Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 15:06
La liberté d'expression n'a pas fini de fleurir...

La liberté d'expression n'a pas fini de fleurir...

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 11:45
Depuis les jardins du Boboli à Florence en 2014,un arbre de l'artiste Giuseppe Penone. Nature, architecture, passé et modernité se mêlent et s'entrecroisent dans ce paysage hautement symbolique.

Depuis les jardins du Boboli à Florence en 2014,un arbre de l'artiste Giuseppe Penone. Nature, architecture, passé et modernité se mêlent et s'entrecroisent dans ce paysage hautement symbolique.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 14:42
Canard colvert.

Il a fière allure notre Canard colvert et il fait partie des animaux que nous aimons parce qu’il est sympathique et n’est pas trop farouche. Qui n’a jamais passé un peu de temps à l’observer patauger, plonger la tête sous l’eau pour chercher sa nourriture, faire la course avec ses congénères pour attraper le bout de pain lancé depuis un pont ? Le spectacle est enchanteur et les « coin-coin » racoleurs attendrissants. Je parle ici des Canards colverts apprivoisés, car ceux qui passent par la mare de mon jardin sont beaucoup plus farouches. Le Canard colvert sauvage ne se laisse pas approcher si facilement. Peut-être l’avez-vous observé comme moi, seuls les mâles sont visibles à cette période de l’année. Pâques est la période où les femelles commencent à couver. Dans mon jardin, je sais qu’elles se cachent dans les taillis en bordure de mon ruisseau et j’évite donc de nettoyer l’endroit pendant quelque temps. Comme c’est souvent le cas chez les animaux, le mâle est plus beau et plus voyant que la femelle. L’explication est toute simple : la femelle étant celle qui va couver les œufs et garantir la reproduction, sa livrée est plus terne et plus discrète pour ne pas se faire repérer par les prédateurs. Les mâles, au contraire, se regroupent et font diversion, attirant tous les regards. D’ici quelques jours nous verrons apparaître les canetons (trop mignons !). La femelle couve en 25-30 jours.

Le Canard colvert est aussi un sujet prisé des artistes. Ci-dessous, un décor de table de Carlo Bugatti (1885) et une céramique admirés dans le musée des Arts Décoratifs de Berlin, le Kunstgewerbemuseum.

Canard colvert.
Canard colvert.
Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 15:19

DSC04019.jpg

 

La neige a ceci d’extraordinaire qu’elle peut transformer un paysage en quelques minutes. Dépaysement assuré. Rien de tel pour rompre la routine et transformer ce qui nous semble vilain en beauté immaculée. Même si elle complique les tâches quotidiennes, il est surprenant de constater à quel point on l’aime. Elle a sur nous un pouvoir apaisant, inspire les peintres et les poètes, interroge les mathématiciens.

Invité à l’émission de France Inter « La Tête au Carré » le 21 janvier dernier, l’écrivain et poète Daniel Tammet  qui vient de publier le livre « L’éternité dans une heure. La poésie des nombres » parle ainsi de la neige :

«  Quand je regarde les flocons tomber, je perçois l’infini, je perçois même l’éternité puisque les flocons de neige, chaque flocon, comme chaque individu, est unique. Et en même temps, il y a des formes, des multitudes de formes, presque innombrables et donc, cette complexité qui fascine depuis toujours les gens, pose une question mathématique : qu’est-ce que la complexité ?

Dans les différentes cultures, chacun voit les flocons différemment … Les tribus, par exemple en Afrique, considèrent que la neige, pour eux, c’est le coton. Dans la Bible, c’est la laine. Pour d’autres, c’est le papier. Pour les Chinois, c’était les fleurs… »

Au-delà de la matière,  c’est la forme qui intéresse, l’existence  « d’un nombre infini de variations possibles. C’est çà qui impose cette beauté incroyable. Donc on est à la fois dans les mathématiques et dans quelque chose d’artistique, une beauté époustouflante ».

DSC07139.jpg

 

Le jardinier aussi aime la neige. La neige a une action bénéfique sur la végétation qu’elle protège du grand froid et du dessèchement. Comme elle se laisse traverser par les rayons lumineux et calorifiques, le sol sous la neige ne gèle pas, ce qui explique que l’on peut voir la végétation se développer et percer une légère couche de neige au printemps.

La neige embellit les végétaux fanés du jardin qui se refont ainsi une beauté, tel  le Miscanthus de la photo dont les « barbes » sont comme recouvertes de mousse à raser.

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 19:31

DSC03420.jpg

 

Pour qui aime la nature, l’ennui n’existe pas. Chaque jour, chaque instant, chaque observation conduit à une découverte. Ce qui semble banal vu de loin devient un univers fascinant dès lors que l’on approche ses yeux et sa loupe. Tout a été inventé. Toutes les formes, les agencements, les techniques , les stratagèmes.  Pour capter ce qui leur est le plus précieux , la lumière, les végétaux prennent des formes intelligentes. Sur cette Euphorbe des jardins, Euphorbia lathyris ou Epurge, on peut observer que chaque fois qu’une nouvelle feuille naît, elle émerge de la tige dans une direction différente de manière à réduire l’ombre portée sur la feuille qui l’a précédée. Qu’elles soient alternes, opposées ou verticillées, les feuilles obéissent toujours à un ordonnancement méticuleusement programmé.  Le résultat n’est-il pas surprenant d’ingéniosité et d’esthétisme ?  

 

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 12:52

DSC03792

 

Le roi des légumes ? Le chou, sans conteste.  Le plus beau, le plus ornemental, le plus coloré…  au potager bien sûr mais aussi dans les plates-bandes, les bouquets, la décoration : c’est le CHOU !  Pas seulement dans l’assiette, il est à déguster des yeux.

Un bouquet de choux, pourquoi pas ? Une fleuriste de la rue de la cloche d’Or à Perpignan en fait de magnifiques pour les fêtes de fin d’année.

DSC03794

 

Des choux comme une œuvre d’art ? Gerda Steiner et Jorg Lenzlinger ont imaginé cette « soupe verte » sur la table de la salle à manger du château de Chaumont sur Loire (exposition été 2011).

DSC03100

 

 

 

Des choux comme des fleurs: le jardin de Vincennes à Paris marie les choux frisés avec des agastaches blanches pour le plaisir des yeux (été 2011).

DSC02476

 

Enfin, le chou décoré pour la table du réveillon. Un chou peut se peindre, je vous le garantis, voyez vous-même ! 

DSC03824

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 18:49

DSC03685.jpg

 

Le monde des amphibiens est indissociable du milieu aquatique. Sans la mare qui est le poumon du jardin, il est probable que nombre d’espèces qui peuplent le jardin seraient absentes.  La source qui alimente la mare est une source de vie. Dans la chaleur de l’été c’est une oasis où les animaux de passage viennent se désaltérer. C’est aussi l’habitat permanent  des batraciens (ou amphibiens), anoures et urodèles, qui ne peuvent se passer d’humidité. Grenouilles, crapauds, tritons et salamandres côtoient les reptiles, orvets et couleuvres, eux aussi habitués des lieux. La mare, couverte de lentilles d’eau,  bordée d’ajoncs et de carex, plantée de nénuphars  est aussi un bon endroit pour se cacher. Le noisetier procure ombre et fraîcheur. A son pied, quelques pierres abandonnées procurent un abri. Les couleurs du lieu, humus sombre, algues vertes, eau glauque couverte de lentilles et de feuilles mortes en automne permettent aux animaux de s’y déplacer incognito. Le triton marbré dans son habit kaki et noir joue le mimétisme à la perfection et seule sa crête orange permet de le distinguer dans les herbes et les feuillages d’automne.

 

DSC03686.jpg

 

La scène peut inspirer l’artiste en quête d’insolite. . Le premier à reproduire la nature des lieux humides fut Bernard Palissy au XVIème siècle.  Il représenta sur des plats ou autres ornements émaillés des salamandres, tritons, serpents, grenouilles, poissons et autres éléments du milieu aquatique. Son inspiration fut fortement marquée par la mode des grottes importée d’Italie à la Renaissance.

Dans la deuxième moitié du XIXè siècle, le style de Bernard Palissy connut un regain d’intérêt avec des artistes comme Auguste Chauvigné, Victor et Achille Barbizet ou Charles-Jean Avisseau.

Imitant Bernard Palissy, ils n’hésitaient pas à mouler sur le vif serpents, grenouilles, anguilles, escargots, tritons, salamandres et autres habitants des marais, recréant une nature ordinaire, familière et palpable à l’opposé de l’exotisme lointain.

 

Ci-dessous : plat ovale de Charles-Jean Avisseau

DSC08867.jpg

 

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 20:42

DSC02179.jpg

 

 

Quand la nature reprend ses droits, rien ne lui résiste. La maison inhabitée et abandonnée peut vite être avalée par les lianes du lierre qui rampent et traversent les moindres interstices. Cette maison découverte au hasard d’une promenade dans le centre de Vannes (Morbihan-France) est une curiosité : maison prisonnière des tentacules d’une pieuvre végétale, repaire des herbes folles et des arbres sauvages, land art improvisé.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 10:01

Luzia-Simons.jpg

 

Plusieurs siècles après Rabel (1624) puis Redouté (1785) qui les reproduisirent avec une précision minutieuse au bout de leur pinceau, Luzia Simons, artiste photographe contemporaine, a trouvé une technique beaucoup plus précise et spectaculaire d’immortaliser la beauté des tulipes: la scannographie.

Cette artiste d’exception propose en grand format des compositions de tulipes plus vraies que nature et pour cause : elle scanne de véritables tulipes. J’ai découvert ses oeuvres lors de deux expositions, à Chaumont-sur-Loire en 2009, puis à Berlin où elle expose régulièrement, en 2010.

Elle affectionne les tulipes perroquets dont les pétales découpés, dentelés et recourbés offrent un bouquet d’une esthétique et d’une délicatesse extraordinaires.

 

DSC06581.jpg

Luzia Simons explique son intérêt pour la tulipe non seulement par la beauté de la fleur mais aussi par le symbole qu’elle représente. C’est une fleur qui est loin d’être anodine par son histoire. « La tulipe est orientale, iranienne et turque et symbolise la vie humaine » dit-elle.

Son oeuvre, d’une grande originalité, nous fait bien sûr aussi penser aux bouquets des peintres hollandais du XVIIè siècle. A cette époque, la nature morte représentant fruits, fleurs et légumes était en vogue. Ces produits étaient plus rares qu’aujourd’hui et seuls les gens fortunés pouvaient en disposer. Les tulipes avaient alors le prix de l’or.

Les tulipes auraient été introduites en Europe au XVIè siècle par des ambassadeurs revenant de Turquie. Au siècle suivant, les tulipes furent l’objet d’un commerce florissant aux Pays Bas, en France et en Angleterre. A partir de 1630, la Hollande connut une période de folie. On parle aujourd’hui de « tulipomania ». Les bulbes de tulipes furent l’objet de spéculations incroyables et certains bulbes pouvaient atteindre des prix exorbitants. Nous n’échangerions pas aujourd’hui des tulipes contre des diamants... sauf peut-être s’il s’agissait des tulipes géantes de Luzia Simons !

 

Ci-dessous: un bouquet de tulipes blanches 'White Dream' dans mon jardin du Sud Ouest de la France.

 

DSC00546.jpg

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 19:10

Dans tous les arts décoratifs, céramique, tissus, broderies, dentelles, tapisseries, papiers peints, reliure, ferronnerie, joaillerie ..., la plante est une source d’inspiration inépuisable. Feuillages, fleurs, fruits sont imités ou stylisés selon les modes aussi bien dans le décor architectural que dans les objets d’art. Le début du XXè siècle fut une période faste pour le développement de l’art ornemental s’inspirant de la nature. Parmi les feuillages les plus utilisés, l’Acanthe est un classique mais l’Arum est aussi une source d’inspiration pour les artistes depuis fort longtemps. L’Arum qui a servi de modèle pour ce vase en pâte de verre daté de 1900/1903 est peut-être un Arum italicum (ou Gouet). Cette plante très commune dans nos sous-bois du sud-ouest de la France se remarque par la beauté de ses feuilles sagittées (en fer de lance). Tantôt d’un vert sombre uniforme, tantôt tachetées (Arum maculatum) ou marbrées de blanc (Arum italicum), les feuilles de l’Arum sont souples et leur bordure ondule gracieusement. Plus tard au printemps, une spathe blanc verdâtre apparaîtra autour d’un spadice jaune. A la fin de l’été les fleurs donneront des fruits en forme de grappes, composés de baies très colorées (orange – rouge) qui sont toxiques. Pour cette raison sans doute les nomme t-on « raisins de serpent ».

 

DSC06544.jpg 

 DSC00386.jpg

 

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans L'art et la nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • Rendez-Vous aux jardins 2017
    Pour la première fois le" jardin des Clarisselles" ( jardin ludique) sera ouvert au public lors des « Rendez Vous au jardin » le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 2017. Accueil à 10h et 11h le matin puis à 14h, 15h et 16h pour des visites guidées. Entrée...
  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...
  • Les gloutons du jardin.
    Il n’y a pas que les maladies qui peuvent poser problème dans un jardin. Toute la faune qui l’habite et le fait vivre doit bien se nourrir et c’est d’ailleurs parce que le jardin est riche de nourriture que cette faune se trouve là. Si le jardin était...
  • Anniversaire
    Ma pomme a un an, cueillie le 16 octobre 2015. Pour lui faire sa fête je l’ai croquée ! Un délice. Elle a perdu sa fermeté mais la saveur est là. Chair tendre et fondante, douce. Peau un peu fripée mais pas une trace de pourriture ou de moisissure. Elle...
  • Arrière-saison.
    Les derniers beaux jours au jardin, les dernières récoltes. Quelques rayons de soleil encore illuminent les dahlias. L'air est encore doux mais la fraîcheur des petits matins surprend. Ces premiers frimas nous rappellent que l'automne est bien là. Il...

Catégories