Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 20:31
Chou d'ornement.

Dans la grisaille et la tristesse après cette fin d'année sinistre, espérons une année meilleure et plus sereine.

20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 19:20
Jonquilles de Noel.

Le réchauffement climatique est une triste réalité que les jardiniers constatent chaque jour. L’hiver est de plus en plus court et décalé. Plus sévère et brutal aussi. Il n’est pas encore arrivé ici dans le sud ouest de la France. Par contre des gelées très précoces suivies de cet automne très doux qui n’en finit pas ont déboussolé certaines plantes comme les jonquilles qui croient l’hiver fini et se mettent à fleurir. Il faut dire qu’hier, la jardinière aussi se croyait en avril et tondait son gazon. Ce temps est une bénédiction pour les travaux de jardinage. On peut en profiter pour nettoyer les coins reculés et négligés du jardin, surtout si, comme beaucoup de jardiniers pressés, vous pratiquez la procrastination et que vous allez toujours au plus urgent. La météo laisse enfin le temps de souffler, de finir de préparer le jardin pour le printemps et d’établir des stratégies pour éviter le pire : de fortes gelées qui dévasteraient les jeunes bourgeons déjà formés des fruitiers eux aussi déboussolés. Et sur la table de Noel, ce sera un bouquet de jonquilles!

20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 14:25

~~Bleu, blanc, rouge. Le drapeau tricolore fleurit aussi au jardin. Ce triste mois de novembre est doux pour nos fleurs mais froid pour nos cœurs.

Salvia guaranatica, Rosa Iceberg, Nandina

Salvia guaranatica, Rosa Iceberg, Nandina

25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 22:03
Anémones d'automne.
Anémones d'automne.

~~Originaires de Chine ou du Japon, les anémones à floraison automnale furent introduites en Europe au milieu du XIXe siècle. De nombreux croisements ont été réalisés mais ce sont les plus simples aux teintes « vieux rose » et sans doute les plus proches de la plante originelle qui sont mes préférées. Malgré leur port de guingois et leur allure désordonnée elles sont élégantes et leurs hautes tiges souples s’entrecroisent et se courbent sans jamais s’affaisser. Elles apportent de la poésie au jardin en ce mois d’octobre et ce n’est pas un hasard si mes pas me guident toujours vers leur coin du jardin. Un endroit abrité mais ensoleillé où elles prospèrent dans une terre fraîche et humifère. Immanquablement leur vue me donne l’envie de sortir mon carnet de dessin et mes tubes d’aquarelle. Aériennes, légères comme le vent et donc bien nommées *, les anémones sont belles. Aucun défaut à reprocher à cette plante facile. Il faut juste la laisser tranquille pour qu’elle s’installe car il lui faut du temps, parfois deux à trois ans, et surveiller son pied car un rat taupier aurait vite fait de la faire disparaitre. Elle prospèrera plus vite si la terre est fraîche et atteindra facilement son mètre de hauteur. Sa touffe s’élargira d’année en année. On pourra alors la diviser pour la multiplier. Elle sera plus petite et chétive en terre sèche mais c’est une résistante. Elle ne craint pas non plus le froid. Elle est par contre décevante dans un vase où elle perd trop vite ses pétales. Alors un conseil : plantez la bien en vue pour en profiter ! Associez les anémones à des touffes d’Euphorbia characias très belles aussi en cette saison et de hauteur très légérement inférieure qui les soutiendront et mettront leur teinte en valeur.

• Leur nom, d’origine grecque fait référence au vent.

28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 14:31
Bourdon glouton

Bourdon glouton

~~L’heure chaude de la journée lorsque le soleil est au zénith est le meilleur moment pour rencontrer le peuple ailé du jardin. En ce début d’automne les fleurs des asters sont épanouies et de nombreux visiteurs viennent faire leur récolte de pollen. Pas du tout perturbés par l’ombre du jardinier qui vient les observer, les nombreuses abeilles sauvages, les gros bourdons gourmands alourdis par leur ravitaillement passent de fleur en fleur de manière très méthodique. Je me demande parfois comment ils se souviennent des fleurs déjà visitées tant il y en a. Chaque branche d’aster peut être constellée d’une centaine de fleurs. Des milliers d’anthères offrent donc leur pollen aux butineurs du jardin. Et les candidats ne manquent pas. Après des années de politique anti-pesticides la biodiversité est belle et bien présente dans le jardin, ce qui est encourageant. Il suffit de longer l’allée des vendangeuses * pour l’entendre bourdonner et de pointer son objectif à hauteur des pétales pour la voir de plus près. L’émission « La tête au carré » sur France Inter abordait hier le sujet des abeilles à propos du livre d’Eric Tourneret « Les routes du miel », soulignant que 13% des abeilles sauvages et 25% des bourdons étaient menacés. Il faut vraiment se mobiliser et chaque petit geste compte. La première attitude à avoir pour favoriser la biodiversité au jardin est de tolérer les plantes sauvages et d’arrêter de vaporiser des produits destructeurs. Pour bien accueillir nos hôtes il nous faut leur fournir refuge et nourriture. Un tas de bois oublié, des orties tolérées, un sol humifère et des zones boisées, une prairie naturelle et des haies d’arbustes sauvages. Ce sont les bons ingrédients pour attirer des pollinisateurs au jardin.

*vendangeuses : nom vernaculaire donné aux asters qui fleurissent au moment des vendanges.

Les pollinisateurs du jardin.
Le Paon du Jour pond ses oeufs sur les orties et aime prendre le soleil sur les asters.

Le Paon du Jour pond ses oeufs sur les orties et aime prendre le soleil sur les asters.

Paon du Jour tout juste éclos.

Paon du Jour tout juste éclos.

3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 09:04

~La tempête qui s’est abattue sur le sud ouest de la France dans la soirée du lundi 31 août a été d’une violence impressionnante. Depuis la création du jardin en 1994, le jardin n’avait jamais eu à affronter des vents d’une telle force et cette fois-ci le jardin a subi de gros dégâts. Habituellement, les arbres qui tombent à terre sont les plus vulnérables, les vieux arbres, ceux qui sont malades ou ceux que l’on a mal entretenus et qui sont alourdis par de lianes de lierre. Aujourd’hui, force est de constater que de très gros arbres en parfaite santé ont été arrachés, mutilés par des micro-tornades qui ont tout dévasté sur leur passage. Le dérèglement climatique est bien là et l’avenir est inquiétant. Dans mon jardin, rien de dramatique mais un aulne magnifique et en parfaite santé d’une vingtaine de mètres a été décapité. Un prunier, coupé en deux. Un énorme lilas est carrément arraché et git à plusieurs mètres de son ancrage. Quant aux bananiers et leurs larges feuilles, ils ont été pliés comme des brins de paille. Les week-ends à venir vont être bien chargés pour remettre en ordre le jardin qui ressemble actuellement à un champ de bataille. Mais il faut toujours être optimiste et voir le bon côté des choses. Le tilleul centenaire qui domine le jardin et ombrage nos repas champêtres dans les fortes chaleurs de l’été est toujours là.

Les bananiers balayés comme fétus de paille

Les bananiers balayés comme fétus de paille

Le jardin, jonché d'arbres et de branches arrachés

Le jardin, jonché d'arbres et de branches arrachés

28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 15:53
Echinops

Echinops

~~Du latin Echinus désignant quelque chose de piquant comme un hérisson ou un oursin, l’Echinops est un chardon à tête florale sphérique et piquante. A priori dissuasif ! C’est en fait une perle ! Une beauté ! Pas si piquant que cela, en tout cas sans danger, et sans pareil pour fleurir un espace au sol ingrat, pauvre, sans arrosage et en plein soleil. Très ramifiée, cette plante de la famille des Asteraceae forme des bouquets de boules azurées très esthétiques en masse. Comme tous les chardons, c’est une plante d’un grand attrait pour les insectes, les papillons et les oiseaux et qui, de plus contribue à aérer le sol et à l’enrichir. Comme dit le dicton : « Terre à chardons, terre à millions ».

Les chardons en général attirent les chardonnerets élégants, oiseaux magnifiques et chanteurs dont le nom évoque leur plante nourricière.

7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 15:07

Dans mon jardin totalement bio, je peux tout cultiver sans aucun problème sauf… le chou ! Je persévère, mais je fais « chou blanc » chaque année. Ce légume qui est mon préféré a beaucoup d’autres adeptes : pucerons noirs, piérides du chou, mulots et lapins. J’ai beau suivre les préceptes de la fameuse chanson enfantine « Savez vous planter les choux », les planter à la mode de chez nous, user de toujours plus de stratagèmes, je dois reconnaître mon échec. Dernière idée toute simple, recouvrir les choux d’un voile fin qui empêcherait les piérides d’y venir pondre. Cela fonctionne bien, sauf que…un papillon avait réussi à pondre sur mes semis en caissettes, insuffisamment protégés, avant la plantation. J’ai découvert le pot aux roses trop tard : un seul papillon peut déposer des dizaines d’œufs au revers des feuilles. Je les ai écrasés avec mes doigts mais je ne les ai pas tous vus, surtout sur les choux frisés, et des chenilles sont actuellement en train de faire un festin. Je n’ai pas dit mon dernier mot : je les enlève une à une tous les jours au fur et à mesure de leur naissance, un sacré pensum. La potée au chou n’est pas pour demain. Quant aux choux du marché, si beaux, si parfaits, je les regarde avec envie mais la méfiance l’emporte et je m’abstiens!

Post scriptum (8 jours plus tard): J'ai fini par gagner la partie et à force d'attention et de patience, j'ai éliminé toutes les chenilles. Les choux rescapés se portent bien sous leur voile de protection.

Pieris brassicae

Pieris brassicae

Auteur: claude lasnier - dans Astuces de jardinier
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 11:04

~~Un insecte "bijou". Il est le bienvenu au jardin où j’adore le regarder « brouter » les fleurs. De belle taille (plus d’un centimètre), il prend son envol avec la lourdeur d’un " Belouga". Sa préférence va aux pivoines et aux roses. Il se nourrit des petits pétales au cœur des fleurs. Une invasion serait problématique mais les cétoines dorées se font aussi rares au jardin que les coccinelles. Car il faut bien admettre que tous ces insectes, comme les papillons et les oiseaux ne sont pas de trop. Ils font vivre le jardin, participent à son équilibre et la biodiversité nécessaire à sa bonne santé. J’aime les observer, les admirer parfois car la nature a bon goût et tous ces petits insectes, de la simple punaise à la chrysomèle variée, de la simple coccinelle au cerf-volant, de la simple libellule à la cétoine dorée arborent souvent des couleurs chatoyantes, lumineuses et harmonieuses. Les tuer serait un acte absurde car ils sont utiles et totalement inoffensifs. Et lorsque les jardiniers pulvérisent leurs plantes de pesticides, ils ne tuent pas que les indésirables pucerons et autres parasites de leurs légumes. Ils tuent aussi tous ces pollinisateurs et insectes utiles du jardin. Il nous faut initier nos enfants, leur apprendre à ne pas en avoir peur, leur mettre une cétoine au creux de la main et leur faire observer comme elle fait la morte pour ne pas être attaquée. C’est une rusée ! Il faut cesser de voir tous les insectes comme des nuisibles. Certains le sont, certes mais il faut faire la distinction et s’informer. Le cerf-volant par exemple est en voie de disparition et l’espèce est protégée. Tout comme les abeilles. Beaucoup d’autres devraient l’être aussi car on les voit de moins en moins. Avant de partir en promenade avec les enfants, je recommande un petit guide de poche pratique et bien fait : « Guide de la faune et de la flore » aux Editions Arthaud

Cétoine dorée

Cétoine dorée

Ephippigère sur une fleur de rudbeckia

Ephippigère sur une fleur de rudbeckia

6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 13:10
Potager naturel, sans aucun produit.
Potager naturel, sans aucun produit.

Cherchez bien les choux ! Le potager ludique, c’est tout un poème. Il y a de tout, ou presque : pommes de terre, haricots verts, aubergines, panais, rhubarbe, cardons, artichauts, poirée, poireaux, panais, courgettes, potirons, melons, pois gourmands, physalis, tomatillo du Mexique, tomates de toutes formes, de toutes couleurs et de toutes saveurs. Pour chaque légume son aromatique : oseille, persil, roquette, thym, romarin, estragon, ciboulette, ail des ours, coriandre, basilic, . De quoi faire une tisane le soir après avoir mangé tout çà : camomille, menthes, mélisse, verveine, monarde, fenouil, sauge et citronnelle. Sans oublier les confitures de petits fruits: , cassis, groseilles, fraises et fraises des bois. Et beaucoup de fleurs, vraiment beaucoup ! Des sophistiquées comme les roses, des fleurs à bouquets comme les œillets des poètes et des fleurs champêtres. Des coquelicots et des chardons, des bleuets et des juliennes, du bouillon blanc, de la bourrache et de la consoude. Il traîne même une ortie par ci par là et de l’oseille sauvage (rumex oseille) car la jardinière n’a pas le nez partout et, franchement, ces plantes là ne la dérangent pas vraiment. Au contraire, elles rendent service. Grâce à ces herbes sauvages, il n’y a aucun puceron ou maladie sur les légumes. Entre vos haricots verts et le chardon, le puceron fait vite son choix : il préfère le chardon ! Et tout le monde est content !

Les jeunes choux se portent bien.

Les jeunes choux se portent bien.

Pas un doryphore sur les patates!

Pas un doryphore sur les patates!

Les roses n'ont pas de maladies.

Les roses n'ont pas de maladies.

Les pucerons aiment le chardon...

Les pucerons aiment le chardon...

Pas de pucerons sur ma poirée: ils sont sur le rumex oseille.

Pas de pucerons sur ma poirée: ils sont sur le rumex oseille.

Auteur: claude lasnier - dans potager bio
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Catégories