Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 14:16



































Qu’est-ce que la biodiversité ? C’est un bien grand mot et je chercherai la définition la plus simple. C’est tout ce qui vit, que ce soit dans l’air, la terre ou l’eau. Pour respecter la biodiversité à l’échelle de mon jardin,  j’essaie simplement de ne pas rompre l’équilibre qui règne entre tous les éléments vivants qui s’y trouvent. Cela ne signifie pas que je m’abstiens d’intervenir ou que je me refuse à implanter des variétés florales étrangères au milieu naturel. Cela ne signifie pas non plus que je laisse les limaces, criocères ou autres insectes nuisibles ravager librement mes cultures et les moustiques se reproduire à l’infini. Mais si j’interviens, j’essaie de le faire de façon raisonnable, en m’informant sur les végétaux nouveaux que j’intègre au jardin, en supprimant à la main les insectes nuisibles, en mettant des gambusies dans la mare, qui mangeront les larves des moustiques, en rendant le jardin attractif pour les prédateurs des insectes nuisibles, principalement les oiseaux. L’emploi de tout produit chimique qui pourrait avoir des répercussions en chaîne sur l’équilibre du jardin est prohibé. Tuer une limace n’est pas à mon avis un problème. Il s’agit d’un prédateur nuisible, loin d’être en voie de disparition que je sache et dont il faudrait plutôt enrayer la prolifération. Car aussi bien devrions nous nous abstenir de tuer les virus et les moustiques qui eux aussi font partie de la diversité biologique. Par contre, si l’on emploie un granulé à limaces, les répercussions sur la chaîne naturelle sont graves. Le hérisson peut être tué et les oiseaux aussi. S’il n’y a plus de hérissons pour manger les limaces, le déséquilibre ne fera que s’aggraver et nous obtiendrons l’effet inverse de ce qui est souhaité. Si nous aspergeons nos végétaux de produits nocifs, nous risquons aussi de tuer les insectes utiles comme les coccinelles et nous prenons aussi des risques pour notre santé. Depuis la création de mon jardin il y a plus de 10 ans, aucun rosier n’a jamais été traité et aucun n’en est mort. Aucun légume n’a subi le moindre traitement et cela n’empêche pas le potager de regorger de légumes. Aucun arbre fruitier n’a jamais été traité. Le pommier Reinette du Canada est malade chaque année. Cela me fait perdre environ un tiers de la récolte. Et alors ? J’ai ramassé cette année 60 kilos de pommes au lieu de 90. Les branches ployaient sous le poids des fruits et ceux qui étaient abîmés ont fait le bonheur du cheval, des mulots, hérissons, merles, papillons, etc. Il n’y a pas que moi qui aime les pommes ! Le jardin est un monde habité où chacun doit pouvoir se nourrir.

La protection de la biodiversité est avant tout une question de respect, de bon sens et de réflexion sur les conséquences de chacun de nos actes.

 

Summary : In this article, I try to give my own definition of what protecting biodiversity means. In my garden, I try to respect all kind of life, which does not mean that I let slugs and other pests eat my plants. But if I do something against pests I try to be reasonnable and I never use any chemicals which might have negative consequences on the natural chain. For more than ten years, I have never treated any tree, rose bush and none has ever died. The vegetables have never been treated either and I have plenty. I have trouble with my apple tree : it gives 60 kg of apples instead of 90 and I lose 1/3. Is it a problem ? The animals of the garden will need something to eat too.

I think protecting biodiversity is just a question of respect and common sense.

 

Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 19:56

Je réagis à un article lu dans le supplément du Monde n°252 du samedi 13 décembre 2008. Cet article nommé « Camarades de gourmandise » relate comment Michel Onfray et Jean-Luc Tabesse,  animent des Samedis gourmands dans un potager associatif. Ce qui a fait naître cette idée, c’est la réaction des visiteurs de ce jardin associatif qui, lorsqu’on leur offrait un panier de légumes gratuit, ne montraient aucun plaisir, au contraire, « dédaignant les aubergines, les courgettes, les carottes sablées et autres produits frais parce qu’ils ne savaient pas les cuisiner, mais également les apprécier, pour ne les avoir jamais goûtés ».

Un tel constat est bien navrant en effet et me fait penser aux enfants qui fréquentent assidûment les cantines et croient que les poissons sont carrés. Ils n’ont jamais goûté rien d’autre, même pas chez eux. C’est d’autant plus absurde que les produits alimentaires transformés sont bien plus chers que les produits frais et bien moins bons. Le problème est qu’il faut du temps pour aller les acheter au marché, les éplucher et les cuisiner. Et le problème est là ; nous n’avons plus le temps ! La faute à qui ? La faute à quoi ? Je vous laisse méditer.

Cette histoire de panier de légumes dédaigné m’a remémoré une aventure un peu semblable qui m’est arrivée. Alors que je campais à Belle Ile en Mer pendant les vacances, j’ai gagné, en grattant bêtement un ticket ... une oie vivante ! J’ai dédaigné moi aussi ce superbe cadeau : je ne sais pas tuer une volaille et de toute façon j’en serais bien incapable. Nos arrière-grand-mères le faisaient bien et n’avaient pas le choix. Les temps changent !

 

Summary : I have read this story in the famous newspaper « Le Monde » : people who were offered a basketfull of vegetables after the visit of a community kitchen garden were hesitant to accept it just because they did not know how to cook veg and did not appreciate them.

I think this story distressing and alarming. The situation is all the more absurd because industrial food is more expensive than fresh food, especially vegetables from the market. The problem is : people work so much that they do not have time to go to the market, peel veg and cook them. One day the same kind of thing happened to me.  I was offered a live goose and was not pleased at all. I cannot kill a goose. Our great-grandmothers could. It is the end of an era !


Les conserves "maison" n'ont pas le même goût que celles du commerce et ne coûtent rien ... enfin si ...du temps!

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier gourmand
commenter cet article
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 12:26

C’est un jardin au repos, endormi sous les feuilles mortes où il vaut mieux ne pas trop marcher au risque de s’enfoncer, de glisser, de prendre froid. Au moindre mouvement de bêche dans le potager le rouge-gorge arrive, on ne sait d’où. Comme s’il vous avait guetté. Il convoite les vers de terre que vous ramenez à la surface. Les bulbes de fleurs ont déjà pointé leur nez. Ils prennent de l’avance sur les saisons qui ont perdu le sens de l’orientation. Le vieux banc abandonné est un perchoir à écureuils. Quant au cheval il n’est pas fou : il reste bien au chaud et au sec et hennit dès qu’il me voit franchir le seuil de la maison. Grâce à Pavlov, je sais qu'il sait que je lui apporte un peu de grain et une pomme.
Summary :

The garden is asleep under a thick layer of leaves and the gardener had better not walk there or he might slide and get a cold. As soon as there is some movement in the vegetable garden the robin is there, coming from nowhere. Flower bulbs are already out. The old bench has become a perch for squirrels. The horse is very clever : he won’t quit its cosy home.

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 19:53

En cette saison où le jardin est au repos, la nature morte, figée sur la toile est une belle compensation. C’est au musée du Louvres à Paris, dans l’espace consacré à la peinture hollandaise du XVIIIème siècle que j’ai trouvé mon bonheur. Je vous offre un détail d’une peinture de Jan Van Huysum « Corbeille de Fleurs ». Ce célèbre peintre néerlandais, né à Amsterdam le 5 avril 1682 était un maître dans l’art de la nature morte. Les peintres de fleurs ont de tout temps élu la rose comme le modèle idéal. Celle que l’on baptise la rose chou est une rose généreuse, fournie en pétales, aux tons de porcelaine (à suivre...).

As the garden offers little interest at the moment, I found a compensation in the Louvres Museum in Paris where I took a photo of a detail of a painting by Jan Van Huysum. This painter was born in Amsterdam in 1682. As most flower painters he liked painting roses.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 19:01

 

 Température constante de 20°, situation abritée, verdure, exotisme et tranquilité. Pour ses vacances d’hiver, elle a choisi la destination idéale.
A sheltered place with a constant temperature, a curtain of greenery, peacefulness, exoticism : for its winter holiday, it has chosen the ideal destination.
Qui donc ? .................................

Who ? .......................................

La ...
grenouille !
  Mais il manquait une chose à son confort. Sous les tropiques, tout hotel 4 étoiles digne de ce nom a ...

...une piscine bien sûr !

Que ne ferait-on pour faire plaisir à une grenouille qui s’est invitée chez vous ?


The frog ! But something was missing ! In the tropics, you cannot imagine a four-star hotel without...

a swimming pool of course !

If it will make a guest happy ...let us make one !

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jouer avec les mots
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:16

Le feuillage du Nandina finement ourlé de givre au petit matin est une pure merveille. Le Nandina était jusqu’à cette saison un arbuste discret. C’est au moment de Noël qu’il se fait remarquer et c’est vers lui que se dirige mon sécateur lorsque, à court de fleurs, je cherche un feuillage décoratif pour ma table de fêtes. Ses petites baies rouges très attractives ne sont pas comestibles mais très décoratives et tiennent très bien en vase. Avant les fruits qui apparaissent en automne, il produit des fleurs en grappe blanches plutôt insignifiantes. Le Nandina est un tout petit arbuste qui pousse très lentement mais très sûrement. Aucun soin particulier, aucune taille, aucune maladie, aucune exigence particulière ne le caractérise. On l’oublierait presque. Placé dans une terre fraîche, à l’ombre légère d’un lagerstroemia, il accompagne joliment une pivoine et des Physalis alkekengi. Son feuillage persistant et sa toute petite taille en font un arbuste de premier plan idéal.

Il appartient à la famille des berberidacées et nous vient d’Inde, de Chine et du Japon.

Summary : The leaves of Nandina are marvellous when they are fringed with frost at dawn.

Nandina is a discreet evergreen shrub. I like using its berries for decoration at Christmas. The shrub grows very slowly but it needs no care at all. It is ideal for a border in a light shade and moist soil. It belongs to the Berberidaceae and comes from India, China and Japan.

Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 21:28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce jardin situé à 50 km au nord de Toulouse dans le Tarn et Garonne, la première gelée est arrivée hier, nous faisant entrer dans l’hiver presque trois semaines en avance sur le calendrier puisque l’hiver ne commencera que le 21 décembre prochain. Au petit matin, le givre couvrait le jardin d’un léger voile blanc et la lumière était magnifique. Les travaux des deux dernières semaines au jardin ont surtout consisté à mettre hors gel tout ce qui est fragile. Les artichauds ont été recouverts d’un grand voile d’hivernage ainsi que les agapanthes. Les dahlias étaient rentrés depuis le début du mois. Ils ne supporteraient pas l’humidité du sol pendant l’hiver et pourriraient. L’essentiel des travaux d’hiver sera la réfection des bordures. Les entrelacs de tiges de chataignier en place depuis 4 ans sont en piteux état et il faut les remplacer. Ce type de bordure n’est pas la panacée et je devrai trouver un autre système plus durable et aussi esthétique. Pas facile !

Summary : We had the first frost yesterday but the official date for Winter is next December 21st ; so , let us say it is an early winter. At dawn the light was beautiful and the garden was veiled with frost. Most of the work in the garden for the two last weeks consisted in preparing the garden for the cold winter to come.

 

Repost 0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 21:46

Elle n’est pas farouche cette petite grenouille verte et c’est dans la maison, bien au chaud, qu’elle a décidé de se refugier. C’est ainsi que de temps en temps les feuilles des grandes plantes installées dans le salon se mettent à bouger ou que soudain un chant rauque et puissant nous fait sursauter. Notre petite Rainette est plutôt mobile et se balade tranquillement dans la maison. Est-ce toujours la même ou hébergeons nous toute une famille, je ne saurais le dire. Celle que j’ai prise en photo faisait l’ascension de la porte vitrée de la cuisine, nous montrant ainsi son petit ventre et ses pattes à ventouses.

 

 

Je l’ai attrapée et elle a sauté sur le mur en bois de la maison. Elle se nourrit d’insectes volants et fait des bonds pour les attraper. C’est une espèce méditerranéenne qui aime bien la chaleur. Elle vit près des lieux humides. La mare en été et les soucoupes des plantes de la maison l’hiver, cette grenouille est bien organisée. Sa compagnie ne nous dérange pas du tout et lorsque nos invités l’entendent donner de la voix dans le salon, ils ne sont pas peu surpris !

C’est une espèce utile qu’il faut à tout prix protéger.

 

Summary : This little frog is very sociable and lives in our house. From time to time we can see the leaves of the plants move in the living room and we can hear its loud chant. I took a photo of one climbing the kitchen door. It can climb and jump to catch flying insects. This species is Mediterranean and likes heat. It also likes water. That is why it likes staying around the plants in the house during winter. We do not mind having a frog in our living room and when our guests hear its chant they are quite surprised and it is fun.

It is a useful animal. It has to be protected.

Repost 0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 17:58

Vous l’avez sans doute remarqué vous aussi, il ne se passe pas un jour sans qu’une émission de radio, de télévision ou un article de journal ne parle d’environnement, d’écologie, de protection de la flore et de la faune. C’est le nouveau sujet qui passionne, et pour cause : nous prenons enfin conscience de l’importance du sujet pour notre santé, voire notre survie. J’entends aujourd’hui que l’on se rue sur les légumes bio et que les agriculteurs ont enfin pris conscience du danger de l’usage des pesticides aussi bien pour leur propre santé que celle de leur entourage et celle de leur environnement. C’est une révolution.

. Le concept même du jardin évolue, privilégiant le naturel et le respect des plantes sauvages. Les précurseurs dans ce domaine sont les anglais. Le jardin à l’anglaise, bien que très élaboré dans sa structure, s’inspire du jardin naturel. Fleurs sauvages et herbes folles sont les vedettes et retrouvent leur lettres de noblesse.

Les jardiniers talentueux de WISLEY près de Londres nous prouvent que l’on peut créer des espaces de grande beauté avec des plantes toutes simples et des graminées. Dans ce jardin, rien n’est dû au hasard mais on pourrait le croire.

 

Summary : You may have noticed that ecology is a main topic in the media. People feel more and more concerned by the protection of our fauna and flora and are more and more conscious that pesticides are dangerous for our health. It is a revolution. Even the concept of the garden is changing with a taste for natural looking gardens that respect the wild life. The English are the best gardeners in this genre. They can make elaborate flower arrangements with ordinary wild plants. That is what the talented gardeners of Wisley have managed to do. In this garden, nothing is a matter of chance but you could think it is.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 19:14


Les plantes fragiles, conservées en pots, viennent de quitter le jardin pour la serre froide. C’est le cas du Colquhounia qui est en pleine floraison.. Quel drôle de nom, un peu difficile à prononcer ! Elle a été ainsi nommée pour honorer Sir Robert Colquhoun qui s’occupait du jardin botanique de Calcutta au début du XIXème siècle. Originaire de la Chine et de l’Himalaya, cette plante est un peu frileuse. Sur mes trois pieds issus de semis, l’un avait été laissé en pleine terre avec une protection pendant l’hiver. Je ne l’ai jamais revu. J’en ai pourtant vu récemment un exemplaire en pleine terre au Jardin des Plantes de Paris mais il était déjà à la taille d’un grand arbuste d’environ trois mètres avec un tronc bien formé. Je pense avoir planté le mien trop tôt. Plus une plante est jeune, plus son système racinaire est superficiel et plus elle est vulnérable au gel. Je conserve donc mes deux derniers pieds à l’abri du gel depuis deux ans en les rempotant chaque année jusqu’à ce qu’ils aient atteint une taille respectable.

L’intérêt de cette plante est la finesse et la beauté de ses petites fleurs oranges ainsi que le dégradé de vert de ses feuilles duveteuses et douces au toucher. Le feuillage est semi-persistant et d’odeur agréable. En fait cette plante présente de nombreuses similitudes avec la sauge. Comme la sauge elle est de la famille des Labiatae ou Lamiaceae. Aucune maladie ne l’a affectée jusqu’à présent.

 

Frost hardy and half hardy plants are back in the greenhouse. Among them is a Colquhounia, named after Sir Robert Colquhoun, patron of the Calcutta Botanic gardens at the beginning of the XIXth century.

This plant is from China and the Himalayas. I tried to plant one outside but it disappeared. It was probably too young and its roots were too superficial.

I like its delicate and beautiful orange little flowers and the colour of its leaves, from light to dark green. The leaves are semi-evergreen and aromatic. The plant is very similar to a sage and belongs to the same family : Labiatae/Lamiaceae. It is trouble free.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories