Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 22:26

~~Il est bien dommage que les graines de Zinnias soient vendues en mélange. Leurs couleurs sont souvent fades, allant du vieux rose à l’orange et leurs fleurs souvent en boule esthétiquement peu attrayantes. Alors l’idée m’est venue d’opérer une sélection et de ne récolter que les graines des plus belles fleurs. Les semis ont donné de bons résultats, fidèles aux plantes d’origine. Il est des Zinnias aux couleurs vives ouverts comme des marguerites. Encore en pleine floraison à cette saison alors que les dahlias viennent d’être remisés, ils fournissent encore des fleurs pour les bouquets et animent le jardin. Comme ce sont des annuelles, ils attendront les premières gelées pour disparaître et faire place nette. Ceci aussi peut être un avantage. Les Zinnias donnent de grosses graines, faciles à ressemer chaque année. Une seule fleur fanée donne des dizaines de graines. Mon rêve : semer un champ entier de celui qui est sur la photo ! Le Zinnia est une fleur originaire du Mexique et du sud ouest des USA. Les fleurs seront plus grandes et plus belles, les tiges plus hautes (1 m) si la terre est humifère et arrosée en période de sécheresse.

Le charme des Zinnias.
Repost 0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 15:34
La mare naturelle du jardin. Ketmie des marais.

La mare naturelle du jardin. Ketmie des marais.

~~La mare naturelle est une source d’eau précieuse au jardin mais ce n’est pas qu’un réservoir pour l’arrosage, c’est le poumon du jardin qui maintient en vie de nombreuses espèces. Ce peut être aussi l’endroit idéal pour cultiver de belles plantes aquatiques, utiles, elles aussi en plus de leur côté esthétique. Nombre d’insectes et d’animaux trouvent près de la mare l’humidité nécessaire à leur survie pendant les périodes de sécheresse et la biodiversité du jardin en dépend. Les fleurs attirent les insectes divers et donc les oiseaux qui viennent s’en nourrir. Leurs racines jouent aussi un rôle non négligeable pour purifier l’eau. Il n’est vraiment pas difficile de joindre l’utile à l’agréable mais il y a néanmoins quelques précautions à prendre car dans le choix des plantes, une erreur peut avoir des conséquences dramatiques. En effet, la mare naturelle est un lieu où l’équilibre peut facilement être mis en danger par l’introduction d’espèces invasives dont il sera difficile, voire impossible de se débarrasser. Le moindre petit morceau de rhizome ou de stolon d’une plante invasive telle que la Jussie peut vite proliférer et asphyxier une mare naturelle. Il faut se méfier aussi des nénuphars dans une mare de petite taille. La prudence exige de les installer dans un bac immergé. Attention aussi aux Iris pseudacorus qui auront vite fait de coloniser tout l’espace De nombreuses plantes très florifères donnent une grande satisfaction et sont sans danger. Je recommande la Pontederia cordata et l’Hibiscus palustris pour leurs floraisons spectaculaires. Ce sont des plantes à immerger à faible profondeur. L’Hibiscus palustris ( de « palus » signifiant « marais » en latin) est encore appelé Ketmie des marais ou Hibiscus moscheutos. Sa floraison à l’automne est un enchantement et anime le jardin aux teintes un peu ternes en ce début d’automne. Il est peu résistant au gel, mais il doit être immergé suffisamment pour que ses racines ne gèlent pas. Des pousses repartiront alors de la souche au printemps. Pour les bordures, hors de l’eau mais en terrain humide, je ne saurais trop recommander l’Iris ensata, le Canna d’eau, la Lobelia syphilitica, la Ligularia przewalskii, le Mimulus cardinalis, la Primula japonica. Attention à la Lysimachia punctata, à la menthe, et surtout au Solidago dont les stolons sont incontrôlables.

Hibiscus palustris (ketmie des marais/ Hibiscus Moscheutos)

Hibiscus palustris (ketmie des marais/ Hibiscus Moscheutos)

Repost 0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 10:11

DSC05020.jpg

 

Les fleurs de Tournesols ressemblent au soleil et le suivent dans sa course. On les appelle « les grands soleils », Helianthus annuus, proches cousins des Topinambours . Fleurs du sud, avides de chaleur et malheureusement annuelles, cultivées par champs entiers pour produire la fameuse « huile de Tournesol », elles sont devenues si communes dans le paysage du sud de la France qu’elles ont tendance à être délaissées comme plantes ornementales des jardins. Il est vrai qu’avec leurs très hautes tiges rigides, elles ne sont pas faciles à intégrer à un massif de fleurs. Elles peuvent pourtant former un très joli arrière plan ou être plantées par petits groupes isolés. De très jolies variétés sont proposées dans le commerce, allant du jaune au brun puis au rouge sombre. J’ai choisi d’en installer quelques pieds au beau milieu d’un massif de Cistes, d’Hemerocalles, d’Euphorbes Characias et d’Armoises au feuillage argenté (Artemisia ‘Powis Castle’). En arrière-plan, dans la haie, le Cotinus ‘Grace’ s’est paré de perruques parmes dans la lumière du matin.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 13:48

DSC02012.JPG

 

DSC02008.jpg

 

Le cœur de l’été au jardin est une explosion de couleurs, de parfums et de saveurs. La plupart des fleurs du jardin ont déjà révélé leurs secrets. Il y a bien quelques retardataires qui ne se dévoileront qu’en automne mais elles restent minoritaires. La mixed-border du potager est le terrain de toutes les expérimentations (je ne peux concevoir un jardin reproduit à l’identique chaque année). Les annuelles et bisannuelles contribuent largement à la générosité et à la diversité des couleurs du lieu. Les vivaces en constituent la structure mais il est particulièrement agréable de se ménager des surprises. Les graines glanées à droite et à gauche au cours des balades ou des échanges entre jardiniers sont la principale source des nouveautés qui, chaque année, me gardent un peu en haleine dans l’attente d’un résultat qui laisse un peu de part au hasard. Rien ne serait plus décourageant qu’un jardin figé où tout a déjà été vu, où tout est calculé et connu d’avance dans les moindres détails, reproduisant d’année en année les mêmes images. Cette année donc, la mixed-border du potager, principalement constituée de Dahlias, s’est enrichie de Verbascum, Vernonia, Coreopsis des teinturiers, Amaranthes, Cosmos variés, Silphium, Cleomes, Morina, Scabieuses, Scutellaires, Valérianes, Verveines de Buenos Aires et Tournesols atypiques, le tout créant un vaste fouillis complexe et bariolé, éclatant de couleurs et de gaieté.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 18:51

DSC09860.jpg

 

A l’approche des jours gris et des décorations de Noël, le Malus ‘Evereste’ avec sa multitude de minuscules pommes rouges est un feu de joie au jardin. Sa taille raisonnable autorise sa plantation dans un petit jardin et ses fruits ont de précieuses qualités décoratives. Quelques branches dans un bouquet lui donneront de l’originalité et de la saveur. Rien n’interdit de croquer l’une de ces petites pommes de la taille d’une grosse cerise. Le seul risque est un peu de déception. L’intérêt de ces pommes est essentiellement décoratif. Le Malus ‘Evereste’ a reçu le « RHS Award of Garden Merit » qui permet, en Angleterre, de distinguer les plantes les plus interessantes.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 13:51

DSC09828.jpg

 

Comment résister aux couleurs incomparables des érables du Japon ? Alors que la plupart des fleurs du jardin ont subi la première gelée et que certaines parties cultivées du jardin ont pris les teintes fanées de l’automne, les érables s’enflamment et redonnent de la couleur au paysage. Dans la campagne autour du jardin, l’érable champêtre est commun et illumine les haies de ses feuillages dorés mais le rouge est plus rare parmi les plantes indigènes. C’est pourquoi j’ai choisi voici cinq ans un petit érable au feuillage rouge vif, Acer palmatum ‘Osakazuki’ pour attirer le regard au bout d’une allée. Il fait partie des plus beaux érables japonais et a reçu le RHS Award of Garden Merit. Ses atouts sont sa robustesse, l’éclat de son feuillage, sa taille raisonnable (environ 6 mètres)… et un soupçon de parfum japonais qui évoque ce si beau pays !

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 10:03

blog1er-aout-10.jpg

 

Voici un joli pléonasme puisque « kosmos » en grec signifie « magnifique ».

Le terme n’est pas démesuré pour qualifier cette fleur annuelle qui n’a que des qualités. Facile à cultiver, facile à satisfaire, elle pousse vite, fleurit longtemps et forme une touffe large et compacte de 50 cm à 1m qui est idéale pour garnir le fond d’une « mixed border ».

La palette de couleur va du blanc au pourpre en passant par le rose mais il existe aussi un Cosmos chocolat au parfum et à la couleur chocolat ( Cosmos atrosanguineus) et un Cosmos orange ( Cosmos sulphureus). J’avoue mon échec à cultiver le Cosmos chocolat qui demande beaucoup de technique mais les autres variétés sont très faciles à obtenir par un simple semis en place sur terre bien préparée. Le semis, réalisé début mai, lève en quelques jours à condition d’être arrosé régulièrement. L’idéal est de suivre la météo et de semer juste avant une période pluvieuse. Si le semis ne réussit pas, il ne peut y avoir que trois causes : l’arrosage n’a pas été régulier, les graines ne sont pas de bonne qualité, les limaces en ont fait un festin. Sachez que si la terre a été travaillée et affinée juste avant le semis et si vous entourez l’emplacement du semis de tontes de gazon sèches ou de cendres, les limaces seront un peu freinées dans leur élan vorace. Une fois que les plantes auront une dizaine de centimètres de haut, vous pourrez considérer que la partie est gagnée mais il faudra quand même rester vigilant. Le Cosmos est originaire des prairies du sud des USA et d’Amérique centrale. Il ne résistera pas à nos gelées. Il lui arrive de se ressemer tout seul mais c’est rare. Mieux vaut récolter la graine à maturité en fin de saison et la conserver bien au sec.

 

DSC08624.jpg

 

Description de cette "mixed border" :

Au fond, de gauche à droite: Cosmos, Dahlias, Millet ornemental, Amarantes, Pavots.

Au centre, de gauche à droite: Trachelium, Leucanthemum, Knautia, Centranthus.

Au premier plan: Origan doré et Verbena

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 10:05

La couleur pourpre, rouge foncé, presque noire est l’apanage des élégantes du jardin. Les corolles sombres sont distinguées, raffinées, très tendance. La couleur pourpre est rare, remarquable et s’harmonise  à merveille avec le blanc. Je ne parle pas de mode. Je parle de fleurs. Les lis asiatiques ‘Landinii’, ‘Cappuccino’ (pourpre et blanc) et le rosier ‘Black Baccara’ sont les stars du moment. De pures merveilles !

 

DSC07696.jpg

 

DSC07547.jpg

 

DSC07731.jpg

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 16:43

DSC01687.jpg

DSC01162-copie-1.jpg

 

DSC01302.jpg

 

Que ce soit dans le domaine des roses ou des dahlias, le noir parfait n’existe pas. C’est un rêve. La rose ‘Black Baccara’ ou les dahlias ‘Chat Noir’ et ‘Prince Noir’ n’ont de noir que le nom et c’est peut-être aussi bien. Tous sont d’une grande élégance et leur couleur rouge sombre est parfaite pour créer des contrastes de couleurs au jardin ou dans nos bouquets.

Il est justement grand temps de remettre les dahlias en végétation pour obtenir de belles floraisons dès le mois de juillet. Chaque année, je sors les tubercules de terre après la première gelée de l’automne et je les entrepose tout l’hiver dans un local sec et hors gel. Ma terre est beaucoup trop lourde et humide pour que je puisse laisser les tubercules en terre. Les gelées sévères  -jusqu’à –8° ici près de Toulouse dans le sud de la France - et l’humidité seraient fatales à mes dahlias. Dès la fin du mois de mars, à l’arrivée des beaux jours, je remets les tubercules en végétation dans un peu de terreau humide, dans un endroit abrité et bien éclairé et en ayant soin de les couvrir d’un plastique transparent pour garder l’humidité et les protéger du froid. Pas question pour moi de les mettre directement en pleine terre, les limaces ne feraient qu’une bouchée de leurs tendres bourgeons. J’attends donc que les feuilles aient pris un peu de hauteur et que le temps soit plus clément pour les mettre en place au jardin. Le terrain aura été bien préparé, ameubli et fumé à l’automne.

 Les dahlias sont gourmands et demandent des arrosages constants. L’endroit doit être bien dégagé et ensoleillé. Il est aussi indispensable de surveiller les limaces qui peuvent faire des dégâts considérables.

Ces quelques règles étant respectées, le dahlia se révèle être une des fleurs les plus faciles à cultiver et surtout celle qui répond à toutes mes attentes. Les fleurs de dahlias offrent une palette extraordinaire de couleurs. Elles tiennent longtemps en vase et permettent de faire de généreux bouquets tout au long de l’été et jusqu’aux premières gelées. Les tubercules grossissent avec le temps et se divisent facilement lorsqu’on les sort de terre à l’automne.

De nouvelles variétés apparaissent chaque année sur le marché permettant d’enrichir ma collection avec de nouvelles couleurs. Au fait, savez vous comment on appelle les amateurs de dahlias?

Les "dahliaphiles"!
 

Voici, juste à propos, une bonne idée d’achat ce mois-ci :

le Centre International des Bulbes à Fleurs nous informe que, lors de l’élection du bulbe à fleurs de l’année, c’est le DAHLIA ‘CHAT NOIR’ qui a été choisi. Ce dahlia cactus rouge sombre, presque noir, a été élu pour ses nombreuses qualités. A découvrir ci-dessous.

 

Dahlia ‘Chat Noir’

Couronné bulbe de l’été 2010

 

 Lors de cet événement organisé par le Centre International des Bulbes à Fleurs, un panel sélectionné de journalistes spécialisés ont élu cette année le Bulbe de l’année à planter  au printemps pour fleurir en été 2010.

Le bulbe de l’année est élu tous les ans et tous sont  jugés sur leur apparence, leur polyvalence et leur facilité à être cultivés.

 

Florifères et généreux comme tous les dahlias, les cactus se caractérisent par leurs très grandes fleurs doubles, aux pétales hérissés et réguliers. Appréciés en massif, c’est en bouquet que vous profiterez le mieux de leur floraison lumineuse se déclinant en teintes unies ou bicolores. Le dahlia  ‘Chat  Noir’ a une grande résistance,  une bonne durée de vie,  et  n’est pas sensible au  vent.

 

Philippine Boulay

Attachée de Presse

Centre d’information des Bulbes à Fleurs

T:     +33 (0)820 208 966  +33 (0)820 208 966

www.bulbeafleur.com 


 

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 19:27

C’est toujours avec plusieurs saisons d’avance que le jardinier prépare son jardin.

L’hiver est le moment propice pour penser, imaginer, prévoir, calculer, faire des plans.

Un peu comme un tableau que l’on aurait en tête. Il faut penser à la composition, calculer les proportions, choisir les couleurs. On ne saisit le pinceau qu’une fois toutes ces étapes franchies.

Le gros problème en matière de jardinage, ce sont les inconnues. Ce n’est pas une science exacte, tant s’en faut. On ne peut prévoir qu’approximativement la date des floraisons : cela dépend de la météo. Tous vos calculs peuvent aussi être anéantis par une erreur de couleur, une tempête qui balaye tout, ou une simple limace trop gourmande. L’hémerocalle blanc planté à l’automne se révèle être jaune. Erreur d’étiquetage fatale. Le bel Hosta tout juste planté a été dévoré par les limaces. La plante mettra du temps à s’en remettre. C’est parfois l’affaire d’un an. Mon tapis de crocus vient d’être ravagé par des mulots et il n’en reste rien. Il n’y a plus rien à faire, il est trop tard pour replanter ces bulbes..

 Le jardinage est donc aussi une affaire de patience. Il faut savoir refaire, ne pas perdre le moral, attendre et quand le résultat est là, tel que vous l’aviez imaginé, quel bonheur !

 

Au jardin, j’aime particulièrement associer les feuillages pourpres et les fleurs blanches (un classique !) mais j’apprécie beaucoup aussi les tons chauds, jaunes, orangés et bruns des hemerocalles, héléniums et rudbeckias. Côté arbustes, les photinias et les cotinus n’ont pas leur pareil pour créer un écrin de couleurs sombres qui révèle l’éclat des fleurs qui s’étalent à leur pied.

Rétrospective sur les couleurs de mon jardin en juin. En ce moment, il est « couleur de boue » et il est quelque peu dissuasif d’aller s’y promener à moins d’être équipé d’une bonne paire de bottes et d’un ciré !

DSC03144.jpg

DSC00026.jpg

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...
  • Les gloutons du jardin.
    Il n’y a pas que les maladies qui peuvent poser problème dans un jardin. Toute la faune qui l’habite et le fait vivre doit bien se nourrir et c’est d’ailleurs parce que le jardin est riche de nourriture que cette faune se trouve là. Si le jardin était...
  • Anniversaire
    Ma pomme a un an, cueillie le 16 octobre 2015. Pour lui faire sa fête je l’ai croquée ! Un délice. Elle a perdu sa fermeté mais la saveur est là. Chair tendre et fondante, douce. Peau un peu fripée mais pas une trace de pourriture ou de moisissure. Elle...
  • Arrière-saison.
    Les derniers beaux jours au jardin, les dernières récoltes. Quelques rayons de soleil encore illuminent les dahlias. L'air est encore doux mais la fraîcheur des petits matins surprend. Ces premiers frimas nous rappellent que l'automne est bien là. Il...
  • Empuse..
    Une larve d’Empuse est une drôle de bestiole. Au stade juvénile, l’Empusa pennata a des allures de diable, d’où son surnom de « diablotin ». Cet insecte de l’ordre des dictyoptères ressemble fort à la mante religieuse mais son oothèque ( sa boîte à œufs)...

Catégories