Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 15:58

...au sud-ouest de la France. Sous le soleil implacable de l’été, les couleurs du jardin se fanent, les plantes attendent une pluie improbable. Le vent chaud n’a pas encore eu tout à fait raison des dernières roses. les touffes bleutées des cardons se décolorent et les liserons crient victoire. Au soleil de midi les papillons font le spectacle, ailes grandes déployées sur les lavandes encore en fleurs. L’herbe jaunit. Adieu le beau gazon anglais du mois d’avril. La terre se fend, l’argile se rétracte. Impossible d’enfoncer la bêche. La jardiniere ne peut que se reposer !!!
Les dahlias aiment l'eau et la chaleur. Au potager, ils sont arrosés en même temps que les légumes.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un Robert-le-diable (Polygonia c-album) prend le soleil sur la lavande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cardons en fin de floraison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Lorsque la terre est à nu, des crevasses apparaissent. C'est un terrain argileux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Comment de si belles roses peuvent-elles pousser dans une terre pareille!

Rosier "Golden Celebration" de David Austin

Repost 0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 09:52
...pour un bouquet. En cette fin de mois de juillet, les fleurs ont un peu perdu de leur éclat. Avec une température autour de 35° hier ici, près de Toulouse et un soleil qui n'en démord pas, le jardin souffre et les fleurs se hâtent de faire leurs graines. Les cisailles ne savent plus où donner de la lame tant la tâche est grande. Impossible de couper régulièrement les boutons fanés des rosiers à moins d'y passer des journées. C'est pourtant ce qu'il faudrait faire pour les faire refleurir. Les dahlias du potager et les fleurs adeptes de sécheresse telles que  Perovskia,  Vitex et Achillea filipendulina sont donc les bienvenues.
Ce bouquet est composé des fleurs nommées ci-dessus ainsi que de Hydrangea arborescens " Annabelle", Dahlia cactus "Pink Perfection", cardons, rosier "Violon d'Ingres" et Eucalyptus.
Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 16:58

Je poursuis mon recensement des espèces de papillons présentes dans mon jardin avec cette photo de l’Ecaille chinée. Les papillons sont en général difficiles à photographier. Celui-ci est une exception. Il se repère facilement en vol par la couleur orange vif de ses ailes inférieures, se pose en général très vite, de préférence sur un mur ou un endroit sombre et ne bouge plus. J’ai largement eu le temps d’aller chercher mon appareil et de revenir le photographier.

L’Ecaille chinée est une espèce commune en France. Sa chenille se nourrit de Pissenlit, de Plantain et de Lamier, végétaux tous présents en abondance dans mon jardin. C’est un papillon diurne qui vole de juillet à septembre.
Je rêve de pouvoir un jour aller sur l’île de Rhodes dans l’Adriatique pour voir les centaines d’Ecailles chinées se regrouper sur les troncs d’arbres après leur migration. Ce doit être un spectacle impressionnant.
Pour en savoir plus sur ce phénomène, cliquez sur les liens ci-dessous.
www.euratlas.com/Atlas/archipelago/fr_rhodes_butterflies.html

http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=3668

Repost 0
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 13:53

Cette drôle de petite tomate est en fait un physalis ( physalis ixocarpa) de la famille des solanacées et l’on s’en serait douté sans la connaître en voyant sa gaine fine qui nous rappelle l’enveloppe du coqueret du Pérou.
Originaire d’Amérique du Sud lui aussi, le tomatillo est très couramment utilisé dans la cuisine mexicaine mais il est moins connu ici. Nul besoin pourtant de cuisiner des plats mexicains pour l’utiliser. Il est aussi facile à utiliser que la tomate et tout aussi facile à cultiver. Je sème mes graines (récoltées en fin de saison sur des fruits très mûrs) très tôt au printemps en même temps que mes graines de tomates, en caissettes et au chaud.

Les tiges du physalis ixocarpa sont frêles et cassantes et je les place sur une bordure du potager qui leur donne un point d’appui pour éviter que les fruits ne touchent la terre. Contrairement aux pieds de tomates, les tomatillos ne peuvent être tuteurés en hauteur car leurs tiges ne sont pas assez robustes. Ils ont tendance à ramper. Les fruits ne doivent pas être consommés s’ils ne sont pas à maturité, ni les autres parties de la plante. Il est facile de savoir si les fruits sont mûrs car ils virent du vert au jaune et tombent à terre. Le calice devient jaune-brun et se déchire.
















 

 

 

 

 











Le goût du tomatillo est très agréable, un peu acidulé et peut agrémenter les ratatouilles et autres plats de légumes.Je vous propose ici une recette de pâtes express et économique toute simple et de mon invention.
 Faites revenir un gros oignon coupé en lamelles, 2 jeunes courgettes coupées en batonnets, 2 poignées de haricots verts coupés en morceaux, quelques feuilles de chou ciselées, une dizaine de tomatillos coupés en quartiers, quelques piments doux et un bouquet de persil coupé fin. Faites revenir le tout dans un peu d’huile d’olive une vingtaine de minutes (les légumes doivent rester craquants). Saler au goût et poivrer. Au dernier moment, ajouter quelques pâtes cuites séparemment et simultanément.
Remuer le tout et laisser sur le feu encore quelques minutes. Servir avec du parmesan et un peu de persil cru (gardé en réserve avant la cuisson). Bon appétit !

 


Pour se procurer la graine, voici l'image du sachet acheté initialement avec les références. On peut ressemer sa propre graine les années suivantes.

Ferme de Sainte Marthe - 41120 - Cormeray. France
Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier gourmand
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 19:33

Non, nous ne sommes pas au Japon mais bien au sud de la France. Retour de vacances donc et balade dans le jardin où l'exubérance de la végétation est impressionnante. Le jardin ne manque pas d'eau, si ce n'est en surface, la mare déborde et la croissance des bananiers du Japon est débridée. Le pied mère atteint 5 mètres et sa souche rhizomateuse s'accroît au fil des années pour former à plusieurs mètres de là d'autres pousses plus petites. Pour voir l'inflorescence de l'an dernier et lire l'article, allez dans mes archives. Cherchez dans la rubrique "catégories" l'intitulé "le jardinier curieux- connaissance des plantes". Ouvrez et cliquez sur la page 1 en bas de l'écran.
Pour information : Musa Basjoo est un bananier rustique pouvant même être cultivé dans la région parisienne à condition d'être en situation abritée du froid et des vents et d'être installé près d'un point d'eau.

Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 14:32

Le jardin de Clarisselles ferme pour quelques jours, le temps de trouver la cause de la panne d'internet qui a rendu ce blog muet depuis quelques jours et aussi parce que la jardinière a besoin de souffler un peu. Pendant ce temps, le jardin vit sa vie, sans arrosage, sans jardinier, sans personne pour déranger les oiseaux. Les ronces vont s'en donner à coeur joie et le jardin sera une véritable jungle. Il faut juste s'assurer que la débroussailleuse sera opérationnelle au retour! Bonnes vacances à tous et à bientôt.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 11:25

 

Association improbable, pari risqué du jardinier qui s’aventure à mettre ensemble des plantes d’horizons différents dans un terrain peu propice et sous un climat très différent du milieu d’origine. C’est la magie du jardin. On musarde d’une plante à l’autre et là en quelques secondes et quelques pas, on change de continent. En l’occurence, dans mon jardin, trente centimètres seulement séparent le Romneya coulteri, américain (Californie), du  glaïeul, plutôt  africain et de l’hemerocalle chinois ou japonais. Une plante commune côtoie une plante plus rare et surtout plus difficile à acclimater. Le Romneya est une plante capricieuse. A tel point que j’ai dû la ramener d’Angleterre. Après l’avoir demandée à plusieurs pépinièristes d’une foire aux plantes rares de ma région, un seul m’a avoué la posséder mais n’a pas voulu prendre le risque de me la vendre, de peur sans doute d’avoir des réclamations en cas d’échec. Eh bien, pari gagné ! La voilà qui fleurit pour la troisième année. Le pied est bien installé et n’a reçu aucune protection cet hiver. Le secret de cette réussite ? Je l’ai planté sur l’épandage de ma maison, donc pour le drainage, il n’y a pas mieux : des couches de cailloux et de sable et de la terre en surface. Si je l’avais planté à 2 mètres de là dans ma terre argileuse gorgée d’eau l’hiver, l’échec aurait été inévitable.

Le Romneya pousse dans les canyons de Californie, dans des endroits secs et chauds. Il ressemble à un pavot avec ses pétales de « papier crépon » blancs. C’est une plante très ornementale et son feuillage vert tendre contraste à merveille avec le blanc immaculé de ses corolles.


De gauche à droite: Hemerocalleis "Flore pleno", Hemerocallis "Bess Ross", Romneya coulteri.

Repost 0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 14:29

Très décevant dans un premier temps, cet hélénium commandé il y a quelques années chez Thompson et Morgan,  se révèle aujourd’hui plein de qualités. Sa fleur bizarre en forme de sucette (lollipop en anglais) et aux tons jaune et bronze sur de longues tiges enchevêtrées la rend originale et plutôt attractive à condition de la cultiver en groupe. La plante isolée, trop discrète, ne se remarque pas. La fleur est très décorative en bouquets et a la rare qualité d’avoir une longue floraison, du début juillet jusqu’à septembre. Pour la mettre en valeur j’ai choisi de l’associer à d’autres « sucettes » mais piquantes celles là, des Echinops ritro, chardons aux fleurs rondes bleutées, également de grande longévité. Voici au moins un parterre qui résistera aux fortes chaleurs de l’été !

Repost 0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 22:41

Commencer une collection de lis peut mener loin puisqu’il existe environ une centaine d’espèces botaniques en Europe, Sud de l’Asie, Philippines et Amerique du Nord. Les hybrides sont aussi innombrables et tous aussi beaux les uns que les autres. Pour ma part, j’en cultive une dizaine de variétés et c’est bien assez car, comme les dahlias, les lis demandent du soin et de l’attention. Toutes les variétés ne sont pas résistantes au gel et la plupart apprécient un sol léger, bien drainé, riche en matières organiques, à PH neutre ou acide. Les lis aiment le soleil mais préfèrent avoir les pieds à l’ombre. Il leur faut une exposition chaude et abritée. Leurs tiges sont en général très hautes et souples. Des tuteurs sont donc indispensables pour que les tiges ne se cassent pas sous le poids des fleurs parfois énormes.

Toutes ces exigences sont difficiles à satisfaire dans un jardin comme le mien au terrain argileux gorgé d’eau l’hiver et subissant des gelées parfois sévères. Pour les variétés non rustiques * j’ai donc fait le choix de cultiver les lis en pots et en serre froide l’hiver. Les bulbes sont ainsi conservés dans un bon terreau légèrement humide tout l’hiver et placés dans un lieu abrité, chaud et ensoleillé au printemps jusqu’à la floraison qui débute vers la mi-juin. Cultivés en pots, ils peuvent ensuite être placés à l’endroit choisi, à l’intérieur de la maison ou dans le jardin (le pot est alors simplement enterré et reste en place jusqu’à l’automne). Cette petite « tricherie » me permet de conserver mes lis facilement d’une année sur l’autre. C’est d’autant plus facile que les lis se contentent d’un petit pot.

*Les variétés rustiques les plus connues sont Lilium henryi, Lilium martagon et Lilium regale. Dans mon jardin , le Lilium regale est cultivé à l’extérieur et ne demande aucun soin sinon la surveillance des attaques de criocères au tout début du printemps. 
En photo: Lilium Pink Perfection, variété hybride dérivée d'espèces asiatiques. Les fleurs en forme de trompettes sont très grandes et très odorantes.     

Repost 0
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 18:21


L’astilbe est une plante qui aime l’eau et c’est au bord de la mare dans un terrain détrempé que celle-ci prospère sans aucun soin depuis plus de 6 ans. C’est une plante vivace à rhizomes très rustique qui ne demande aucun soin particulier ni protection l’hiver mais qui exige que le sol soit toujours humide.


. L’astilbe fait partie de la famille des Saxifragaceae et vient du Sud Est de l’Asie et d’Amérique du Nord.

Ses fleurs duveteuses sont très décoratives dans les bouquets mais ne durent pas très longtemps.

La variété présentée sur la photo est probablement un hybride, peut-être « Venus » mais je n’en suis pas certaine.


Elle est accompagnée d’un géranium vivace qui, en principe, préfère les sols plus secs mais il faut reconnaître qu’en matière de jardinage il n’y a pas de règle absolue et que cette association méritait d’être tentée, ces deux plantes faisant malgré tout bon voisinage.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories