Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 09:10

La pivoine bleue n’existe pas ... en tout cas pas encore !

 

La « pivoine bleue », c’est justement le nom insolite choisi par une célèbre pépinière de pivoines située à côté d’Auch dans le Gers ( donc tout près de chez moi) que je suis allée visiter dimanche dernier avec l’association « La Salicaire » ( voir dans mes liens).

 

Mr et Mme Pardo, propriétaires des lieux et spécialistes en pivoines m’ont bien confirmé l’absence de la couleur bleue dans le genre des « Paeonia ».

 

L’expression bien connue « rougir comme une pivoine » fait sans doute référence à la très connue et très ancienne variété « Rubra Plena » mais la gamme de coloris de pivoines est en fait très variée, à peu près la même que celle des roses. Donc pas de bleu, ni de noir pur. Mr Pardo m’a confirmé qu’il existe une pivoine rouge très sombre, presque noire. On peut comparer ce colori à celui de la rose « Black Baccara » qui est plutôt rouge très sombre, pas vraiment noir.

 

Je ne vais pas ici vous rendre compte du discours passionnant et passionné de Mr Pardo, propriétaire de la pépinière. Je vais juste vous rapporter quelques uns de ses conseils pour planter vos pivoines dans de bonnes conditions avec l’espoir de les voir prospérer dans votre jardin.

 

Il est normal de vouloir acheter des pivoines en ce moment car on les voit en fleurs et le choix est plus facile. Par contre, ce n’est pas du tout la période de plantation et la pivoine n’aime pas trop que l’on dérange ses racines. Une transplantation en pleine terre peut lui être fatale. Le conseil de Mr Pardo est donc de mettre le pot en pleine terre à l’emplacement choisi jusqu’à la bonne saison de plantation qui est l’automne.

 

D’autre part, j’ai appris que les pivoines herbacées doivent être divisées pour bien refleurir et que les pivoines arbustives aiment être enterrées profondément. Il ne faut pas hésiter à les enterrer plus qu’elle ne le sont dans le pot d’achat. Cela favorise le départ de nouvelles tiges à la base de la plante.

 

Dans la Dépêche du Midi du 13 avril 2008, un article a été consacré aux émissions de télévision sur le jardinage. J’y ai appris que la pépinière « La Pivoine Bleue » avait fait l’objet d’un reportage pour l’émission « Silence, ça pousse » sur France 5. Ce reportage sera diffusé dans le courant du mois de mai (date précise encore inconnue).


 

Ci-contre :  la pivoine herbacée « Festiva Maxima », photographiée dans mon jardin l’an dernier. Elle se reconnaît facilement aux petits pétales rouges qui contrastent avec son blanc immaculé. Aujourd’hui elle n’est pas encore en fleurs mais cela ne saurait tarder.

 

 

 

 

Repost 0
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 12:25

C'est comme dans la chanson, le cerisier rose et le pommier blanc vont ensemble et fleurissent de concert. Justement le festival commence au jardin. Des pluies abondantes et de la chaleur ont fait bondir le jardin hors de sa dormance hivernale. Le jardinier ne sait plus où donner de la tête ou plutôt de la bêche.

Quelques photos du jardin prises hier. Aujourd'hui, il pleut.





























































Repost 0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 23:18

L’ « Isatis tinctoria »,  communément appelé pastel est une plante de la famille des crucifères dont les feuilles ont des propriétés tinctoriales bien connues. Le bleu pastel est unique et c’est ce qui fait son succès. Il est permis de parler au présent car, si le pastel a connu son âge d’or pendant la Renaissance au « Pays de cocagne », il est à nouveau au goût du jour et à nouveau cultivé et exploité. Tout près d’ici, à Lectoure, une entreprise s’est spécialisée dans la production de teinture, peinture et produits dérivés et a ouvert plusieurs boutiques dans la ville.

Autrefois, il était de coutume de peindre au bleu de pastel les portes des granges, les charettes et les voûtes des églises. Cette couleur bleue avait le pouvoir d’éloigner les mouches et était très résistante ( elle pouvait supporter, disait-on, cent ans de soleil et de pluie). Cela s’avère exact puisque je possède quelques charettes à boeufs ayant conservé leur couleur bleue de l’époque.

 

La culture du pastel est assez semblable à celle du colza. Les semis se font en septembre dans une terre bien préparée et affinée. Le  pastel est une très jolie fleur, haute et aérienne qui fleurit en avril. Les feuilles subissent alors une préparation et sont conditionnées sous forme de « cocagnes » (ce qui signifie « petits gâteaux » en occitan). Les graines aussi sont utilisées en cosmétique pour leurs propriétés adoucissantes.

Il existe un circuit du pastel pour les touristes, d’environ 200 km de Toulouse à Puilaurens avec des étapes dans des châteaux et des cités historiques dont le château de MAGRIN, dans le Tarn, où se trouve le musée du pastel.

 

Dans mon jardin, le pastel est vivace et se ressème à volonté. Lorsque les graines sont à maturité (elles sont alors toutes noires), je les sème aux quatre coins du jardin. J’aime le port aérien de ses fleurs qui s’associent fort bien à mes rosiers jaunes comme « Graham Thomas » ou aux feuillages des cardons et des artichauds.

Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 15:52

Voici l’un des habitants du jardin dont le rôle est capital ! Il se régale des chardons et des tontes de gazon ( fraîches et en petites quantités ) , entretient la prairie et fournit l’engrais pour le jardin.
A l'automne, je répands son crottin dans le potager où il se décompose tout l'hiver. Le passage du motoculteur au printemps permet de l'incorporer à la terre. Je n'achète aucun autre engrais.

En plus, ne trouvez vous pas qu’il a une bonne bouille ?


Repost 0
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 19:06

 


Lorsque le jardin est grand et que l’on se refuse à utiliser des herbicides, les seules alternatives pour éviter l’invasion des « mauvaises herbes » et limiter la corvée du désherbage manuel sont le paillage du sol et l’utilisation de couvre-sols. Cela ne règle pas tout mais cela réduit considérablement le travail du jardinier.

J’ai mis du temps à observer quelles plantes étaient les plus adaptées à mon sol et surtout quelles étaient les plus accommodantes et les plus faciles à contrôler. Pas question de remplacer une plante invasive par une autre si elle est aussi indisciplinée et surtout moins jolie que la première.

Dans ma terre argilo-calcaire lourde et humide, les plantes indigènes qui me posent problème sont la potentille, le bouton d’or et le chiendent car difficiles à extirper lorqu’ils sont installés.

J’ai donc choisi deux plantes couvre-sol que j’ai multipliées par division et plantation en ligne au potager afin d’obtenir un grand nombre de plants. En l’espace de trois saisons et à partir d’un seul plant de chaque variété j’ai pu ainsi obtenir suffisamment de plants à installer

Voici le résultat avec l’ajuga reptans, d'un très beau bleu que j’ai mis en concurrence avec la potentille le long de ma rangée de groseilliers. Pour les espaces autour des rosiers et arbustes à fleurs, j’ai opté pour le géranium macrorrhizum qui est très joli, très décoratif, très épais et très facile à contrôler. Quant au chiendent, il a disparu des zones du jardin qui ont été bêchées et qui,  paillées année après année, sont maintenant humifères. Il est toujours présent dans les zones de prairie où le sol est compacté et humide mais l’herbe y est régulièrement tondue. Il faut juste faire attention au contrôle des bordures des zones plantées de vivaces.

Repost 0
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 22:58

Dès la première semaine d’avril et l’arrivée du soleil printanier, le « Gamma », encore nommé « Robert-le-Diable » est sorti de son hibernation. J’étais descendue au jardin pour me réchauffer au soleil et il faisait de même, ailes toutes déployées sur la barrière de bambou. Avant de s’envoler, les papillons doivent augmenter leur température corporelle. C’est pourquoi ils s’étalent au soleil utilisant leurs ailes comme capteurs d’énergie solaire.

 Le Polygonia c-album doit sûrement apprécier mon jardin car il peut y  trouver à peu près toutes ses plantes nourricières ( l’ortie, l’orme, le noisetier et le groseillier)  et une vieille grange pour s’abriter l’hiver. Deux générations se succèdent chaque année, au printemps et à l’automne. Les papillons de la deuxième génération hibernent et reparaissent avec les premiers rayons de soleil du printemps.

 Cette espèce est très commune dans toute l’Europe.

J’adore le spectacle des papillons voletant de fleur en fleur dans le jardin. Enfant, je les chassais pour les collectionner. Aujourd’hui je préfère les voir animer le jardin. Ce sont les acteurs indispensables d’un jardin vivant et équilibré où faune et flore sont en harmonie.

 

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 23:13

Petit bouquet champêtre du mois d’avril, où le jaune, bleu, mauve et blanc dominent. Rares sont les fleurs des champs rouges à part les coquelicots. Dans mon jardin naturel ces petites fleurs sont respectées, traitées avec autant d’égards que les grandes plus sophistiquées. Elles attirent tout autant les abeilles et les bourdons et, hormis la renoncule qui apprécie beaucoup trop mon terrain argilo-calcaire lourd et humide, elles ne sont pas invasives. Dans la prairie, la tondeuse les contourne, créant de petit îlots fleuris, ce qui leur permet de se ressemer à loisir.

De gauche à droite sur la photo : le grémil pourpre-bleu (Lithospermum purpureocaeruleum) , le lierre terrestre (Glechoma hederacea), l’alliaire officinale (Alliaria petiolata), la renoncule flammette ou petite douve (Ranunculus flammula), la pâquerette (Bellis perennis), la bugle rampante (Ajuga reptans), la petite pervenche (Vinca minor), le pissenlit (Taraxacum officinale) et la chelidoine (chelidonium majus).


 

A noter que  trois de ces plantes, l’alliaire ( à l’odeur d’ail), le lierre terrestre ( au léger parfum mentholé) et le pissenlit sont comestibles. On peut en trouver les recettes suivantes dans le livre de François Couplan « L’herbier à croquer » préfacé par Marc Veyrat aux éditions Favre : « Beurre d’alliaire » « Salade de pissenlits à l’auvergnate ».

 

( Au fait savez-vous pourquoi on l’appelle « pissenlit » ? Parce que le « pisse-en-lit » est un bon dépuratif et est bon pour le foie).

 

- Deux des fleurs de mon bouquet sont au contraire toxiques : la pervenche et la renoncule.

 

Repost 0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 18:57

Qui ne rêve pas de roses parfumées en ce début de printemps ? La tentation de créer ou d’agrandir sa roseraie est d’autant plus grande qu’il y a l’embarras du choix devant la diversité qui s’offre à nous dans les foires aux plantes et chez les pépiniéristes. Ma préférence va aux rosiers anciens et parfumés, si possible issus de boutures car de longévité plus grande mais il est difficile de résister aussi devant les créations plus récentes tout aussi séduisantes et dont les remontées tardives sont un atout non négligeable.

J’ai le souvenir de la difficulté qui fut la mienne de remplir mon premier bon de commande le jour où j’ai voulu créer ma roseraie.

Toutes les roses sont belles et on les voudrait toutes !  Ce n’est qu’un peu plus tard, lorque vient l’heure de la taille que l’on se dit qu’on en a bien assez ! Je n’en ai pas beaucoup, une centaine, peut-être un peu plus, et j’ai passé toute l’après-midi d’hier à broyer les branches que j’avais taillées le mois dernier ...en me disant que la compensation viendrait bientôt,  à l’heure des bouquets.

 

Pour qui voudrait créer une roseraie sur arceaux et cherche des idées, je  propose ici une partie de la liste des rosiers grimpants de la roseraie des jardins de Kew à Londres et l’image de la roseraie des jardins de Nymans sur lesquels j’ai écrit récemment un article ( cliquer sur la catégorie « Le jardinier voyageur »).

 

Sélection de rosiers grimpants ( roseraie de Kew) :

Climbing Cécile Brunner - Albéric Barbier – Veilchenblau – Albertine – Mme Alfred Carrière – Alexandre Girault –  Meg – Claire Jacquier – Félicité et Perpétue – Climbing Etoile de Hollande – François Juranville – Golden showers – Kiftgate – Treasure Trove – Mme Grégoire Staechelin – Bobbie James – Chaplins pink climber – Easlea’s golden rambler – Lady Waterlow – Danse des sylphes

 

Tous ces rosiers font entre trois et cinq mètres. Le plus vigoureux, Kifsgate peut atteindre dix mètres.

 

Que planter au pied des arceaux ? Le népeta « Six Hills Giant » est du plus bel effet !

 

Repost 0
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 11:51
Après six mois passés dans le cellier, au sec, les potirons récoltés en octobre n'ont pas bougé. Alors, à cette mi-saison où les récoltes au potager sont plutôt limitées, le potiron vient à point.
Que faire avec le potiron?
On peut s'amuser un peu avec les enfants. On peut ensuite faire un gratin.



 
Recette du gratin de potiron:

Couper le potiron en gros dés et les faire cuire à l'eau bouillante salée jusqu'à ce qu'ils soient tendres.
Bien égoutter et mettre à sec dans une poèle pour dessécher ou dans un plat au four pour faire rendre au potiron son eau résiduelle.

Ecraser au presse-purée et ajouter 100 gr de crème fraîche (on peut remplacer par du fromage blanc pour une recette plus légère), 100 gr de gruyère, quelques noisettes de beurre et une demi-cuillère à café de muscade rapée.

Rajouter du sel si nécessaire et poivrer.

Mettre dans un plat à four. Recouvrir d'un peu de gruyère ou de fines tranches de raclette et mettre à gratiner au four.
Repost 0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 22:55
Le mois de mars a été particulièrement doux et pluvieux. C'est inespéré et le jardin est d'un beau vert tendre. Les cerisiers viennent de fleurir. Espérons qu'aucune gelée ne viendra compromettre la future récolte de cerises.
Quelques photos du jardin et de la campagne autour prises aujourd'hui dans mon jardin du sud de la France ( 50 kms au nord de Toulouse).



Repost 0

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories