Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 12:56


Je les ai aperçus de loin et n’ai donc pas regretté le choix de leur couleur claire. Car bien entendu, j’avais complètement oublié les avoir plantés là. Lorsque le jardin est grand – et le mien commence à avoir une taille à la limite de ce qu’une femme qui travaille peut entretenir seule – il arrive un moment où l’on plante des choses, sur un coup de coeur, un achat intempestif,  à la va-vite, sans prendre le temps de mettre une étiquette. Parce que, de toute façon, on a pas le choix. On le fait comme ça ou on ne le fait pas ! On se dit que, de toute façon, si la chose meurt, on ne le regrettera pas puisqu’on l’aura oubliée. Et si ça réussit on le verra aussi, forcément et ce sera une surprise. Ce fut donc une surprise.

Heureusement, je garde les cartons d’emballage et j’ai pu retrouver leur nom.

Il s’agit de Crocus Blue Pearl de la marque Taylors que j’ai achetés en Angleterre et qui ont obtenu le « RHS Award of Garden Merit ». En général, les plantes étiquetées de ce label ne déçoivent pas. Je ne pense pas qu’il existe l’équivalent de ce label en France malheureusement mais peut-être suis-je mal informée.

 

Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 13:57

Mon N.A.C à moi ne mord pas. Il est gentil, discret, très discret même puisqu’il se cache la plupart du temps. Il peut être bruyant et c’est ce qui me permet de le localiser, car il a l’art de la dissimulation. Mon N.A.C a toutes les qualités. Il est propre, reste tranquillement à m’attendre à la maison, il me débarrasse des insectes nuisibles dont il s’alimente. Il ne me coûte rien. Je ne suis pas allée le choisir dans une animalerie. C’est lui qui m’a choisie. Il a choisi ma maison et il est venu s’y installer tout seul. Il semble s’y trouver bien puisqu’il y est depuis le début de l’hiver (voir mes autres articles dans la catégorie « les habitants du jardin »). Mon N.A.C (Nouvel Animal de Compagnie) à moi, c'est une Rainette !

 

Si vous ne la voyez pas au premier coup d'oeil, cherchez la dans le coeur de la plante, entre deux feuilles, au bas de l'image.

Repost 0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 12:02

La biodiversité au quotidien, Le développement durable à l’épreuve des faits, par Christian Lévêque – Editions Quae et IRD éditions.

 

Pour faire le bon geste au jardin, il faut comprendre la nature et savoir dans quel sens tournent les aiguilles du monde.

 

Et justement, le livre de Christian Lévêque, directeur de recherche émérite à l’IRD et spécialiste des écosystèmes aquatiques, remet les pendules à l’heure. Principalement en relativisant tout et en informant.

L’heure est à la raison, aux comportements raisonnables, au respect de notre environnement, à une prise de conscience basée, non pas sur des faits divers et annonces de catastrophes dont nous abreuvent certains medias, mais sur des vérités, des observations scientifiques et des raisonnements à la logique incontestable.

« Ce livre est né en partie de l’agacement de voir la science prisonnière d’idées reçues dont elle n’a pas nécessairement la paternité mais qu’elle a endossées. Prisonnière aussi de paradigmes écologiques et de théories dont on voit, pour certains, qu’ils ne correspondent pas à la réalité du terrain » (p 15).

 

Avant de parler et de gesticuler dans tous les sens, informons nous !

 

 Ce livre nous donne à réfléchir sur la place de l’homme dans la biodiversité et sur l’impact de sa présence sur son environnement. C’est une analyse de ses comportements positifs ou négatifs et souvent égoïstes,  puisqu’il ne pense et n’agit qu’en fonction de ses propres intérêts au quotidien, sans toujours se préoccuper des conséquences de ses actes sur son environnement. Mais l’homme est-il une « espèce malfaisante »?  Le livre nous montre aussi que l’homme fait et a fait des actions utiles et en tout cas qu’il n’est pas responsable de tout. Avec ou sans lui, le monde bouge et les espèces évoluent (et cela Darwin nous l’a bien montré !). Ce qui ne veut pas dire non plus qu’il ne doit pas avoir une attitude responsable et raisonnable. Parmi les comportements déraisonnables,
C. Lévêque n'approuve pas celui des « intégristes de la conservation » qui voudraient « tout protéger – une attitude certes généreuse mais qui ne correspond pas à la réalité du monde » (p24).

 

Repost 0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 11:50


Ciel bleu et température négative au réveil ce matin (-2°) dans ce jardin du Sud-Ouest de la France. Sous le pommier quelques rares jonquilles téméraires montrent timidement le bout de leurs corolles jaunes.



 Les ombelles fanées des Sedum spectabile reprennent un coup d ‘éclat sous l’effet du givre. On les avait oubliées et voilà que quelques cristaux ravivent leur beauté.



Dans le potager, quelques outils abandonnés me rappellent que je n’ai toujours pas semé mes fèves. La pluie m’avait prise par surprise. On en était resté là, en attendant des jours meilleurs. Peut-être aujourd’hui : le soleil est de retour.

 

Repost 0
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 10:31
Pour les amoureux, la jardinière offre un bouquet du jardin. Un bouquet aux couleurs tendres du mois de mai, composé dans un vase en céramique ancienne de Mintone représentant un poisson. Dans la bouche de ce poisson exotique, des roses Polka, Laure Davoust et une branche de Sisyrinchium avec, pour le feuillage, quelques rameaux persistants  de Filaria (Phillyrea) de la famille de l’Olivier.
Repost 0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 15:37

Il est temps de commencer les semis au chaud à la maison. Voici quelques astuces .Il n’est pas nécessaire d’avoir un grand espace mais il est indispensable de disposer d’une fenêtre si possible avec un bon ensoleillement et d’un abri à l’extérieur pour sortir les semis après repiquage.. Inutile de disposer d’une serre. Il suffit de se procurer en grande surface des bacs de rangement en plastique transparent et de récupérer des petits récipients ( bacs à glace, barquettes d’emballage etc...). Pour le repiquage, se procurer des petits godets ou demander à un pépinièriste des plaques usagées prévues à cet effet.

Les étiquettes sont réalisées en découpant les couvercles des bacs à glace ou d’autres emballages en plastique rigide. Prévoir un marqueur indélébile PENTEL N50 . L’étiquetage rigoureux des semis est indispensable et doit se faire au fur et à mesure.

 

 

 

 

 

 

 

 Mettre 3 cm de bon terreau au fond de chaque récipient, bien humidifier, semer puis recouvrir les graines d’une fine couche de terreau (très fine si la graine est fine), tasser un peu et réhumidifier avec un vaporisateur. Disposer les récipients dans les caisses bien fermées pour maintenir l’humidité et la chaleur et surveiller la levée. Dès que les plantules ont 2 feuilles formées on peut les repiquer

. Il faut être un peu habile pour ne pas casser les jeunes racines. Dès que les plantules auront pris un peu de vigueur et que les racines commenceront à déborder de leur godet, il faudra prévoir de les repiquer à nouveau dans des récipients plus grands et de les sortir dehors (si ce sont des vivaces), sous un abri. Attention, à ce stade, cela demande du temps et de l’espace !

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Astuces de jardinier
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 12:30

 

Ce ne sont pas des cordes, ni des seaux, ni des chats ou des chiens anglais qui se déversent sur nos jardins du Sud Ouest. Ce ne sont pas non plus des vaches qui pissent mais des trombes d’eau, un déluge, une pluie diluvienne qui transforment en pataugeoires les moindres creux et le potager en bourbier géant.

J’avais pourtant été prévoyante et j’avais acheté à temps (pour une fois !) mes semences de petits pois, pois gourmands et fèves. Pour aller les semer, il m’aurait aussi fallu prévoir les échasses.

P.S : Je me suis rendue compte que le dessin qui illustrait précedemment cet article était soumis à agrément, ce qui explique sa suppression dans l'attente d'une permission de reproduction .

Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 12:20


Photo ci-contre:       Les choux des jardins de Villandry sont -ils aussi bons que beaux?

 

Les médias ne tarissent pas d’éloges sur les bienfaits du chou et il suffit de taper « chou » sur internet pour trouver une liste impressionnante de maladies pour lesquelles manger du chou est un remède. Oui mais... encore faut-il que votre chou soit exempt de tout adjuvant nuisible pour la santé car si je renforce par le chou mes défenses immunitaires et que je m’empoisonne par la même occasion, le remède peut s’avérer pire que le mal. Si j’aborde ce problème à propos du chou, c’est que moi même, bien avant d’avoir un jardin, j’ai succombé autrefois aux charmes du chou sans me douter qu’un si beau et si simple légume était en fait l’un des plus difficiles à cultiver et que sa beauté pouvait cacher des vices. Plus un chou est beau, plus il est suspect. Et pourquoi donc ?

La réponse se trouve dans mes questions : pourquoi, depuis plus de 10 ans que je cultive mon jardin est-ce le seul légume que je n’ai jamais réussi à faire pousser de façon naturelle ? Pourquoi, ayant tenté chaque année avec acharnement de faire pousser toutes les variétés possibles de choux n’ai-je jamais obtenu les beaux choux dont je rêve et que je vois par ailleurs dans la plupart des jardins ? Pourquoi, même en ramassant les chenilles à la main, me suis-je toujours retrouvée avec des chous en dentelles ? Parce que je suis une jardinière nulle !

Peut-être aussi tout simplement parce que je n'utilse aucun produit et que dans un environnement naturel où la biodiversité est préservée, il est impossible d’empêcher les piérides de pondre leurs centaines d’oeufs et impensable d’en interdire l’accès aux punaises, suceuses de sève. La pièride du chou est partout, surtout dans un jardin ouvert sur la campagne!


Que faire
 ? Aller cultiver mes choux en ville ?  Les sites de jardinage bio préconisent l’emploi de roténone (substance d’origine naturelle que l’on pulvérise sur les choux). Je vous avoue l’avoir essayé en désespoir de cause mais l’avoir regretté aussitôt. Pour obtenir une véritable efficacité il faudrait passer son temps le nez au ras des choux et ne pas lâcher le pulvérisateur. De plus, si l’on a la curiosité de se documenter sur la roténone, on ne peut qu’être sceptique sur son absence de nocivité. Certains la soupçonnent d’entraîner des maladies graves comme la maladie de Parkinson. Dans ce domaine, je préfère appliquer le principe de précaution et penser qu’il y a toujours une part de vérité dans un mensonge. Et de toute façon, ce produit, même s’il est d’origine végétale et même s’il est autorisé en agriculture bio, est nocif pour tous les insectes et animaux qui entrent à son contact, vers de terre, coccinelles, abeilles, etc...

L’autre traitement préconisé est la pulvérisation de « bacillus thuringiensis » qui empêcherait les chenilles de se nourrir. Alors là, je pose encore d’autres questions : qu’arrive t-il aux oiseaux qui mangent ces chenilles et absorbent eux aussi ce produit ? Les insectes utiles sont-ils épargnés ? Existe t-il un produit miracle qui puisse être parfaitement sélectif, viser le nuisible et rien que lui, et s’évaporer dans la nature sans laisser de trace ?

Si vous connaissez la réponse, elle m’intéresse. Et si vous parvenez à avoir de beaux choux sans insecticides, soyez généreux et donnez moi votre secret !

 

P.S :  Je ne renonce quand même pas à cultiver des choux totalement bio car je suis têtue. J’essaie de trouver une astuce pour les faire pousser à l’abri des prédateurs. Pourquoi pas des cloches à choux en grillage fin ? Expérimentation en projet !

 

Summary : this article is about how to grow cabbage without any pesticides. I just wonder if this is possible as I have been trying to do so for 10 years without any satisfying results. I am also very skeptical about the innocuousness of Rotenone, a pest killer which is allowed in bio agriculture. How can it kill some insects specifically without having any impact on the others ? Is it safe for us ? I have read that safety is not guaranteed.

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardiner "bio"
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 19:22

La grange en terre du jardin qui sert de garage pour le tracteur tondeuse est un refuge idéal pour l’Effraie des clochers. L’hiver, elle n’est pas souvent dérangée puisque l’activité au jardin diminue. C’est en cherchant un outil que je l’ai trouvée, le côté gauche de la tête arraché. Elle avait manifestement été la proie d’un autre animal. Lequel ? Peut-être un renard. C’est assez surprenant mais cela est possible. C’est une grande perte car l’Effraie est un oiseau très utile. Il se nourrit de petits rongeurs et d’insectes. Il est aussi d’une grande beauté et son vol est majestueux. Sa tête est marquée d’un masque blanc en forme de coeur. Son plumage est ocre jaune, tâcheté de gris. On le voit rarement malheureusement puisqu’il chasse la nuit et se cache pendant la journée.

 

Summary : the old barn in the garden is a perfect shelter for this bird as the gardener hardly ever needs the grass mower in winter and thus never disturbs it. I found it on the ground as I was looking for a tool. The left side of its face had been eaten by an other animal, maybe a fox. It is a loss for the garden as this bird is very useful : it eats rodents and insects.
Repost 0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 10:47

Suite de la visite du musée du Louvres pour voir ou revoir les oeuvres des grands peintres de natures mortes des XVIIè et XVIIIè siècles. Les hollandais étaient des maîtres dans l’art de peindre fleurs, fruits et oiseaux. Abraham Mignon (1637 – 1679) était de ceux-là. Un détail de son tableau « Fleurs dans une carafe de cristal » représente une rose ancienne et un Hydrangea très similaire à l’Hydrangea arborescens ‘Annabelle’. La couleur blanche, crémeuse des pétales de la fleur est superbement réalisée ainsi que l’aspect frêle et aérien de la plante. J’adore !

 

Summary : Another episode of the visit of the Louvres in Paris to see some of the still life paintings by the great Dutch painters from the XVIIth and XVIIIth centuries. Abraham Mignon (1637 – 1679) was a Master of this genre and this detail from one of his paintings called « Flowers in a crystal carafe » shows an ancient rose and probably a Hydrangea arborescens ‘Annabelle’.

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories