Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 17:10

En cette mi- novembre, les fleurs se font rares au jardin, d’autant plus rares que les premières gelées sont arrivées très tôt  et ont « brûlé » toutes les annuelles. Les transitions entre les saisons sont de plus en plus abruptes et, dans ce coin du Tarn et Garonne, nous venons de passer en quelques jours d’une situation de chaleur et de sécheresse à une période de pluie presque incessante. Dans la grisaille et la froidure du moment la moindre tâche de couleur est la bienvenue. Heureusement, le jaune d’or des Erables champêtres (Acer campestre) et le rouge cramoisi des Arbres à perruques (Cotinus) réchauffent le paysage. Quant aux fleurs, il faut se contenter de peu de choses et noter que les imperturbables de novembre sont précieuses et qu’il conviendra de leur donner plus de place au jardin.

 



 Les Arbousiers (Arbutus unedo) sont un peu dépaysés. Ils grandissent, prospèrent et fleurissent quand même. L’avenir dira si le froid et l’humidité ne les décourageront pas de faire leurs fruits (13). Le Chrysanthème à petites fleurs jaunes (dont je ne connais pas le nom) est une valeur sûre. En place depuis plusieurs années, il est toujours fidèle au rendez-vous de la Toussaint (1). La Véronique bleue me surprend cette année. Elle est superbe et ses fleurs ont parfaitement résisté au déluge des derniers jours (4). La palme d’or revient à la Verveine (Verbena rigida). Elle n’a pas défleuri de tout l’été et ne montre encore aucun signe de flétrissement (5). L’Ipomée a beaucoup souffert du gel. Les quelques fleurs restantes se comptent sur le bout des doigts (6). Encore une médaille d’or à décerner, au Rosier ‘ The fairy ‘.  Increvable, infatigable, c’est sans conteste un champion de la floraison et il ne demande aucun soin (7). Le Tulbaghia à l’odeur d’ail et aux fleurs mauves si jolies est presque défleuri. Il est planté en pot et devra bientôt être rentré en serre froide (il a résisté sans problème à la première gelée mais pourrait souffrir d’un hiver trop rude) (9). Le Choisya ternata est en pleine floraison. Son parfum de fleur d’oranger est sublime. Dommage qu’il soit si long à pousser. Il ne fait guère plus d’un mètre alors qu’il est planté depuis au moins 5 ans ! (17). L’Abutilon a trouvé son coin idéal pour fleurir : bien abrité du vent et du soleil, les pieds au sec derrière la cabane de jardin qui le protège aussi du froid. Il arbore sans faillir ses petits « drapeaux belges » (12). Le Cassia est un frileux. Ultime tentative d’acclimatation, cette fois au pied de la maison, dans un endroit très abrité et sec (16). Le Strobilanthes est un peu trop discret à mon goût. Adepte d’un terrain frais et ombragé, il se cache à l’abri des lilas et se montre peu. J’aurais tendance à oublier qu’il existe (2). La Camomille lui tient compagnie (18). Le Physalis est un amour (en cage). Il me surprend chaque année avec ses lampions orangés très décoratifs et forme un beau tapis coloré (11). Le Pélargonium odorant est en pot devant la maison pour éloigner les moustiques. Je vais tenter de le conserver au sec et à la chaleur dans la maison (14). L’Aster frikartii est une acquisition récente mais je pense que c’est une vivace très résistante au froid. Les asters se plaisent beaucoup dans ma terre argilo-calcaire humide (3). L’Artemise (Artemisia stelleriana) quant à elle préfère la sécheresse. J’ai pris soin de la placer dans un terrain allégé et très drainé. Son feuillage argenté attire le regard. C’est une valeur sûre mais je n’arrive pas à la garder plusieurs années de suite. Elle se bouture très bien mais encore faut-il penser à le faire !(10). L’Erigeron est une découverte récente et donne des résultats au delà de toute attente. Elle fleurit tout l’été et se ressème abondamment partout (peut-être même trop !). Seule déception : ses fleurs ne tiennent pas longtemps en vase (15). Pour finir, l’Amaranthe, originaire d’Afrique, d’Inde et du Pérou aime la chaleur. C’est une vivace qui a la vie courte chez nous. Je l’ai semée il y a 2 ans et j’ai des craintes de ne pas la garder bien longtemps (8).

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 16:06

Tous les jardiniers s’accorderont à dire que rien ne pousse mieux ni plus vite que le liseron. Alors, pour cacher un coin de jardin disgracieux ou créer un écran visuel le temps d’un été, l’Ipomoea, appartenant à la même famille que les liserons (Convolvulaceae), est idéale. En l’espace d’un mois, ses lianes à larges feuilles sont capables d’atteindre un toit. Il suffit de mettre en place un treillis ou de tendre des cordelettes jusqu’à la hauteur souhaitée. Mais attention ! L’Ipomée est une vagabonde et cherchera à s’enrouler autour de tout ce qui est à sa portée. Il faut la surveiller de près à moins que l’on aime la fantaisie et le désordre. Ainsi, j’ai laissé la mienne envahir mes potées de pélargoniums. Défleuris, ils faisaient grise mine. Les voilà maintenant parés, eux aussi  de ces magnifiques corolles bleues qui s’ouvrent au soleil du matin.

L’Ipomée est une annuelle mais certaines variétés se ressèment toutes seules. Sinon, semer en mars sur place et surveiller les limaces !

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 10:50


Des iris de Hollande, tout simplement.

Des fleurs toutes simples, faciles à cultiver, faciles à se procurer, pas chères, sans souci, s’adaptant à tous les terrains, et qui, de plus, font de merveilleux bouquets. Encore faut-il penser à les mettre en terre à l’automne pour quelques jours de plaisir au printemps.

Les iris bulbeux du groupe Xiphion, encore appelés « iris de Hollande » seraient originaires d’Espagne. Ils ne faut pas les confondre avec les iris rhizomateux.

Le gros avantage des iris bulbeux est qu’il est facile de les mélanger à des tulipes. Leurs floraisons se succèdent. Dans mon jardin, tous les bulbes printaniers sont regroupés sous les arbres fruitiers. La première vague de floraison concerne les narcisses. Ensuite viennent les tulipes. Les iris de Hollande prennent ensuite le relai. Quelques pivoines herbacées prolongeront encore l’intérêt de cet espace. Toutes ces plantes seront fanées lorsque viendra la saison des mirabelles et des reine-claudes et nous pourrons les piétiner sans vergogne. Elles n’en pâtiront pas et renaîtront aussi belles au printemps suivant.


Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 22:06

Ce matin il faisait froid (-4°C) dans le sud ouest de la France et s’il n’y avait pas eu la nécessité d’aller soigner le cheval, j’aurais sans doute hésité à chausser les bottes. Et pourtant ! Un tour du jardin, même en cette saison est chose agréable. Le gel et la neige fine tombée pendant la nuit ont fait se recroqueviller les feuillages fragiles mais certains arbustes sont en boutons, prêts à fleurir dès le mois de février, comme le Mimosa et le Laurier tin. Le Miscanthus, quant à lui, peut se vanter d’être le plus beau. Ses tiges fanées ornées de leurs plumeaux soyeux prennent une belle couleur dorée qui attire le regard au moindre petit rayon de soleil.

 

Il est interessant d’observer les végétaux du jardin qui restent toujours verts et jolis malgrè le gel :  Ballota, Arbutus unedo (Arbousier), Eriobotrya japonica (Néflier du Japon), Eucalyptus, Phlomis fruticosa ( Sauge de Jerusalem), Acacia dealbata (Mimosa) , Ceanothus (Ceanothe), Laurus nobilis (Laurier-sauce), Viburnum tinus (Laurier- tin), Cistus (ciste),  Elaeagnus (Chalef),  Choisya ternata (Oranger du Mexique) , Buxus (buis), Mahonia ...


Images: 1- Miscanthus / 2 - Palmier ( en situation abritée)
 

Short summary: It was very cold this morning in the South West of France but the walk around the garden was still pleasant as a few bushes are evergreen. Some are even about to blossom (Acacia Dealbata and Viburnum tinus). The most beautiful is the Miscanthus with its golden stems.

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 12:26



























Pouvons nous vraiment nous passer de la Nature ? ...
Je souhaite que cette année 2009 vous apporte beaucoup de bonheur et remplisse votre jardin d’arbres et de fleurs.

 

Nature ! Can we do without it ? ...

I wish you a happy new year  with lots of trees and flowers in your garden.

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 14:14
Les photos qui illustrent cet article ont été prises dans un des jardins clos de Wisley, au sud de Londres en Angleterre.

Un jardin clos, c’est comme une maison sans toit. La pluie y est la bienvenue mais les murs, végétaux ou bâtis, protègent du vent et du froid les plantes frileuses ou fragiles et qui demandent de l’attention.. Quelques degrés de gagnés l’hiver, une protection contre le soleil l’été, il faut peu de choses pour acclimater certaines plantes venues d’ailleurs dans un lieu qui leur serait à priori inhospitalier. Tout comme une chambre dans une grande maison, le jardin clos est également un lieu paisible et comfortable, isolé de la vue extérieure où il fait bon se reposer. C’est l’endroit idéal pour disposer un banc. Les parfums des fleurs sont à leur paroxysme. Quant au côté esthétique, il est bien connu que l’isolement à la vue de certaines parties d’un jardin rend sa visite plus attrayante. Un jardin dont on pourrait embrasser toute la surface d’un simple coup d’oeil serait aussi peu attrayant que la lecture d’un roman dont on aurait déjà lu le résumé.

Dans leur superbe livre « Jardiniers de Paradis », Arnaud Maurières et Eric Ossart rappellent l’origine du mot « paradis ». Il viendrait du mot « pairi-daeza » d’origine Perse qui désignait un enclos ou une enceinte. Dans cet enclos paradisiaque, tous les ingrédients sont réunis pour le plaisir des sens : l’eau d’une fontaine, le chant des oiseaux, les fruits et les parfums.

J’ai pu observer que le jardin clos de Wisley respecte parfaitement le plan du jardin d’Eden des textes sacrés de la Genèse : un carré séparé en 4 parties égales. Au centre, une source ou un bassin. Les allées de circulation remplacent les canaux qui symbolisent les cours d’eau. Nous pourrions aussi bien nous trouver dans un jardin de Cordoue ou un riyâd de Marrakech. Le choix de végétaux tels que les bananiers,  les Phormium et les palmiers se justifie par le fait que ce sont des variétés sensibles au froid. Les bananiers et les palmiers détestent aussi le vent qui déchire leurs larges feuilles. Il y a aussi la volonté de donner une teinte d’exotisme à ce lieu qui nous rappelle ses origines et crée un contraste avec la flore habituelle des jardins anglais.
Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 22:11

Cette année, la floraison de la lavande a coïncidé exactement avec le passage à l’été.

L’allée de lavandes commence à embaumer et à attirer les abeilles car c’est une plante très mellifère. J’ai choisi de border de lavandes cette étroite allée pour que le promeneur ait le plaisir de frôler les fleurs en s’y promenant. Leur parfum est rafraîchissant et captivant lorsque le soleil darde ses rayons. C’est à la mi-journée, lorqu’il fait le plus chaud que papillons, abeilles et bourdons s’y retrouvent en grand nombre. Déjà du temps des Romains, la lavande était cultivée pour son parfum et servait à parfumer le linge. Ses fleurs séchées mises en sachets sont souvent utilisées pour parfumer les armoires et dissuader les mites de s’y installer.

La lavande de cette allée est en place depuis une dizaine d’années. Pour la conserver, je prends soin de la tailler après la floraison sans jamais tailler dans le bois sec. Il faut toujours tailler dans les pousses vertes en suivant la forme de la plante.


Un géranium vivace se mélange aux fleurs de lavandes. Celles-ci contrastent avec le jaune vif des Lysimachia punctata et le jaune orangé du rosier anglais de David Austin "Crown Princess Margareta".










Pour information: le fief de la lavande en France est la Provence. La ville de Sault organise chaque année une fête de la lavande qui se tient le 15 août.


Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 13:02

Les habitants de Madacascar rêvent de roses et moi je rêve de fleurs exotiques. Le jardinier collectionneur n’a de cesse de toujours vouloir ce qu’il n’a pas et surtout ce qui est difficile à avoir. Je n'échappe pas à la règle. Pourtant, si vous avez visité mon blog, vous avez dû comprendre que  ma démarche n’est pas vraiment celle d’une collectionneuse et que les raretés ne m’interessent pas particulièrement, en tout cas pas pour leur nom. Ma recherche d’exotisme est plutôt due à la beauté exceptionnelle de ces plantes et à leur architecture. Rien de tel que des plantes à larges feuillages comme le palmier, le dracaena,le gunnera et le bananier pour structurer l’espace, attirer le regard et créer la surprise. Ces variétés s'adaptent parfaitement à mon climat du sud ouest de la France.

 
































































Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 09:21

Les temps ont changé et la mode des jardins trop ordonnés semble en regression. Le style naturel a la cote. La prise de conscience qu’il faut maintenant faire machine arrière dans nos techniques de culture (à petite ou grande échelle) et abandonner l’usage des pesticides et herbicides pour privilégier les méthodes traditionnelles y est pour quelque chose.

Le goût aussi. Le jardin n’échappe pas au phénomène de mode, comme l’art , la mode ou tout autre produit de consommation. Cela dépend aussi des générations. De même que mes enfants n’écoutent pas la même musique que moi, mon jardin ne ressemble pas au leur : juste un carré d’herbe, le minimum de travail. Les dimanches sont trop courts et une heure passée à tondre est une heure de perdue.

Dans une revue lue récemment, un article a retenu mon attention et m’a faite sourire. La propriétaire d’un jardin ouvert à la visite y raconte que, manquant de temps, elle avait un peu laissé faire la nature. Son jardin était néanmoins resté très joli avec des vivaces, rosiers et arbustes à fleurs très florifères dans une « masse foisonnante de nigelles, de graminées sauvages ... » créant, selon son expression « une sorte de liant végétal ». Elle raconte que la réaction des visiteurs était très surprenante et que selon leur âge, ces visiteurs étaient soit charmés par « le côté nature du spectacle », soit rebutés par son aspect négligé « y’a de l’herbe et beaucoup de travail ! ».

Ce qui est paradoxal mais tout à fait compréhensible, c’est que ces mêmes personnes âgées se promenant sur un sentier champêtre trouveraient probablement l’endroit charmant avec ses fleurs sauvages, ses belles graminées et prendraient un plaisir certain à cueillir quelques mûres le long de ce sentier. Ce n'est donc pas affaire de goût mais de mal de dos.

Dans mon jardin: désordre végétal ( nigelle, pavot, coquelicots, alliaire officinale et autres mauvaises herbes).
Je n'exerce une surveillance que sur les graminées et le chiendent. L'alliaire par exemple est facile à contrôler et a son utilité car elle supporte les tiges des pavots en cas de forte pluie.

 

 

 Dans un grand jardin, les endroits sauvages et désordonnés ne manquent pas. Le jardinier ne peut pas être partout. Ces iris au bord du ruisseau sont envahis par les graminées et les orties mais il faut voir le côté positif de la chose: c'est là que se reproduisent les papillons, que se cachent grenouilles, crapauds, couleuvres et autres utiles du jardin.

 

 

La bordure n'est pas nette mais le spectacle des pétales de la rose "New Dawn" sur le gazon a aussi son charme.

Le stakhanovisme au jardin est une ineptie. La chaise longue doit aussi y avoir sa place.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 19:45


































La gestion des couleurs au jardin est chose plutôt facile. Avez vous remarqué avec quelle liberté nous pouvons juxtaposer les teintes sans jamais heurter, choquer le regard ?  Toutes les couleurs se fondent dans cette immense palette à dominante verte. Un peintre me faisait remarquer un jour que les couleurs vertes des feuilles et le bleu du ciel sont des couleurs qui, à priori, ne vont pas ensemble. Nous n’aurions sans doute pas l’idée de poser des coussins bleu ciel sur un canapé vert tendre. Et pourtant ...

J’ai donc observé que, dans le jardin, tout est permis ou presque. Je n’hésite donc pas à installer à des endroits stratégiques des arbustes aux couleurs vives ou lumineuses qui attirent le regard. Ces plantes éclairent le jardin, l’animent.

Des fleurs blanches guident les pas dans le jardin la nuit au clair de lune. Les arbustes aux teintes jaunes éclairent un sous bois et rendent le jardin moins triste les jours de mauvais temps. Les roses rouges attirent le regard vers un coin du jardin à mettre en valeur. Les feuillages pourpres forment un écrin idéal pour toutes les fleurs blanches et aux teintes pastel en créant des contrastes doux pour les yeux.

Quelques vues de mon jardin prises aujourd'hui pour tenter d’illustrer mes propos.
Plantes: Céanothe "concha", anémones bleue et fusain doré, Prunus cerasifera "Nigra" et pommier "reinette du Canada", fusain doré et tulipes "Queen of the night", tulipes rouges botaniques Greigii "Chaperon Rouge", euphorbes devant des photinias.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 
 
Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Planifier et choisir.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • HIBISCUS MOSCHEUTOS.
    Si le mot « pétale » vient du grec et signifie « assiette plate », on se dit que les grecs ont inventé le mot en voyant cette fleur. Peu probable en fait, puisque l’Hibiscus moscheutos ou Hibiscus des marais vient du sud des USA. Ce qui est grand est...
  • Caloptéryx éclatant ou "Demoiselle".
    Elle s’est posée comme un hélicoptère juste devant moi sur une feuille de Spirée, lentement, sûrement, élégamment. Elle n’est pas farouche et me fixe de ses gros yeux globuleux et vitreux comme des cabines de pilotage. Un inventeur y a puisé son inspiration,...
  • Rendez vous au jardin des Clarisselles
    Un article de la D é p ê che du Midi relate ces deux jours d ’ ouverture exceptionnelle du jardin. Une première exp é rience incroyable pour moi. Je ne m ’ attendais pas à tant de visites ( environ 200 sur les 2 journ é es). Apr è s m û re reflexion,...
  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...

Catégories