Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 14:14
Les photos qui illustrent cet article ont été prises dans un des jardins clos de Wisley, au sud de Londres en Angleterre.

Un jardin clos, c’est comme une maison sans toit. La pluie y est la bienvenue mais les murs, végétaux ou bâtis, protègent du vent et du froid les plantes frileuses ou fragiles et qui demandent de l’attention.. Quelques degrés de gagnés l’hiver, une protection contre le soleil l’été, il faut peu de choses pour acclimater certaines plantes venues d’ailleurs dans un lieu qui leur serait à priori inhospitalier. Tout comme une chambre dans une grande maison, le jardin clos est également un lieu paisible et comfortable, isolé de la vue extérieure où il fait bon se reposer. C’est l’endroit idéal pour disposer un banc. Les parfums des fleurs sont à leur paroxysme. Quant au côté esthétique, il est bien connu que l’isolement à la vue de certaines parties d’un jardin rend sa visite plus attrayante. Un jardin dont on pourrait embrasser toute la surface d’un simple coup d’oeil serait aussi peu attrayant que la lecture d’un roman dont on aurait déjà lu le résumé.

Dans leur superbe livre « Jardiniers de Paradis », Arnaud Maurières et Eric Ossart rappellent l’origine du mot « paradis ». Il viendrait du mot « pairi-daeza » d’origine Perse qui désignait un enclos ou une enceinte. Dans cet enclos paradisiaque, tous les ingrédients sont réunis pour le plaisir des sens : l’eau d’une fontaine, le chant des oiseaux, les fruits et les parfums.

J’ai pu observer que le jardin clos de Wisley respecte parfaitement le plan du jardin d’Eden des textes sacrés de la Genèse : un carré séparé en 4 parties égales. Au centre, une source ou un bassin. Les allées de circulation remplacent les canaux qui symbolisent les cours d’eau. Nous pourrions aussi bien nous trouver dans un jardin de Cordoue ou un riyâd de Marrakech. Le choix de végétaux tels que les bananiers,  les Phormium et les palmiers se justifie par le fait que ce sont des variétés sensibles au froid. Les bananiers et les palmiers détestent aussi le vent qui déchire leurs larges feuilles. Il y a aussi la volonté de donner une teinte d’exotisme à ce lieu qui nous rappelle ses origines et crée un contraste avec la flore habituelle des jardins anglais.
Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 19:03

Le jardinage est un domaine qui passionne et l'on peut trouver sur internet une foison de sites et blogs très interessants. Depuis la création de ce blog, plus de 200 332 visites m'ont été rendues (au 21/01/13) et, par le biais des commentaires laissés sur mon blog, j'ai fait la connaissance d'autres jardiniers passionnés, eux mêmes créateurs de blogs sur le jardin. Certains d'entre eux m'ont fait le grand honneur de me citer dans leurs liens et je les en remercie. Devant le constat que la rubrique LIENS de mon blog ne peut être étendue à l'infini sous peine de la rendre illisible et qu'il est impossible d'y mettre un commentaire permettant de mieux repérer les liens et leur contenu, j'ai créé une nouvelle catégorie "LIENS VERS D'AUTRES BLOGS JARDIN" ou j'ai commençé à lister les blogs interessants que j'ai repérés. Cette première liste est une ébauche et sera complétée et améliorée au fil du temps. Pour y accéder, cherchez dans la rubrique "CATEGORIES" sur la page d'accueil de ce blog. Pour éviter les doublons, certaines adresses figurant dans la page "LIENS" disparaîtront. Je n'y conserverai que des adresses de sites d'associations, jardins publics ou sites permettant l'identification de plantes ou insectes.

Repost 0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 17:51


Connaissez vous le drapeau belge ? Il est constitué de trois bandes de couleur noire, jaune et rouge. C’est le surnom donné à l’Abutilon megapotanicum, ce petit arbuste de la famille des Malvaceae, originaire du Brésil, dont les fleurs forment des clochettes à calice rouge et corolle jaune. On le surnomme également « Abutilon du Rio Grande » en raison de son origine. J’aime la forme de ses petites fleurs pendantes qui me font plutôt penser à des lampions de la retraite aux flambeaux du 14 juillet. L’arbuste est vivace mais un peu fragile et à protéger des fortes gelées. Dans mon jardin, il est planté derrière ma cabane à outils qui lui offre une protection contre le soleil et le froid. Il est en bordure d’une petite allée, ce qui le met en valeur car c’est un arbuste gracile et ses fleurs ne sont pas très voyantes. La floraison est continue du printemps à l’hiver. Il fut même l’un des premiers à montrer ses fleurs au début du printemps. Depuis, les fleurs sont toujours là, toujours aussi fraîches et insensibles aux aléas climatiques. Pour la multiplier, je prélève des drageons à l’automne que je conserve en serre froide. Il vaut mieux laisser le plant forcir un peu avant de le mettre en pleine terre au printemps et le protéger du froid par un voile d’hivernage au moins la première année.

Repost 0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 15:13

L'été est bien avancé et la période peu propice pour la réalisation de bouquets. Le début du mois a été chaud et peu pluvieux et les fleurs fanées dominent au jardin. En cherchant bien, il est quand même possible de trouver quelques plantes à la floraison tardive comme les clerodendrons, les vitex, les helenium et, bien sûr, les dahlias qui apportent la note colorée dans ces bouquets aux teintes déjà automnales.

Photo n°1: Rose "The Fairy", Helenium autumnale wild form (semence Jelitto), Hedera, Reine Marguerite de Chine rose (semence Horti-Vista), Dahlia rouge, Hydrangea annabelle, Sedum spectabile "Carmen". Feuillages: Eucalyptus gunnii, Prunus cerasifera "Nigra", Viburnum opulus.

Photo n°2: Erigeron, fleurs de poireau, Hydrangea annabelle, cardon, Phlox paniculata "Fujiyama", Rose Violon D'Ingres, Reine Marguerite de Chine blanche (idem bouquet n°1), Sedum spectabile. Feuillages: Miscanthus et Prunus cerasifera "Nigra".

Repost 0
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 08:49
Les anglais la nomment "morning glory" parce que ses fleurs ne s'ouvrent que le matin. C'est une plante qui pousse dans les régions tropicales mais que nous cultivons chez nous en annuelle. Elle fait partie des convolvulaceae comme notre liseron commun et peut pousser facilement en toute région sans préférence pour un climat ou un type de sol particulier. Une plante facile donc, qui ne demande que du soleil. La variété présentée ici, Ipomoea indica se ressème toute seule à condition de laisser les tiges et fleurs fanées sur place jusqu'au printemps. Son colori peut varier du bleu au violet ce qui crée des dégradés de couleurs très harmonieux.. Attention à ne pas laisser ses graines à portée des enfants car elles sont hautement toxiques. Bon Dimanche à tous.
Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Plantes toxiques
commenter cet article
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 16:04

Pour leur nuit de noces, ces deux « paons-du-jour » ont choisi le nuage de fleurs roses d’un Thalictrum. La photo ci-dessous a été prise à la tombée de la nuit.

La femelle déposera ensuite ses oeufs sur des orties. Les chenilles sont en général groupées dans une sorte de cocon tissé sur les feuilles mais se disperseront au moment de la nymphose. On trouvera les chrysalides suspendues à des branches ou divers supports.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Thalictrum delavayi « Hewitt’s double » (photos ci-dessus)  est à mon avis la plus belle variété de Thalictrum. La tige de la fleur est très haute et les fleurs sont de minuscules petits pompons roses légers et aériens. Le Thalictrum est une vivace qui apprécie les situations fraîches et les sols humides.

Repost 0
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 08:17

L’Ephippiger, communément nommé le « porte-selle » ( du grec ephippios signifiant selle de cheval) en raison de son pronotum très évocateur, est notre guide aujourd’hui pour visiter quelques fleurs. Il déteste les hauteurs, préférant se cacher dans les herbes au ras du sol dans les lieux secs et ensoleillés du sud de la France, mais l’insecte est si joli et esthétique que je l’ai fait voyager un peu de fleur en fleur pour le plaisir des yeux. Cet insecte est en fait un nuisible, grand ravageur de cultures et donc un indésirable au jardin. Cherchons lui quand même des qualités justifiant qu’on lui laisse la vie sauve. Il en est une non négligeable : il chante ! Il chante même aussi bien que les cigales mais plutôt la nuit. Pour écouter ses stridulations, cliquez sur ce lien : 

http://association.sonatura.com/index.php?option=com_content&task=view&id=103&Itemid=30

Photos des fleurs ci-dessous ( de haut en bas : canna, dahlia "café au lait", dahlia "White Perfection", dahlia "Kelvin Floodlight")
Repost 0
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 15:37
Que va t-il donc se passer dans ce petit trou?
J'avais repéré son manège depuis deux jours et là, elle n'a pas échappé à l'objectif de mon appareil photo. La scène se passe habituellement très vite, mais cette fois ci l'opération a pris davantage de temps. Il faut dire que le paquet qu'elle transportait était plutôt encombrant et que la porte d'entrée était bien étroite! Ce petit trou est en fait le bout du bambou qui sert de manche à mon filet à papillon. Il est généralement posé sur la table de la terrasse mais pas toujours. Il bouge, vous vous en doutez, surtout lorsque je chasse des papillons.
J'ai pensé un instant qu'il n'y parviendrait pas, cet Isodontia (famille des sphecidés), à faire entrer cette sauterelle verte dans ce petit trou. Mais qu'y a-t-il au fond du trou? Tout simplement son nid. En tout cas, cette guèpe noire a choisi une maison bien mobile!

 Merci à Alain qui m'a aidée à identifier ce Sphex.
Il s'agirait d'un sphecidé originaire des USA et d'Amérique centrale dont les proies sont essentiellement des sauterelles et des grillons. Les anglais le nomment "grass-carrying wasp" car il contruit son nid avec des petites herbes sèches. Je l'ai effectivement vu faire aussi entrer des végétaux secs très effilés dans ce trou. Les sauterelles serviront à alimenter les larves qui y naîtront.





Le filet à papillon est posé sur la table de la terrasse. Après avoir tourné quelques minutes à la recherche du trou, l'Isodontia se prépare à entrer.
 Pour en savoir plus:
http://ento.psu.edu/extension/factsheets/grass-carrying-wasp
Repost 0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 13:58

Le 13 mai dernier, nous avions assisté à la naissance de petits troglodytes dans le nid construit à l’intérieur du rideau qui nous sert de moustiquaire devant la porte de notre cuisine. Un article fut écrit à cette occasion ( pour le lire : cliquez dans la catégorie « Les habitants du jardin »). Depuis, une autre couvée a eu lieu, un peu plus mouvementée que la première puisqu’il a fallu à deux reprises ramasser des petits tombés du nid. Tout s’est bien terminé et, un beau matin le nid fut déserté. Nous étions partis au travail, mon mari et moi et n'avons malheureusement pas pu assister au premier envol.

Aujourd’hui l’envie est trop forte de récupérer l’usage de notre rideau et c’est avec curiosité que je regarde enfin à l’intérieur. Le nid en forme de boule est bien douillet, construit en mousse, entouré de feuilles mortes et tapissé de duvet. Les troglodytes ont été si proches de nous, installés derrière la porte vitrée de la cuisine qu'ils ont été observés quotidiennement dans leurs activités.  Je connais même l'origine des plumes utilisées pour la construction du nid. J’avais en effet constaté que la femelle allait récupérer les plumes éparpillées d’un merle qui s’était tué en se cognant dans un carreau derrière la maison. La forme du nid, comme une petite grotte fermée avec pour seul orifice un petit trou bien rond est  à l’origine du nom donné à cet oiseau : Troglodytes troglodytes.

Ayant peur que le rideau ne se relâche, nous avions installé une planche sous le nid pour mieux le soutenir.

Repost 0
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 12:06
Vous repérez un joli papillon. Vous le sifflez. Il viendra se poser sur votre doigt. Vous n’aurez plus qu’à comparer avec les images du livre. Vous ne me croyez pas.
Vous avez raison.
La véritable histoire: j’étais juste en train d’écrire mon article quotidien sur mon ordinateur. Un Petit Sphinx de la Vigne s’est mis à tourner autour de ma tête. La fenêtre de mon bureau étant ouverte, il a été attiré par la lumière. Je l’ai attrapé avec mon filet à papillon puis, pour ne pas abîmer les écailles de ses ailes, je lui ai proposé le bout de mon doigt. Il s’y est agrippé et n’a plus voulu le quitter. S’en est suivi une séance photo de 10 minutes où Monsieur a posé sans bouger. Les flashes lui ont bien plu et Monsieur ne voulait plus repartir ! J’ai dû le mettre à la porte !

Son véritable nom scientifique ? Deilephila porcellus. Les plantes du jardin dont sa chenille se nourrit sont l’épilobe et la salicaire. Quant au papillon, il butine les fleurs des chévrefeuilles. C’est un papillon commun en Europe.

 Photo ci-contre: La Salicaire (Lythrum salicaria) dont la chenille se nourrit. Je n'ai pas introduit cette plante au jardin. Elle y est venue naturellement car elle affectionne les terrains argileux lourds et humides. On la rencontre fréquemment dans les fossés humides au bord des routes de ma région. La fleur en grappes mauves est très jolie et je l'encourage à se ressemer dans mon jardin. Seul le désherbage manuel permet de respecter les semis spontanés de fleurs sauvages au jardin. C'est beaucoup de travail, mais c'est le seul moyen de préserver la flore locale.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories