Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 17:59

Que fait un jardinier quand il est en vacances ? C’est plus fort que lui, il va visiter d’autres jardins et voir ailleurs ce qu’il n’a pas chez lui !

Donc... le chemin des vacances passait par Brest et son Conservatoire Botanique.Le Conservatoire Botanique de Brest fait partie d’un réseau de conservatoires mis en place en 1988 par le Ministère de l’Environnement pour sauvegarder les espèces végétales menacées.

Le site d’une ancienne carrière à Brest a été transformé en un immense vallon de 40 ha constitué d ‘un jardin public et d’un conservatoire qui occupe 23 ha avec des serres d’exposition et de multiplication.Cet endroit bénéficie de conditions climatiques idéales, avec des températures comprises entre 4° et 20° et une pluviométrie très favorable.

 Une équipe de scientifiques assure la mission d’entretenir et de multiplier une importante collection de plantes en voie de disparition provenant non seulement du Massif Armoricain mais aussi de toute l’Europe et des îles du monde entier. Les plantes menacées sont multipliées pour être envoyées vers d’autres conservatoires, jardins botaniques ou sites naturels d’origine.

Sa mission est également internationale et s’inscrit dans le cadre des programmes internationaux de préservation des milieux naturels et des espaces menacés.
Inutile de dire que je ne connaissais aucune des plantes exposées, dont certaines ont littéralement disparu de leur habitat d’origine. Ce fut une visite passionnante, instructive et pleine de surprises.

 L’une de ces surprises fut cet « Aristolochia gigantea » originaire du Brésil (photo ci-dessous).

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier voyageur
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 23:26

Au repos sur une feuille de crocosmia, ce Melanargia galathea est communément appelé « Demi-deuil » en raison de sa couleur moitié noire, moitié blanche. Il n’a pas été difficile à photographier car son vol est lent et il se pose souvent. Il affectionne les lisières de forêts et les haies. Je l’ai suivi patiemment de fleur en fleur et d’herbe en herbe. Sa chenille se nourrit de graminées.
 

Repost 0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 19:47

C’est un spectacle éphémère mais tellement réjouissant ! La floraison des rosiers anciens est  courte mais intense. C’est un vrai feu d’artifice ! Je vous livre ici le tableau romantique du rosier Pat Austin émergeant de la masse exubérante d’un rosier ancien à petites fleurs roses. La vogue de la rose ancienne est toujours d’actualité car leur beauté et leur romantisme est inégalable. Mais il faut reconnaître que les variétés anglaises que David Austin a fait naître en hybridant des variétés anciennes sont magnifiques. Les tiges du rosier Pat Austin s’arquent sous le poids de ses fleurs généreuses et se mèlent harmonieusement au foisonnement désordonné du rosier pompon.

Repost 0
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 22:11

Cette année, la floraison de la lavande a coïncidé exactement avec le passage à l’été.

L’allée de lavandes commence à embaumer et à attirer les abeilles car c’est une plante très mellifère. J’ai choisi de border de lavandes cette étroite allée pour que le promeneur ait le plaisir de frôler les fleurs en s’y promenant. Leur parfum est rafraîchissant et captivant lorsque le soleil darde ses rayons. C’est à la mi-journée, lorqu’il fait le plus chaud que papillons, abeilles et bourdons s’y retrouvent en grand nombre. Déjà du temps des Romains, la lavande était cultivée pour son parfum et servait à parfumer le linge. Ses fleurs séchées mises en sachets sont souvent utilisées pour parfumer les armoires et dissuader les mites de s’y installer.

La lavande de cette allée est en place depuis une dizaine d’années. Pour la conserver, je prends soin de la tailler après la floraison sans jamais tailler dans le bois sec. Il faut toujours tailler dans les pousses vertes en suivant la forme de la plante.


Un géranium vivace se mélange aux fleurs de lavandes. Celles-ci contrastent avec le jaune vif des Lysimachia punctata et le jaune orangé du rosier anglais de David Austin "Crown Princess Margareta".










Pour information: le fief de la lavande en France est la Provence. La ville de Sault organise chaque année une fête de la lavande qui se tient le 15 août.


Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 17:56

J’ai découvert cette plante dans le jardin clos de KEW à Londres, en Angleterre. Je me rappelle être restée plantée là un bon quart d’heure à l’admirer.

Cette plante, de la famille des Scrophulariaceae, originaire du Japon, de Corée, du Nord de la Chine et de l’Est de la Sibérie est enfin installée dans mon jardin. Ce n’est malheureusement pas le même cultivar que celle vue à Kew qui, d’après mes souvenirs était beaucoup plus haute et plutôt bleue.

 

 

 

 

 


La variété présentée sur la photo est installée depuis trois ans et forme maintenant une touffe d’environ 1m30 de hauteur. Elle est associée à un rosier « Gertrude Jekyll », à des Phaiopses nigricans (sisyrinchium) et à un kitaibela vitifolia qui lui fait un peu d’ombre.

Le Veronicastrum a la particularité d’avoir des feuilles verticillées , en groupe de quatre, cinq ou six naissant au même niveau sur la tige pour former un cercle. Elles sont lancéolées. J’ai observé que la fleur peut prendre des formes variées. Elles sont tubuleuses mais plusieurs formes peuvent apparaître comme le montrent les photos.

 

 

 

 

 

Repost 0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 18:02

Il y a tout pour plaire à cette Belle-Dame dans mon jardin : des mauves, des chardons et des orties. C’est un sacré dilemne pour le jardinier qui aime bien avoir son jardin propre mais qui aime tout autant voir les Belles-Dames butiner ses fleurs.

Un compromis a donc été trouvé. Dans certaines zones du jardin ces plantes, cataloguées comme « mauvaises herbes » sont laissées volontairement afin de favoriser la reproduction des papillons. Et puis, les fleurs de chardons, c’est très joli !

Le « Cinthia cardui », communément appelé « Belle-Dame » est un papillon commun dans la plupart des régions du monde ( exception faite de l’Amérique du Sud). On le rencontre dans les prairies et les jardins. C’est un papillon migrateur. Il est donc très probable que cette Belle-Dame surprise aujourd’hui sur une fleur de verbena bonariensis arrive tout droit d’Afrique du Nord. Quel voyage pour un si petit papillon et que de dangers affrontés pour parvenir jusqu’ici ! Merci aux oiseaux de l’avoir épargné et de l’avoir laissé arriver sans encombre dans mon jardin !

Repost 0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 10:13

Le grand tilleul d’été qui domine le jardin est un arbre majestueux. Probablement plus que centenaire, il est imposant par sa ramure haute de plus de 20 mètres. Des milliers d’abeilles y butinent en cette saison où les fleurs s’ouvrent et leur bourdonnement est un enchantement. Chacun connaît les vertus de la tisane de tilleul mais je me fais piéger chaque année par le peu de temps que j’ai pour récolter les fleurs avant qu’elles ne brunissent. La fleur de tilleul est d’une grande fragilité et craint la pluie. Les averses abondantes de ces derniers jours sont arrivées au mauvais moment. Donc pour moi, cette année, la récolte est encore compromise. Dans la région de France la plus productrice de tilleul, c’est à dire la Drôme, entre Montélimar et Avignon et plus particulièrement autour du village de Buis-les-Baronnies, les cueilleurs n’ont que trois ou quatre jours pour faire la récolte. Elle est ensuite mise à sécher sur des lattes de bois dans des greniers bien ventilés.

Une foire au tilleul se tient à Buis-les-Baronnies le premier mercredi de juillet. Pour en savoir plus :

http://www.avignon-et-provence.com/drome-provencale/drome/tilleul-baronnies.htm

Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 22:38

Non, ce n’est pas du tout ce que vous croyez et vous n’aurez pas la musique de Francis Cabrel en fond sonore pour cet article.

Ma cabane au fond du jardin n’est pas une chanson, c’est tout un poème !  C’est mon havre de paix, mon abri pour la pluie, mon coin de tranquilité absolue, ma cabane multi-fonction, mon coin de rempotage, mon atelier de bricolage, ma cabane à outils, toujours en désordre au printemps et à l’automne. L’été, quand les plantations sont finies, le hamac prend la place de tout ce bric-à-brac. Une vieille table, quelques chaises attendent l’heure de l’apéro . C’est mon endroit préféré les soirs d’été, lorsqu’il fait très chaud et que, la nuit tombée, le jardin s’éveille et ses bruits s’amplifient. Alors je m'installe là, dans le hamac et j'écoute.

Repost 0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 22:47

 

Cette année la pluviométrie a été exceptionnelle. A tel point que j’ai eu du mal à effectuer le moindre travail au jardin. Chaque fois que j’avais un peu de temps libre, il pleuvait. Les limaces s’en sont données à coeur joie et mes semis de persil et de basilic ont dévorés avant même que j’aie eu le temps de réagir. Je me suis résignée à utiliser un peu de ferramol (granulé limaces supposé inoffensif pour les autres animaux) .Les récoltes de fraises, framboises et cerises sont exceptionnelles. Les premières courgettes commencent à produire. Par contre, les tomates ont pris du retard car elles n’ont pas beaucoup vu le soleil. Les fleurs foisonnent dans les parterres  et  la mauvaise herbe aussi. Les orties ont envahi le parterre de clérodendrons. Il va falloir réagir. C’est la période un peu difficile au jardin car il y a tant à faire ! Je rêve alors d’avoir dix mains et plus de temps mais jamais je ne me dis que le jardin est trop grand !

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:49
Conservation des cerises – A partir des recettes d’un vieux livre qui me vient de ma grand-mère, agrémentées de quelques commentaires personnels et de mes astuces.

 

1)      Au naturel : prendre de belles cerises et leur enlever la queue. Les tasser légèrement jusqu’en haut des bocaux ; bien fermer et stériliser pendant 25 minutes.

 

Il faut que les cerises soient bien rouges et fermes.

 

2)      A l’eau de vie : prendre de belles cerises et couper un peu les queues. Les mettre dans un bocal (dont le couvercle ne s’oxyde pas) , ajouter autant d’eau de vie que le bocal peut en contenir et fermer. Trois semaines après, introduire dans le bocal une livre de sucre en poudre par litre d’eau-de-vie et remuer. Pendant les trois semaines d’attente, les cerises auront absorbé une partie de l’alcool où elles baignent ; la proportion de sucre à ajouter doit être calculée en rapport avec le volume d’alcool qui reste dans le bocal et non d’après la quantité primitive. Au bout de deux ou trois mois, les cerises seront bonnes à déguster.

 

J’ai essayé et c’est très bon ! Utiliser de préférence un bocal à conserves en verre. Le couvercle des bocaux à confiture ayant tendance à s'oxyder.

 

3)      Confites : il faut prendre des cerises un peu aigres mais très charnues. Composer un sirop à 40 degrés avec un kilogramme de sucre et un verre d’eau, y jeter les cerises et les y laisser cuire jusqu’au moment où le sirop n’aura plus que 32 degrés. Verser cerises et sirop dans une terrine et laisser reposer 6 heures. Au bout de ce temps, prendre la moitié du sirop ( laisser l’autre de côté), ajouter 125 grammes de sucre imbibé d’eau ; remettre le sirop sur le feu, le cuire à 40 degrés, y verser les cerises et cuire à nouveau jusqu’à 32 degrés. Placer encore le tout dans un récipient et, 6 heures après, recommencer l’opération ; mais, cette dernière fois, lorsque le sirop a atteint 32 degrés, ranger la bassine sur le côté du feu pendant une demi-heure. Une fois retirées du sirop, les cerises séchent pendant un jour ou deux, sur des claies, avant d’être enfermées. Séparer les unités et les différentes couches par des feuilles de papier blanc.

 

Ouf ! C’est fini ! Recette réservée aux chômeurs, retraités ou personnes en congé de longue maladie ! Je n’ai jamais essayé !

 

4)      Au vinaigre : prendre 3 kilos de cerises un peu aigres, les essuyer et couper un peu les queues. Faire bouillir ensemble un kilo de sucre, un demi-litre de vinaigre de vin, un peu de cannelle et quelques clous de girofle. Enlever du feu au premier bouillon, laisser refroidir et verser sur les fruits rangés dans les bocaux. Boucher. Huit jours après, pencher légèrement les flacons sans laisser sortir les fruits ; recueillir le jus, lui faire jeter un bouillon, laisser refroidir et verser à nouveau sur les cerises. Boucher définitivement.

 

J’ai essayé. Une recette toute simple : faire revenir des coeurs de canards à la poêle et déglacer avec des cerises au vinaigre. C’est divin !

 

5)      En confiture : enlever les queues et les noyaux, ajouter un peu de jus de groseilles et ajouter trois quarts de sucre par livre de fruits. Mettre le tout dans une bassine, porter à ébullition pendant au moins quarante minutes en surveillant et remuant de temps en temps..Ecumer et mettre en pots.

Personnellement je ne mets que 500 gr de sucre par kilo de fruits. L’ajout de gelée de groseille aide la confiture à prendre. Je préfère aussi utiliser des guignes que des cerises.

Mes astuces. Cuire sur deux jours pour laisser reposer une première fois et mieux contrôler la cuisson ( la confiture de cerises a tendance à être liquide). Cuire deux heures le premier jour (la recette dit 40 mn mais c'est insuffisant!). Goûter au petit déjeuner le lendemain et finir la cuisson.

Mettre de temps en temps quelques gouttes de la confiture chaude sur une soucoupe dans le frigo et goûter après quelques minutes de refroidissement pour contrôler la consistance.

Une fois la cuisson achevée, mettre la confiture bouillante dans les pots en les remplissant le plus possible et fermer immédiatement après le remplissage. Le vide se fera tout seul .
Repost 0
Auteur: claude lasnier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories