Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 23:21

DSC07495.jpg

 

 Rosier aux tiges longues et souples, idéal pour orner une arcade, ourler une fenêtre ou pleurer sur un muret, ‘Paul Transon’ est un croisement de Rosa wichurana et de ‘L’ideal’ obtenu en 1900 par Barbier. Ce rosier m’a été vendu sous ce nom par le rosiériste André Eve et je n’ose croire qu’il puisse y avoir eu erreur sur l’étiquette. Il est pourtant souvent confondu avec ‘Paul Noël’. Comme l’indique le très beau livre de la « Royal Horticultural Society » - Encyclopedia of Roses – il y a une terrible confusion entre ‘Paul Transon et ‘Paul Noël’ en Europe. La plupart des rosiers vendus en Europe sous le nom de ‘Paul Transon’ sont en fait des rosiers ‘Paul Noël’. Un petit tour sur le net m’a permis de constater qu’il est difficile de faire la part des choses et de trouver qui a raison. Faisant confiance à l’ouvrage de référence cité plus haut, j’ai donc mené mon enquête et vérifié chaque caractère décrit. Mon rosier ressemblerait en fait plutôt à ‘Paul Noël’ par ses pétales fripés à l’aspect un peu décoloré sur le revers et au petit coeur teinté de jaune de ses fleurs couleur corail. Les fleurs apparaissent groupées, le plus souvent par cinq mais parfois par trois. Par contre les feuilles ne sont pas très foncées et sont luisantes. Les rameaux sont de teinte pourpre vers leur extrémité, ce qui est une caractéristique du rosier ‘Paul Transon’. Contrairement à ce que j’ai lu, le parfum de ses roses n’est pas très puissant et aucune maladie n’affecte ce rosier qui est très sain et vigoureux. Il se marcotte tout seul  très facilement grâce à ses tiges souples qui retombent au sol. Si vous possédez le rosier ‘Paul Noël’, votre avis m’intéresse pour faire des comparaisons.

 

DSC07479.jpg

 

DSC07478.jpg

Repost 0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 10:48

Les roses du jardin sont toutes en fleurs. Tout comme un feu d’artifice, le spectacle ne durera pas longtemps et il faut vite en profiter. Pour prolonger le plaisir, un bouquet dans la maison est comme la cerise sur le gâteau. D’ailleurs, la cerise, on l’a aussi. Et même la fraise ! Le jardin explose de couleurs et de saveurs.

Dans le bouquet, on reconnaît ‘Snow Ballet’, ‘Rose de Rescht’, ‘Laure Davoust’, Albertine’ mais je ne connais pas le nom de cette belle rose, rose tendre aux pétales entrecroisés et repliés comme un origami. Peut-être la connaissez-vous ?

 

DSC07517

 

DSC07516.JPG

Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 23:06

DSC07016.jpg

 

Hunnemannia et Eschscholzia ont beaucoup de points communs. Tous deux appartiennent à la même famille des Papaveraceae et fleurissent en même temps, à partir de la deuxième semaine de mai. Ils ressemblent tous deux à un pavot avec leurs pétales délicats, jaunes pour l’Hunnemannia et orangés, jaunes ou rouges pour l’Eschscholzia mais la fleur de l’Hunnemannia a davantage la forme d’une tulipe. D’ailleurs les anglais le nomment « Mexican tulip poppy ». Les ressemblances s’arrêtent là. Alors que l’Hunnemannia pousse dans les zones rocailleuses du Mexique, l’Eschscholzia vient de Californie ( Californian poppy). Ils n’ont pas non plus la même résistance au froid. J’ai réussi à conserver mon Hunnemannia en pleine terre mais protégé d’une cloche pour le préserver du froid et de l’humidité. L’Eschscholzia est rustique et peu exigeant. Enfin, dernière différence notable, les pétales de l’Eschschlzia se ferment selon le moment de la journée et la luminosité alors que j'ai pu observer que la fleur de l’Hunnemannia reste plus souvent ouverte.

 

DSC07322.jpg

Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 11:16

DSC07404-copie-1.jpg

 

DSC07407-copie-1.jpg

 

Cocktail orange, banane et fleur d’ anchuse

 

La chaleur est enfin au rendez-vous. Que diriez-vous d’un petit cocktail fleuri à déguster au jardin ?

Voici ma recette:

Citronnez le bord de votre verre et posez le sur une assiette de sucre en poudre.

Remplissez le verre de jus d’orange frais. Ajoutez une petite dose de gin, un petit peu de liqueur de banane, et, pour finir un soupçon de curaçao bleu. Le cocktail virera de l’orange au vert plus ou moins foncé selon la quantité de curaçao ajoutée. Une bonne occasion de s’amuser avec les enfants. Pour ces derniers, il est facile de supprimer les alcools et de les remplacer par un petit peu de menthe verte. Leur cocktail aura la même couleur que ceux des grands.

Posez une fleur d’anchuse au centre pour la décoration et dégustez.  Si vous n’avez pas de fleurs fraîches, vous pouvez aussi servir vos fleurs dans des glaçons. Une petite feuille de menthe fraîche peut aussi remplacer la fleur.

 

Les fleurs d’anchuse n’ont aucune valeur gustative. Elles sont comestibles mais sont surtout très décoratives. Elles se détachent très facilement de leur calice et restent fraîches longtemps. (Le cocktail peut être gardé au frais trois heures à l’avance, la fleur ne se flétrira pas).

Les liqueurs « Marie Brizard » se trouvent facilement en grande surface. La fleur d’anchuse peut se remplacer par toute autre fleur comestible. Je recommande le superbe livre de Kathy Brown « Fleurs gourmandes » aux éditions Hachette pour trouver des idées. Le livre propose la recette d’une salade d’oranges, cresson et anchuse.

On peut aussi trouver de précieux renseignements ICI.

  

L’Anchusa azurea est une plante rustique actuellement en pleine floraison. Elle est de la même famille que la Bourrache. Ses fleurs d’un bleu profond font merveille au jardin et sont mellifères.

 

Rappel : L’utilisation des plantes et fleurs dans l’alimentation exige une parfaite connaissance des plantes. Le risque de confusion est le même que pour les champignons. La prudence s’impose aussi en cas de personnes allergiques au pollen et bien sûr il faudra vérifier que les plantes n’ont pas été traitées.   

 

                                                                       DSC07374.jpg                                                                            

DSC07430-copie-3.jpg                                       

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier gourmand
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 23:15

DSC07333.jpg

 

Voilà un petit coléoptère qui ne passe pas inaperçu. Impossible de visiter le jardin incognito avec un postérieur aussi lumineux ! Mais que pouvait bien faire la jardinière dans son jardin la nuit venue ? Elle ramassait ses fraises, la gourmande ! Le petit point vert fluorescent qui dénonce la présence du Lampyris noctiluca est toujours une attraction et une interrogation et fait inévitablement remonter à la surface les souvenirs d’enfance et la fascination que suscitait cette bestiole aux pouvoirs magiques. C’est en fait la femelle qui, par son aspect de larve, a valu à ce coléoptère le nom de ver luisant. Elle émet une lumière pour attirer les mâles. De fait, ces deux là étaient en train de s’accoupler lorsque je les ai ramassés. Le moins que l’on puisse dire c’est que la femelle et le mâle ne se ressemblent pas. Je les ai bien sûr relâchés dans la nature après la photo. Ils sont utiles au jardin car ils se nourrissent d’escargots. Le guide entomologique Delachaux signale que les vers luisants se voient moins fréquemment qu’autrefois. Seraient-ils eux aussi en danger ?

 

DSC07334.jpg

Repost 0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 22:33

Deux commentaires très élogieux entendus parmi les visiteurs lors de la fête des plantes organisée hier aux jardins de Coursiana à La Romieu, près de Lectoure dans le Gers, résument bien à quel point ce jardin est remarquable :

«  La jardinière (et propriétaire) est passionnée et passionnante » ( commentaire glané à l’issue de la visite guidée)

« C’est incroyable : je ne connaissais pas ce jardin bien que j’habite à côté. Il est extraordinaire. Je reviendrai ».

Effectivement, je le confirme, ce jardin classé « remarquable » en 2005 par le Ministère de la Culture est remarquable. Son histoire commence par celle d’un botaniste passionné qui est à l’origine d’un arboretum exceptionnel et se continue par celle de deux autres passionnés, actuels propriétaires et jardiniers, qui poursuivent avec un grand talent la conservation de plus de 700 essences d’arbres et d’arbustes dont certains sont très rares. La maison de caractère gersois entourée de son jardin à l’anglaise, d’un potager et d’un jardin de plantes médicinales offre une vue imprenable sur la célèbre Collégiale de La Romieu, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. L’accueil est chaleureux, les lieux enchanteurs et, chose rare, toutes les espèces végétales sont étiquetées avec rigueur et précision. Une petite pépinière permet au visiteur d’acquérir certaines des espèces rares du jardin. Les amateurs de jardins peuvent difficilement rêver mieux.

 

DSC07214.jpg

 

DSC07095.jpg

 

DSC07216.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:40

Le mois de mai est un beau moment pour se marier. Au jardin, lilas, viburnum et seringat forment un écrin rêvé pour des bouquets de mariage. La jardinière s’est improvisée fleuriste d’un jour. C’était l’an dernier, le 9 mai. Joyeux anniversaire Pierre et Aurore.

 

DSC02635.jpg

 

DSC02646.jpg

 

DSC02539.jpg

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 21:10

Comment peut-on savoir si une glycine vient de Chine ou du Japon ? Si elle s’enroule autour de son support dans le sens des aiguilles d’une montre, il s’agit d’une glycine du Japon.

 

DSC07027

 

DSC07048-copie-1.jpg

 

DSC06542

 La beauté des fleurs de glycine a inspiré de nombreux artistes.

Ci-contre, un vase au décor de fleurs de glycine créé par le grand maître verrier de l'Art Nouveau, Christian Désiré à la verrerie de Meisenthal en 1895.

 

Ce vase est exposé au musée "Kunstgewerbemuseum" de Berlin.

 

Quelques conseils de culture et de taille: 

J’ai choisi de conduire ma glycine ‘Violacea Plena’ encore appelée ‘Double Black Dragon’ en arbre. Tout d’abord enroulée autour d’un piquet métallique, je l’ai ensuite taillée régulièrement en parapluie. Deux fois par an, lorsque ses pousses prennent trop de longueur, je la taille ( je coupe tout simplement toutes les branches à la longueur voulue). Je supprime aussi toutes les tiges qui partent vers le bas et celles qui se reforment sur le tronc principal. La glycine a toujours tendance à s’affaler. Il faut donc couper de préférence avant un bourgeon ou un rameau orienté vers le haut. Il m’a fallu attendre cinq ans avant de parvenir à la faire fleurir. Ma terre était trop riche alors qu’il semble que la glycine doive souffrir pour fleurir. J’avais lu que, dans ce cas, couper une de ses racines pouvait l’aider à fleurir. Cette recette a bien marché. Depuis, elle fleurit généreusement chaque année.

 

 

 

 

 

 

 

Attention cependant à ne pas planter votre glycine trop près d’une façade. Ses racines sont d’une puissance redoutable.DSC05479-copie-1.JPG 

 

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Astuces de jardinier
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 14:25

Le « Tacheles » est un squat très connu de BERLIN, situé dans le quartier MITTE, c’est à dire au coeur de la ville. Le lieu est prisé des touristes car squatté par des artistes de tous horizons. Ces derniers occupent un immeuble et un terrain à l’arrière dont la seule perspective est un haut mur couvert de tags. La visite est un enchantement pour le visiteur en quête d’inattendu, de surprises et d’originalité. L’ensemble est crado, tagué, bariolé et jonché d’objets recyclés et hétéroclites. La mise en scène est cocasse et l’humour est dans chaque objet, détourné de son utilisation d’origine. Une forge crache un nuage de fumée noire. Le forgeron travaille d’arrache pied. Ses créations d’animaux métalliques gigantesques peuplent la cour. Un peu plus loin, derrière une carcasse de bus taguée à outrance se trouve le jardin botanique du squat. Le jardinier y vit, dans une cabane, et vous guide à travers de petits sentiers improvisés vers un trou d’eau ou règne une grenouille. La grenouille du squat. Quelques pâquerettes et du muscari créent de petites touches de couleur au milieu des herbes folles. Des panneaux d’information dignes des plus grands jardins botaniques nous informent sur la biodiversité du jardin. Visite guidée, en anglais s’il vous plaît !  Cartes postales en vente à la sortie, immortalisant les papillons et la grenouille du jardin !

 

DSC06391.jpg

 

DSC06394.jpg

 

DSC06397.jpg

 

DSC06401.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 10:25

Je reviens de Berlin et je reviens de loin, de derrière un nuage de cendres volcaniques bloquant l’aéroport et me contraignant à rester plus longtemps que prévu. Je ne m’en plaindrai pas : les huit jours prévus initialement n’auraient pas suffi pour voir toutes les facettes de cette ville surprenante marquée à tout jamais par les cicatrices d’un passé douloureux. 

La première cicatrice se voit à TIERGARTEN. Durant les deux hivers rigoureux suivant la deuxième guerre mondiale, les Berlinois se servent des arbres du parc central de leur ville pour faire du bois de chauffage. La cicatrice se voit à peine aujourd’hui. Ce parc immense a retrouvé sa beauté grâce à une politique de reboisement efficace menée dès 1949. Parcourant la ville en vélo ( c’est le meilleur moyen de circuler ici, à Berlin),  on traverse inévitablement le parc de TIERGARTEN. En ce printemps les tapis d’anémones blanches, de scilla siberica ( une fleuriste de Berlin m’a donné leur nom en allemand : « Blausternchen »), de primevères officinales, de jonquilles et de pachysandra terminalis parsèment les sous-bois. Trente deux kilomètres de sentiers à parcourir en plein centre de Berlin à pied, en vélo mais pas en voiture offrent un dépaysement complet. On passe de la ville à la campagne en un instant à Berlin.

(A suivre)

 

DSC06111.jpg.

 

DSC06110.jpg

 

 DSC06350.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories