Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 21:29

J’aurais adoré m’appeler Marguerite Dujardin. Une députée écologiste du Val de Marne a eu plus de chance que moi puisqu’elle se nomme Laurence ABEILLE. Dommage que ses parents n’aient pas pensé à Fleur pour le prénom. Il y aurait aussi un président d’association botanique à Rouen « L’Arbre en Pot » du nom de Patrick DUJARDIN. Nous avons aussi un botaniste écossais du XVIIIème nommé Alexander GARDEN et deux botanistes français du XIXème et XXème siècles, Lucien PLANTEFOL et Gustave DUTAILLY. On connaît aujourd’hui un agent patrimonial à l’Office National des Forêts dans le Jura qui s’appelle Hervé DUBOIS et un pépinièriste à Loubéjac en Dordogne du nom de Charles BRANCHE. Quant à Mr BELPOMME, il est cancérologue, spécialisé en médecine environnementale. Enfin, la Société nationale d’Horticulture organise chaque année un concours de jardin, le concours BONPLAND, du nom d’un botaniste né à La Rochelle en 1773. Dommage pour le « d ». Ne pourrait-on pas mettre un « t » à la place pour me faire plaisir ?

Les noms de famille offrent également un large choix. Reste à savoir si ces noms ont inspiré ceux qui les portent.

Mr ou Mme POIRIER – POMMIER –OLIVE - MELON – NAVET – CHOUX – GAZON – HERBE – POTIRON – BOURGEON – PRINTEMPS – GRAINE.

On peut y ajouter la grand-mère de mon mari : elle s’appelait Georgette MUGUET.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardin littéraire
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 12:08

 Femme de lettres anglaise, féministe, éprise de philosophie et de littérature, l’écrivain(e) * Virginia Woolf était aussi amoureuse de la campagne et des jardins.  Au hasard de ses pages, il est facile de trouver des références à ces jardins qu’elle aimait, à son jardin de Monk’s House et à la campagne qui lui rappelait son enfance.

 

Dans «Instants de vie », elle décrit un jardin qui ressemble au mien, cloisonné et entouré de haies, à l’anglaise, avec des « recoins » …

 

« Elle se trouvait dans un jardin en pente qui s’était divisé de lui-même en cinq jardins indépendants entourés d’épaisses haies d’escallonia dont les feuilles, quand on les froissait, dégageaient une odeur très douce. Il y avait tant de recoins, de culs-de-sac et de pelouses encerclées que chaque endroit avait son nom : il y avait le jardin du Café ; la Fontaine (un bassin avec un conduit d’où l’eau coulait goutte à goutte, cerné de plantes vertes humides) ; la pelouse de Cricket ; le Coin d’Amour abrité par la serre, où poussaient les « jackmanii » (clématites) violet foncé […] Puis il y avait le jardin potager ; la plate-bande de fraisiers […] Tous ces différents endroits retranchés étaient contenus dans cet unique jardin de deux ou trois arpents tout au plus. »

 

Dans « The waves », traduit en 1937 par Marguerite Yourcenar, son personnage Susan fait un retour sur sa vie, au jardin qu’elle a cultivé, avec une belle image sur les enfants qui, comme des fruits qui se libèrent de leur enveloppe protectrice, cassent les fils qui les rattachent à vous.

 

« I have grown trees from the seed. I have made ponds in which goldfish hide under the broadleaved lilies. I have netted over strawberry beds and lettuce beds, and stitched the pears and the plums into white bags to keep them safe from the wasps. I have seen my sons and daughters, once netted over like fruit in their cots, break the meshes and walk with me, taller than I am, casting shadows on the grass.”

 

*Pourquoi le mot "écrivain"n’aurait-il pas un feminin?

 

Pour illustrer cette belle image: un Amour en cage ( Physalis alkekengi).

 

 

DSC06599.jpg 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardin littéraire
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 21:48

Un moment d'émotion au fil de l'exposition "Bohêmes" qui se terminait aujourd'hui à Paris: le brouillon original du célèbre poème d'Arthur Rimbaud, magnifiquement illustré par la paire de chaussures usées de Vincent Van Gogh peinte en 1886, alors qu'il vivait la bohême à Montmartre.

 

DSC06654.jpg

 

DSC06655.jpg

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardin littéraire
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 19:41

Instant de poésie pour célébrer l'arrivée du printemps.

 

DSC00530.jpg

 

Camélia et pâquerette – THEOPHILE GAUTIER  (extrait de «  Emaux et Camées »)

 

On admire les fleurs de serre

Qui  loin de leur soleil natal,

Comme des joyaux mis sous verre,

Brillent sous un ciel de cristal.

 

Sans que les brises les effleurent

De leurs baisers mystérieux,

Elles naissent, vivent et meurent

Devant le regard curieux.

 

A l’abri de murs diaphanes,

De leur sein ouvrant le trésor,

Comme de belles courtisanes,

Elles se vendent à prix d’or.

 

La porcelaine de la Chine

Les reçoit par groupes coquets,

Ou quelque main gantée et fine

Au bal les balance en bouquets.

 

Mais souvent parmi l’herbe verte,

Fuyant les yeux, fuyant les doigts,

De silence et d’ombre couverte,

Une fleur vit au fond des bois.

 

Un papillon blanc qui voltige,

Un coup d’œil au hasard jeté,

Vous fait surprendre sur sa tige

La fleur dans sa simplicité.

 

Belle de sa parure agreste

S’épanouissant au ciel bleu,

Et versant son parfum modeste

Pour la solitude et pour Dieu.

 

Sans toucher à son pur calice

Qu’agite un frisson de pudeur,

Vous respirez avec délice

Son âme dans sa fraîche odeur.

 

Et tulipes au port superbe,

Camélias si chers payés,

Pour la petite fleur sous l’herbe,

En un instant, sont oubliés.

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardin littéraire
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 10:43

DSC00543.jpg

Ci-dessus, les fleurs de l'amandier dans le ciel bleu de ce premier jour du printemps.

 

 

 

Premier sourire  du printemps ( Emaux et Camées – Théophile Gautier)

 

 

Tandis qu’à leurs oeuvres perverses

Les hommes courent haletants,

Mars qui rit, malgré les averses,

Prépare en secret le printemps.

 

Pour les petites pâquerettes,

Sournoisement lorsque tout dort,

Il repasse des collerettes

Et cisèle des boutons d’or.

 

Dans le verger et dans la vigne,

Il s’en va, furtif perruquier,

Avec une houppe de cygne,

Poudrer à frimas l’amandier.

 

La nature au lit se repose ;

Lui, descend au jardin désert

Et lace les boutons de rose

Dans leur corset de velours vert.

 

Tout en composant des solfèges,

Qu’aux merles il siffle à mi-voix,

Il sème aux prés les perce-neiges

Et les violettes aux bois.

 

Sur le cresson de la fontaine

Où le cerf boit, l’oreille au guet,

De sa main cachée il égrène

Les grelots d’argent du muguet.

 

Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,

Il met la fraise au teint vermeil,

Et te tresse un chapeau de feuilles

Pour te garantir du soleil.

 

Puis, lorsque sa besogne est faite,

Et que son règne va finir,

Au seuil d’avril tournant la tête,

Il dit : « Printemps, tu peux venir ! »

 

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Jardin littéraire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...
  • Les gloutons du jardin.
    Il n’y a pas que les maladies qui peuvent poser problème dans un jardin. Toute la faune qui l’habite et le fait vivre doit bien se nourrir et c’est d’ailleurs parce que le jardin est riche de nourriture que cette faune se trouve là. Si le jardin était...
  • Anniversaire
    Ma pomme a un an, cueillie le 16 octobre 2015. Pour lui faire sa fête je l’ai croquée ! Un délice. Elle a perdu sa fermeté mais la saveur est là. Chair tendre et fondante, douce. Peau un peu fripée mais pas une trace de pourriture ou de moisissure. Elle...

Catégories