Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 13:48

Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin.

Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe Minot, photographe et réalisateur du film. En ligne sur le site "jardin jardiner", la web TV des beaux jardins.

Bonne visite.

JARDIN DES CLARISSELLES.
Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 18:26

Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de riz ou de l’amidon. D’où le surnom amusant donné à cet arbre dont les pédicelles (ramifications des pédoncules se terminant par des fleurs) ressemblent à ces perruques extravagantes portées par les femmes élégantes à l’époque de Louis XVI. Le Cotinus est l’un des arbres les plus décoratifs du jardin, aussi joli en été avec ses perruques pourpres qu’en hiver lorsque le givre vient poudrer sa chevelure. Il est facile à entretenir, bien plus facile à former que la perruque de Marie Antoinette !

 

Perruques poudrées.
Perruques poudrées.
Repost 0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 11:07

Repost 0
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 11:47

Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très fière de faire partie des lauréats de l’édition 2016 et de vous annoncer que mon jardin de Clarisselles près de Beaumont-de-Lomagne dans le Tarn et Garonne sera ouvert au public pour les Rendez-vous aux jardins les 3 et 4 juin 2017 sur le thème « Le partage au jardin ».

Ce sera pour moi l’occasion de partager mes techniques de jardinage et mes astuces avec d’autres amoureux de nature. Créé à partir d’un simple champ, le jardin est riche aujourd’hui de quelques 500 variétés de plantes, principalement des vivaces. A la fois naturel et structuré, sauvage mais ordonné, simple mais parfois sophistiqué dans le choix des plantes (la simple fleur des champs y côtoie la plante rare), mon petit jardin peut intéresser aussi bien le jardinier débutant à la recherche de « tuyaux » (pas d’arrosage mais d’information !) que le collectionneur. Est-il possible de créer un jardin, certes modeste mais à partir de rien, sans aucun produit phytosanitaire, dans le respect de l’environnement et avec peu de moyens ? Rendez vous pour avoir la réponse les 3 et 4 juin prochains.

Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
Repost 0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 09:48

Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens. Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots). Méfiez vous des choux trop parfaits : c’est le signe qu’ils ont été traités.

Plonger votre cœur de chou dans un grand faitout d’eau bouillante salée et laisser 10 mn à petit feu pour le faire blanchir. Retirer,  réserver,  jeter l’eau de cuisson et remettre à nouveau le faitout à chauffer avec de l’eau salée.

 

Préparer l’enveloppe de la farce : sur un torchon de lin ou coton fin, étaler les plus grandes feuilles du chou. Les faire se chevaucher à partir du centre du torchon jusqu’à former un grand cercle.

 

 

Préparer la farce : hacher menu un gros bouquet d’oseille, un gros bouquet de persil plat, 5 belles échalotes cuisse de poulet, 4 gousses d’ail et le reste du cœur de chou.

Ajouter 300 gr de poitrine nature et 100 gr de poitrine fumée coupées finement au couteau.

Ajouter du pain rassis trempé dans du lait (environ 200/ 300 gr) et passé au mixeur.

Lier la farce avec 6 œufs entiers battus. Saler, bien poivrer et ajouter quelques pincées de piment (plus ou moins selon les goûts).

 

Déposer la farce au centre du cercle de feuilles de chou et reconstituer la forme du chou. Rabattre les bords du torchon. Faire un paquet bien serré et mettre une ficelle autour. Le plonger dans le faitout d’eau bouillante salée et laisser cuire 1h30 à petit bouillons.

 

Avant de servir, presser un peu pour enlever l’excédent d’eau et sortir le chou du torchon au dessus d’un plat comme on démoule un gâteau.

Servir chaud avec une moutarde au poivre vert.

 

Il est encore meilleur froid en salade le lendemain avec une vinaigrette bien relevée. Il peut être servi ainsi en entrée.

 

Etaler les feuilles de chou sur un torchon et mettre la farce au centre.

Etaler les feuilles de chou sur un torchon et mettre la farce au centre.

Après cuisson. Démouler sur un plat creux.

Après cuisson. Démouler sur un plat creux.

Servi froid en salade.

Servi froid en salade.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Le jardinier gourmand
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 11:09

Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points noirs prolifèrent. Or il n’est pas question de traiter quoi que ce soit dans le jardin. Alors…

je n’ai pas trouvé mieux que d’enfermer mes choux en cage. Seule solution pour empêcher les piérides de venir y pondre. Et ça marche ! Fini la corvée de ramassage des chenilles. De toute façon, pour l’avoir expérimenté, il est compliqué de surveiller ses choux au quotidien. Les piérides pondent au revers des feuilles et le torticolis est garanti. Il faut aussi la loupe car à l’éclosion des œufs, les chenilles sont minuscules. Quand on les voit il est déjà trop tard.

Ma cage à choux n’a pas empêché quelques papillons de passer quand même mais les dégâts sont minimes et nous pouvons enfin déguster des choux totalement bio. Un régal !

Juste à côté de ma cage, un chou « témoin » permet de voir à quoi ressemble un chou non protégé.

Filet fin tendu sur des piquets de 1m80

Filet fin tendu sur des piquets de 1m80

Un chou bien portant

Un chou bien portant

Un chou non protégé

Un chou non protégé

Repost 0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 17:23

Il n’y a pas que les maladies qui peuvent poser problème dans un jardin. Toute la faune qui l’habite et le fait vivre doit bien se nourrir et c’est d’ailleurs parce que le jardin est riche de nourriture que cette faune se trouve là. Si le jardin était traité, il serait désert et ses légumes intacts,  mais ne vaut-il pas mieux perdre quelques pommes et quelques tomates et avoir un jardin sain et naturel ? Les dégâts que causent les animaux et insectes, chenilles, frelons, lapins, oiseaux sont tout à fait tolérables. On peut favoriser telle espèce (par exemple les coccinelles) et tenter de limiter la prolifération des indésirables, faire preuve de ruse pour les persuader d’aller plutôt chez le voisin (LOL) mais le jardin naturel est tout un monde que nul ne peut espérer gérer et contrôler totalement. Alors le plus simple est de laisser faire, de compter sur les oiseaux pour manger les chenilles, de laisser les frelons faire le nettoyage des pommes laissées sur l’arbre, d’autoriser les lapins à manger les pissenlits (car ils ne mangent pas que les haricots !) et d’accepter de partager les cerises avec les oiseaux. Le jardinier malin trouvera toujours des astuces pour préserver sa part sans nuire à l’équilibre de son jardin et donc, sans utiliser de pesticides. Par exemple éviter de laisser les tomates toucher la terre et bien les tuteurer, tendre des ficelles autour des haricots pour dissuader les lapins, suspendre des leurres dans les cerisiers ou placer des filets à mailles rigides, utiliser des cloches, cages , voiles ou autres protections pour les jeunes semis et ramasser les fruits regulièrement dès qu'ils sont à maturité.

 

Helicoverpa armigera devorant une tomate coeur de boeuf.

Helicoverpa armigera devorant une tomate coeur de boeuf.

Frelon dévorant une pomme.

Frelon dévorant une pomme.

Repost 0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 18:30

 

Ma pomme a un an, cueillie le 16 octobre 2015. Pour lui faire sa fête je l’ai croquée ! Un délice. Elle a perdu sa fermeté mais la saveur est là. Chair tendre et fondante, douce. Peau un peu fripée mais pas une trace de pourriture ou de moisissure. Elle a d’abord passé l’hiver dans une armoire au frais, à l’abri du gel et des rongeurs pour finir dans le bac à légumes du frigo. L’arbre et les pommes qu’il produit,  de la variété Querina,  n’ont jamais vu le moindre traitement, pas même bio. Par contre les pommes destinées à la conservation sont soigneusement triées à la récolte et doivent être exemptes de blessures et de piqûres d’insectes.

Je ne tenterai pas quand même un deuxième anniversaire. A quoi bon, les arbres sont couverts de fruits tout beaux, tout neufs et bien craquants.

Pomme d'un an.

Pomme d'un an.

Pomme d'un an, coupe.

Pomme d'un an, coupe.

Repost 0
Auteur: claude lasnier - dans Astuces de jardinier
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 10:37

Les derniers beaux jours au jardin, les dernières récoltes. Quelques rayons de soleil encore illuminent les dahlias. L'air est encore doux mais la fraîcheur des petits matins surprend. Ces premiers frimas nous rappellent que l'automne est bien là. Il faut rentrer pommes, potirons et profiter des derniers bouquets. Un peu de nostalgie de l'été trop vite fini.

Le potager d'arrière-saison

Le potager d'arrière-saison

Déjà plus d’une feuille sèche

Parsème les gazons jaunis ;

Soir et matin, la brise est fraîche,

Hélas ! les beaux jours sont finis !

On voit s’ouvrir les fleurs que garde

Le jardin, pour dernier trésor :

Le dahlia met sa cocarde

Et le souci sa toque d’or.

(Extrait de « Ce que disent les hirondelles – chanson d’automne » Théophile Gautier, dans Emaux et Camées.)

Repost 0
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 10:37

 Une larve d’Empuse est une drôle de bestiole. Au stade juvénile, l’Empusa pennata a des allures de diable, d’où son surnom de « diablotin ». Cet insecte de l’ordre des dictyoptères ressemble fort à la mante religieuse mais son oothèque ( sa boîte à œufs) est plus mince. Sur la photo, une erreur s’est glissée, que les spécialistes d’entomologie verront de suite : il est impossible de trouver un diablotin sur une fleur rouge et voyante comme celle du Zinnia. De fait, le diablotin cherche la discrétion, pratique l’homotypie c'est-à-dire le mimétisme avec le support sur lequel il évolue. A le regarder de près, il préfèrerait sans doute se promener sur des brindilles sèches ou les graminées de la prairie afin d’échapper à ses prédateurs éventuels. Or, la jardinière que je suis a des cheveux longs et filandreux et c’est là qu’il a jugé bon de se percher pensant passer là un petit moment incognito. J’adore les insectes mais chacun doit rester chez soi, alors pour me venger de cette intrusion, j’ai fait poser le monsieur pour la photo avant de le laisser repartir pour d’autres aventures.

 

Note à mes lecteurs: après une période de repos imposée par des problèmes familiaux, ce blog devrait reprendre un peu d'activité. Le jardin est plus vivant que jamais et il y a une foule de choses à raconter.  Il manque juste l'immobilité nécessaire pour observer, photographier et écrire. A bientôt.

Larve d'Empuse

Larve d'Empuse

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de claude Lasnier
  • Le blog de claude Lasnier
  • : Jardiner bio: comment et pourquoi. Tous les plaisirs qui en découlent:culture,observation de la nature,exercice,détente, santé, cuisine
  • Contact

  • claude lasnier
  • Très active, touche à tout. Ex- cavalière (randonnée),aimant la nature. S'est découvert une autre passion: le jardinage. Passionnée aussi par son métier.

Un jardin du Sud-Ouest de la France.

Un jardin botanique respectueux de l'environnement. Refuge pour les animaux, insectes et papillons. Ce blog est garanti sans publicité. Textes et images ne sont pas libres de droits.

Recherche

BIENVENUE

Pour lire les articles classés par thèmes, cliquez dans les intitulés de la rubrique "catégories"

Bonjour

Qui suis-je? Claude, professeur de l'E.N., jardinière le week-end. Je me suis lancée il y a 20 ans dans la création d'un jardin naturel à partir d'un grand champ labouré d'un hectare où il n'y avait pas grand chose mais l'essentiel: une vieille grange, 2 arbres centenaires, un ruisseau et une mare. Il y a 7 ans, j'ai fait construire ma maison dans mon petit paradis et je partage la vie des animaux qui y ont trouvé refuge.

Articles Récents

  • JARDIN DES CLARISSELLES.
    Mon jardin a un nom, tout simplement le nom du lieu-dit, jardin de Clarisselles. Autrefois il est probable qu'un couvent de Clarisses était là, et sans doute aussi un jardin. Maintenant le jardin a un film. Un beau cadeau fait par la SNHF et Philippe...
  • Perruques poudrées.
    Avec le givre de ces derniers jours, le Cotinus coggygria Royal purple ‘grace’ ressemble à la perruque de Marie Antoinette peinte par Mme Vigée Lebrun. A cette époque, le XVIIIème siècle, il était d’usage de poudrer les perruques avec de la poudre de...
  • Ligustrum le 1er janvier 2017.
  • Le jardin de Claude Lasnier récompensé par la Société d'Horticulture de France.
    Après des années d’investissement dans les techniques de jardinage respectueuses de l’environnement, je viens d’être récompensée par la Société d’Horticulture de France qui m’a décerné le prix de son concours « Jardiner Autrement ». Je suis donc très...
  • CHOU FARCI;
    Choisir un très gros chou de Milan ou deux choux moyens . Enlever les premières feuilles dures et abîmées pour ne garder que le cœur bien ferme. Bien le nettoyer (un vrai chou bio contiendra inévitablement quelques insectes, limaces, et petits escargots)....
  • Cage à choux.
    Si vous suivez mes aventures de jardinière à travers ce blog, vous savez alors que la culture des choux a jusque là été un échec. Il y a beaucoup de papillons dans le jardin ; parmi eux, les piérides du chou, ces jolis papillons blancs avec des points...
  • Les gloutons du jardin.
    Il n’y a pas que les maladies qui peuvent poser problème dans un jardin. Toute la faune qui l’habite et le fait vivre doit bien se nourrir et c’est d’ailleurs parce que le jardin est riche de nourriture que cette faune se trouve là. Si le jardin était...
  • Anniversaire
    Ma pomme a un an, cueillie le 16 octobre 2015. Pour lui faire sa fête je l’ai croquée ! Un délice. Elle a perdu sa fermeté mais la saveur est là. Chair tendre et fondante, douce. Peau un peu fripée mais pas une trace de pourriture ou de moisissure. Elle...
  • Arrière-saison.
    Les derniers beaux jours au jardin, les dernières récoltes. Quelques rayons de soleil encore illuminent les dahlias. L'air est encore doux mais la fraîcheur des petits matins surprend. Ces premiers frimas nous rappellent que l'automne est bien là. Il...
  • Empuse..
    Une larve d’Empuse est une drôle de bestiole. Au stade juvénile, l’Empusa pennata a des allures de diable, d’où son surnom de « diablotin ». Cet insecte de l’ordre des dictyoptères ressemble fort à la mante religieuse mais son oothèque ( sa boîte à œufs)...

Catégories