Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 14:12

DSC00828.jpg

 

La chenille du Cucullia a des couleurs et des motifs superbes, comme beaucoup de chenilles d’ailleurs. Cela ne veut pas dire que le papillon qui naîtra sera aussi joli. De fait, le papillon Cucullia est du genre marron, très peu coloré. La plante qui nourrit cette belle chenille ne se distingue pas non plus par sa beauté. Je ne regrette donc pas de la voir mangée et je préfère admirer les chenilles qui la dévorent. La Scrofularia scorodonia est une plante médicinale qui doit son nom à la Scrofula, forme de tuberculose que certaines espèces du genre Scrophulariacea peuvent soigner.

Plusieurs autres plantes de cette même famille peuvent nourrir la chenille du Cucullia dont le Bouillon blanc (Verbascum thapsus) et la Molène noire (Verbascum nigrum), tous deux présents dans mon jardin.

 

(Ceci est la réponse à la devinette du 27 avril).

DSC00827.JPG

 

Repost 0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 21:56

Gros plan sur un habitant du jardin aux couleurs originales. Indice: la plante est Scrofularia scorodonia.

 

DSC00829.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jouer avec les images
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 10:33

Décor de Pâques un peu kitch dans la banlieue de Berlin où j’étais en voyage à Pâques l’an dernier. Joyeuses Pâques !

 

DSC05990.jpg

 

DSC05991.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 12:47

DSC00754.jpg

 

La Libellule déprimée (Platetrum depressum) est une libellule commune des jardins pourvus d'une mare. Il s'agit ici d'une femelle. Les mâles se reconnaissent à leur abdomen bleu.

Cette grosse libellule ne passe pas inaperçue avec son vol saccadé. Elle est facile à photographier car elle se pose en général sur un perchoir, une branche d'où elle guette sa proie. Elle se nourrit d'insectes volants.

 

DSC00761.jpg

"Libellule déprimée" est, bien sûr, la réponse à la devinette du 21 avril. J'ai voulu par un gros plan attirer l'attention sur la complexité et la beauté des ailes de cet insecte archiptère.

Merci à tous ceux qui ont répondu à ma devinette.

Repost 0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 16:04

Devinette: voici le thorax d'un insecte archiptère bien connu dans les jardins pourvus d'un point d'eau. De quel insecte s'agit-il?

Indice: "Aurait peut-être besoin d'un anti-depresseur ! "

 

DSC00754.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jouer avec les images
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 22:49

 

 

DSC00725.jpg

 

Elle est sans conteste la plus belle de toutes les fleurs de mon jardin. Depuis une semaine elle est épanouie et je ne peux résister au plaisir de caresser les larges pétales soyeux de ses fleurs, d’admirer leur transparence à contre-jour, d’observer les bourdons et surtout les cétoines brouter leur pollen. Je sais que le spectacle ne durera guère plus de quelques jours, peut-être moins si une pluie ou une bourrasque survient.

Dès que j’ai eu un jardin, la première fleur que j’ai désirée fut la pivoine. Je rêvais depuis longtemps d’un grand bouquet de ces pivoines généreuses que l’on voit le printemps venu dans les vieux jardins. Quinze ans plus tard, je savoure le plaisir d’en avoir plusieurs variétés toutes aussi belles les unes que les autres. Pour les pivoines arbustives c’est le temps minimum pour avoir un bel arbuste bien ramifié. La plante est lente, très lente à pousser. Il faut savoir attendre et ne pas se tromper : les pivoines arbustives ont horreur d’être transplantées. Leurs racines sont profondes contrairement aux pivoines herbacées. Il est donc problématique de les changer de place. Elles apprécient un terrain frais, fertile plutôt au soleil, en terrain drainé et à l’abri du vent. Elles n’aiment guère le voisinage d’autres plantes et préfèrent être en situation isolée, bien dégagée des arbres et des arbustes.

Les pivoines (paeonia) ont bien sûr une longue histoire. Leur nom vient de Paeon, médecin des dieux grecs qui, grâce à leurs propriétés médicinales aurait guéri Hadès, dieu des Enfers. Les Chinois les cultivent depuis le VIIIè siècle. Elles ont depuis longtemps inspiré les artistes. A défaut de les peindre, on ne peut résister au plaisir de les photographier pour prolonger un peu le plaisir.

 

DSC00719.jpg

 

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 10:57

Les beaux jours revenus, la frénésie s’empare du jardinier. Après la frustration de l’hiver et les craintes toujours aussi vives, avec les gelées, de voir disparaître telle plante un peu fragile, le soleil et les températures estivales de la première semaine d’avril ont boosté le jardin et rassuré le jardinier. Au point qu’il se sent maintenant totalement débordé ! L’herbe pousse trop vite et lorsque qu’il voudrait se faire plaisir à organiser une nouvelle plate-bande ou à semer ses légumes d'été, il se retrouve à tondre, tondre et tondre encore.

A toute chose malheur est bon et pour bien jardiner il ne faut pas avoir la mémoire trop courte. Il est beaucoup trop tôt pour planter tomates, capucines, dahlias et autres frileuses qui préfèreront rester au chaud dans leurs caisses sous un voile d’hivernage plutôt que de risquer un coup de froid. Leur jeune feuillage tendre n’y résisterait pas.. Il a fait jusqu’à 30° la semaine passée en pleine après-midi ici dans le sud-ouest de la France et l’on aurait pu croire l’été arrivé. Mardi dernier pourtant, au lever du jour, un léger voile de givre semblait blanchir le toit de la grange en face de la maison.

Le réchauffement de la planète n’y changera rien, les fameux Saints de glace sont toujours là. Ils peuvent nous faire le grand écart de 30° à –1° en 48 heures et nous surprendre.  Une pluie de grêle peut survenir à tout moment. Et l’on en revient toujours au bon vieux dicton : « En avril ne te découvre pas d’un fil ! ». Attendre mai est le plus sage à moins d’utiliser cloches et tunnels plastiques coûteux et plutôt inesthétiques ! Chaque jardinier dans chaque région de France a sa première date de plantations calculée en fonction de ses observations climatiques année après année. Pour moi ici, c’est le 9 mai.

 

Ci-dessous: semis en attente de repiquage sous un voile d'hivernage.

 

DSC00659.jpg

Repost 0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 10:01

Luzia-Simons.jpg

 

Plusieurs siècles après Rabel (1624) puis Redouté (1785) qui les reproduisirent avec une précision minutieuse au bout de leur pinceau, Luzia Simons, artiste photographe contemporaine, a trouvé une technique beaucoup plus précise et spectaculaire d’immortaliser la beauté des tulipes: la scannographie.

Cette artiste d’exception propose en grand format des compositions de tulipes plus vraies que nature et pour cause : elle scanne de véritables tulipes. J’ai découvert ses oeuvres lors de deux expositions, à Chaumont-sur-Loire en 2009, puis à Berlin où elle expose régulièrement, en 2010.

Elle affectionne les tulipes perroquets dont les pétales découpés, dentelés et recourbés offrent un bouquet d’une esthétique et d’une délicatesse extraordinaires.

 

DSC06581.jpg

Luzia Simons explique son intérêt pour la tulipe non seulement par la beauté de la fleur mais aussi par le symbole qu’elle représente. C’est une fleur qui est loin d’être anodine par son histoire. « La tulipe est orientale, iranienne et turque et symbolise la vie humaine » dit-elle.

Son oeuvre, d’une grande originalité, nous fait bien sûr aussi penser aux bouquets des peintres hollandais du XVIIè siècle. A cette époque, la nature morte représentant fruits, fleurs et légumes était en vogue. Ces produits étaient plus rares qu’aujourd’hui et seuls les gens fortunés pouvaient en disposer. Les tulipes avaient alors le prix de l’or.

Les tulipes auraient été introduites en Europe au XVIè siècle par des ambassadeurs revenant de Turquie. Au siècle suivant, les tulipes furent l’objet d’un commerce florissant aux Pays Bas, en France et en Angleterre. A partir de 1630, la Hollande connut une période de folie. On parle aujourd’hui de « tulipomania ». Les bulbes de tulipes furent l’objet de spéculations incroyables et certains bulbes pouvaient atteindre des prix exorbitants. Nous n’échangerions pas aujourd’hui des tulipes contre des diamants... sauf peut-être s’il s’agissait des tulipes géantes de Luzia Simons !

 

Ci-dessous: un bouquet de tulipes blanches 'White Dream' dans mon jardin du Sud Ouest de la France.

 

DSC00546.jpg

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 13:24

Ce n’est pas la première fois que les jardiniers adeptes du jardin naturel sans pesticides ont recours aux insectes ou animaux pour éviter des méthodes de culture préjudiciables à l’environnement. Après les coccinelles asiatiques introduites dans nos jardins pour lutter contre les attaques de pucerons, voici un autre auxiliaire que l’on propose d’introduire en quantité dans les jardins, non pas cette fois pour lutter contre des prédateurs mais pour favoriser l’aération du sol et éviter d’avoir recours au labour qui, on le sait, n’est pas une bonne technique de culture dans un jardin naturel. Le compostage à même le sol sans retourner la terre est la meilleure méthode et nombre d’agriculteurs voyant leur terre s’appauvrir  à force d’être retournée et saturée de pesticides commencent à remettre en question ce mode de culture et à s’intéresser à la technique du BRF déposé sur le sol pour reconstituer un humus naturel. Il y a cependant un inconvénient à cette technique, c’est le tassement du sol qui, à la longue pourrait nuire au bon enracinement des plantes. Un agriculteur a donc eu une idée qui peut être utilisée aussi bien dans un petit jardin que sur une terre agricole : il s’agit de l’introduction massive de taupes, qui, on le sait, n’ont pas leur pareil pour creuser des galeries dans le sol, ce qui contribue à l’aérer et à le drainer. Si cette idée fait son chemin, nous verrons sans doute bientôt des élevages de taupes et même des taupes à la vente dans les jardineries !

 

Ci-dessous: galeries de taupes dans mon potager.

DSC05752.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Astuces de jardinier
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 20:30

DSC00562.jpg

 

L’arbre de Judée (Cercis siliquastrum) est l’arbre parfait. Un peu lent à pousser il est vrai, mais tellement peu exigeant. On le plante, puis on l’oublie... jusqu’au jour où il se rappelle à votre bon souvenir en vous offrant la plus belle floraison printanière qui soit. Ne le taillez pas, ne l’arrosez pas. Ne le traitez pas, il n’est jamais malade ! Il préfèrera un terrain frais mais bien drainé,  profond et fertile en plein soleil ou à mi-ombre. L’arbre de Judée a la particularité de fleurir avant de développer des feuilles, comme certains magnolias. Après la floraison apparaissent des gousses de graines plates qui deviennent brunes à l’automne. On peut très bien semer ces graines. Le reste n’est que patience !

 

Dans mon jardin, l’arbre de Judée est planté à mi ombre dans une terre argilo-calcaire fraîche en été. Il a été planté voici une quinzaine d’années. Il est issu d’un semis.

 

Ci-dessous : L’arbre de Judée vu de loin au fond du jardin.

 

DSC00559.jpg

 

... et d'un peu plus près...

 

DSC00557.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories