvoir apaisant, inspire les peintres et les poètes, interroge les mathématiciens.

Invité à l’émission de France Inter « La Tête au Carré » le 21 janvier dernier, l’écrivain et poète Daniel Tammet  qui vient de publier le livre « L’éternité dans une heure. La poésie des nombres » parle ainsi de la neige :

«  Quand je regarde les flocons tomber, je perçois l’infini, je perçois même l’éternité puisque les flocons de neige, chaque flocon, comme chaque individu, est unique. Et en même temps, il y a des formes, des multitudes de formes, presque innombrables et donc, cette complexité qui fascine depuis toujours les gens, pose une question mathématique : qu’est-ce que la complexité ?

Dans les différentes cultures, chacun voit les flocons différemment … Les tribus, par exemple en Afrique, considèrent que la neige, pour eux, c’est le coton. Dans la Bible, c’est la laine. Pour d’autres, c’est le papier. Pour les Chinois, c’était les fleurs… »

Au-delà de la matière,  c’est la forme qui intéresse, l’existence  « d’un nombre infini de variations possibles. C’est çà qui impose cette beauté incroyable. Donc on est à la fois dans les mathématiques et dans quelque chose d’artistique, une beauté époustouflante ».

DSC07139.jpg

 

Le jardinier aussi aime la neige. La neige a une action bénéfique sur la végétation qu’elle protège du grand froid et du dessèchement. Comme elle se laisse traverser par les rayons lumineux et calorifiques, le sol sous la neige ne gèle pas, ce qui explique que l’on peut voir la végétation se développer et percer une légère couche de neige au printemps.

La neige embellit les végétaux fanés du jardin qui se refont ainsi une beauté, tel  le Miscanthus de la photo dont les « barbes » sont comme recouvertes de mousse à raser.

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 17:52

DSC07115.jpg

 

DSC07133.jpg

Les papillons nous manquent en cette froidure. Repliés au chaud dans la maison, nous rêvons à des temps meilleurs et les idées de bricolages au coin du feu germent plus facilement que les graines au jardin. En voilà une qui a germé au moment de jeter le bidon de lessive vide. Un feutre, une paire de ciseaux et un peu de peinture ont transformé le dit bidon en papillon. En moins de deux le Morio * a atterri sur une feuille du Solandra * en fleurs.

Pour occuper les jours de pluie avec les enfants (ou de neige, c’est d’actualité), reproduire les vrais papillons est un bon moyen d’apprendre à les connaître. On peut même les multiplier pour créer des effets de masse au jardin comme ces nuées anonymes vues au Futuroscope de Poitiers et aux jardins de Chaumont-sur-Loire l’été dernier (photos ci-dessous).

DSC05780.jpg

 

 

 

*Le Morio est une Vanesse plutôt rare que l’on peut voir dans le sud-ouest de la France dans les régions montagneuses, en altitude (Pyrénées).

* Le Solandra grandiflora est une plante tropicale d’Amérique du Sud qui se plaît bien dans la maison et nous gratifie d’une floraison spectaculaire en janvier. Elle n’a qu’une exigence : il faut très peu l’arroser. La fleur de la photo mesure 10 cm de diamètre.

 

 

 

 

 

 

DSC05581.jpg

 

 

Quelques conseils :

 - avant de peindre, plier légèrement le plastique au niveau de l’abdomen pour incurver légèrement les ailes. Fixer une attache en dessous avec une colle spéciale plastique.

- utiliser de la peinture spéciale pour plastique, par exemple des peintures pour maquettes (aéromodélisme). La peinture acrylique n’adhère pas sur le plastique, ni la peinture à l’eau. La peinture à l’huile fonctionne mais c’est très long à sécher.

 

Repost 0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 21:48

Un moment d'émotion au fil de l'exposition "Bohêmes" qui se terminait aujourd'hui à Paris: le brouillon original du célèbre poème d'Arthur Rimbaud, magnifiquement illustré par la paire de chaussures usées de Vincent Van Gogh peinte en 1886, alors qu'il vivait la bohême à Montmartre.

 

DSC06654.jpg

 

DSC06655.jpg

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardin littéraire
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 11:01

DSC07048

 

Il fallait oser un titre pareil ! Mais cette exposition est une merveille de pédagogie !  Les moyens utilisés sont particulièrement habiles pour rendre l’exposition aussi passionnante pour les petits que les grands. Idéale à visiter en famille pour déclencher la surprise, le questionnement et donner des réponses qu’il n’est pas toujours aisé à donner pour les parents.

L’exemple des animaux et des insectes dans le domaine de la sexualité est riche d’enseignements.  Tous les cas de figure existent en matière desexualité animale ;  la sexualité humaine, si l’on y pense,  est bien banale !  L’exposition aborde aussi d’autres  aspects que le mode de reproduction : les techniques de séduction et la façon dont les animaux prennent en charge leur progéniture.

Beaucoup d’humour aussi dans les vidéos  où Isabella Rossellini se transforme en escargot, en canard ou en saumon moribond : une prouesse artistique et pédagogique.

Une seule image choc pourrait déclencher l’incrédulité et le malaise : une vidéo de divers insectes et animaux dans l’acte de reproduction dans laquelle la femelle Mante Religieuse dévore son mâle en commençant par les yeux ! Mais c’est bien la réalité ! Il fallait voir la tête des deux ados assis à mes côtés !

 

Au Palais de la Découverte, à Paris, jusqu'au 25 août 2013.

 

DSC07050.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 19:15

Une image du jardin sous le givre il y a quinze jours à peine. Aujourd'hui, une douceur printanière et un soleil éclatant nous ont surpris. Avec 14 ° dans l'après-midi, les bourdons s'étaient réveillés et butinaient bruyamment les Mahonias en fleurs. Sommes nous bien en hiver?

 

Je souhaite à tous les visiteurs de ce blog une bonne année 2013.

 

DSC06611.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories